21 octobre 2020

Ce que signifie la fabrication de “preuves” visant les “asymptomatiques”

Nous n’avons pas trouvé d’élément pour caractériser le potentiel de transmission des formes complètement silencieuses de l’infection.” Voilà ce qu’indique en conclusion de sa “synthèse” Stéphane Le Vu sur le site de Santé Publique France (publié le 8 juillet et mise à jour le 17 du même mois).

Or, l’AFP tronque cette dernière phrase (alors qu’elle fait un lien sur le propos à la fin d’une supposée vérification) pour orienter la lecture uniquement vers l’idée que “30 à 50%” des dits “asymptomatiques” pourraient transmettre le virus et ce afin de sinon discréditer du moins tenter de rectifier les propos de Maria Van Kerkhove  responsable de cette question au sein de l’OMS.

Celle-ci avait eu en effet l’honnêteté intellectuelle d’indiquer qu’au vu des connaissances actuelles il était “très rare” que des personnes non malades au sens de n’être même pas “pré” symptomatiques (genre tousser sans avoir de fièvre) puisse être contagieuse ; elle a dû depuis on le sait avaler son chapeau.

Sauf que cette transmission supposée n’est toujours pas démontrée comme l’indique ci-dessus l’article, non tronqué, de Santé Publique France ; des rumeurs font état que cela  aurait été cependant vérifié en laboratoire, mais de manière artificielle au sens de projeter par exemple une quantité très dense de virus ; ce qui n’est pas le cas pour des asymptomatiques, même dits “positifs”, la présence virale étant clairsemée ou insignifiante (impossible à “cultiver”) puisqu’il s’avère que leur test dépend du cycle d’amplification effectif  au sens où au delà de 35 à 40 cycles (ou “zoom”) cela devient négligeable disent les spécialistes comme Raoult et Toussaint: en clair, les quelques virus repérés n’ont pas en effet l’énergie suffisante pour se projeter sur une autre personne, d’où d’ailleurs le fait que les “positifs” tombent rarement malades, du moins s’ils n’ont pas de pathologies affaiblissant leur système immunitaire, et puis nous avons un traitement en cas où : CQFD.

Mais le raisonnement dominant n’est pas celui-ci : comme nous n’avons pas de traitement et que les asymptomatiques transmettent le virus alors il faut le masque et le confinement ciblé ou général afin de ne pas engorger les hôpitaux (ce qui est loin d’être le cas, malgré l’augmentation actuelle suite au refus de donner le traitement préconisé par les médecins conséquents comme Raoult, Perronne, Guérin, Zélenko…).

Tout ceci est faux, et ce depuis le début de cette “crise” d’ailleurs, cela a été démontré à plusieurs reprises, Jean-Dominique Michel et Nicole Delépine viennent d’en faire une synthèse (le livre de Perronne également). Aussi, sans même nécessairement creuser à nouveau vers d’autres soubassements nombreux (comme la peur catastrophiste instillée depuis les années 90 sur “la fin du monde pour bientôt” ou/et la volonté opiniâtre d’idéologues et d’affairistes de profiter de l’occasion pour imposer des médicaments/vaccins coûteux, voire encore de modifier des comportements en vue d’une distanciation bio-numérique afin de mieux gérer par des puces régulatrices régénérantes ou punitives -comme en Chine bientôt- les flux et les stocks d’humains) il convient déjà d’observer que ce raisonnement supposant que nous n’avons pas de traitement et que quelqu’un de non masqué s’avère “dangereux” surtout parce que le système sanitaire est HS (à qui la faute et ce n’est pas le cas en Allemagne par exemple) cette affirmation, infondée, s’est pourtant peu à peu édifiée, sous nos yeux, en une croyance.

Et celle-ci s’auto-valide par le nombre de cycles de répétition médiatique qui l’amplifie, à l’instar des tests actuels, ce qui fait qu’une singularité, un seul symptôme, tel ou tel “cas”, devient une généralité, surtout lorsqu’elle se targue de scientificité, tels ces modèles projetant des millions de morts en cas de non confinement et de non “distanciation” jonchant une Terre de plus en plus effondrée (2025? 2030? 2050? 2100 pour les plus “prudents”…) à cause de l’Humanité blanche (rappelle la jeune pythie suédoise).

Désormais les porteurs de masques se flagellent avec, regardent leurs pieds ou implorent un regard sur leur visage tronqué (remake de l’Homme Invisible au sens littéral) en se disant “j’ai fauté, je faute, je fauterai, pardon pardon pardon” cherchant l’absolution en se disant “je sauve des vies”, amen).

Comment une telle croyance mâtinée ainsi d’espérance et de superstition est-elle possible alors que des vies sont détruites de plus en plus et les relations inter-humaines littéralement empêchées, le salut “moignon” ne remplaçant pas une vigoureuse poignée de main une profonde accolade, une bise, qui participent au renforcement déjà psychique et en même temps somatique de notre système immunitaire comme l’indique Alexandra Henrion-Caude ?…

Peut-être une piste (en plus de celles préconisées plus haut sur la question des “soubassements”): il apparaît bien avec cette “crise” que “la” pensée scientifique intellectuelle artistique occidentale s’est bel et bel effondrée depuis que, à la fin des années 50, le prêt à penser,  l’idéologie, parvinrent à renforcer l’académisme structurel (toujours opportuniste lorsqu’il tourne à vide) et ainsi à dominer, grâce à cette courte échelle de l’Institution, les circuits de production et de reproduction des systèmes de savoir et de transmission ; mais sa visibilité n’était pas encore apparente, ce qui est le “cas” maintenant (comme l’explique bien un Douglas Murray).

Prenez un seul exemple: le supposé “racisme systémique” : s’il existait, pourquoi les pays occidentaux comme le Royaume Uni et la France n’ont-ils pas continué la traite négrière afin d’éviter que les mineurs de charbon, blancs, se tuent à la tache ?  C’est d’ailleurs le fond de commerce de ceux qui aux USA considèrent que le Nord a fait la guerre contre le Sud pour arracher les noirs du coton afin de les fourguer dans les mines et les usines, alors que pourtant dans le même temps des millions d’européens arrivaient par flots, or ceux-ci ont été tout autant envoyés à la mine et à l’usine alors qu’ils étaient “blancs”…

Mais serait-ce un problème de coût ? Ainsi concernant à nouveau l’arrêt de la traite négrière en Europe il aurait été plus facile de mettre à la mine le surplus de paysans affamés que d’importer des noirs plus coûteux, mais, dans ce cas, où est le racisme “systémique” ? Car si ce qui compte c’est, d’abord, c’est, avant tout, la couleur de peau alors quoiqu’il en coûte, la traite aurait continué; et, concernant les USA, il suffisait de payer un peu mieux les marchands d’esclaves arabes pour qu’ils abreuvent encore plus le marché ; s’il s’agissait en effet de racisme “systémique” comme ce fut le cas dans l’Allemagne nazie ou dans la Russie léniniste (la “pureté” aryenne et prolétarienne ayant été préservée en mettant au travail exclusivement des non aryens et non prolétariens:”droitiers”, “réactionnaires”, les camps de travail en URSS furent ainsi l’ossature de l’économie soviétique) les pays européens auraient investi ce qu’il faut pour protéger leur population “blanche”…

En fait,  l’analyse rationnelle des faits s’est effondrée en Occident car elle a laissé les tendances léninistes et aussi puristes expliquer que le monde va à sa perte à cause principalement de la liberté de conscience, du libéralisme et du cosmopolitisme ; sans mettre en cause l’envie, la vanité, issue de la nature humaine elle-même (lorsqu’elle déforme “l’esprit des Lois” en son sein) sans donc écouter  ceux qui pointaient du doigt  déjà depuis longtemps (Aristote, Montesquieu, Tocqueville, Weber, Crozier…) la sclérose bureaucratique, la corruption en un mot du démocratique dit représentatif par la tyrannie formelle et informelle des groupes de pression, des “factions”, le tout en l’absence d’un réel “équilibre des pouvoirs” aujourd’hui disparu ou en voie de l’être.

Or, non seulement cette implosion est devenue effective en ce qui concerne l’Analyse et sa Théorie, -et cela nous éclabousse à chaque fois qu’un média aux ordres irradie en vue de contaminer sa propagande ; mais elle est également  apparente dans les arts, cinéma, danse, théâtre, chant, sculpture, littérature : soit en effet ces derniers reproduisent des formes anciennes (qui ont encore leur mot à dire cependant) voire réinterprètent le Répertoire (de nouveau légitimé au-dessus du Rien) soit continuent dans la de(cons)struction des corps constitués au sein même de leur singularité (sous la houlette des subventions publiques mais aussi privées) faisant ainsi alliance objective avec l’affairisme techniciste visant le même but: celui d’accentuer la fusion corps-machines, tentant de fabriquer à nouveau de nouvelles “variétés” d’humains expliquait doctement Deleuze dans Mille Plateaux (pâmant un Foucault en admiration infinie).

Mais où sont les chefs d’œuvres promis” ? s’était exclamé furieux Céline avant de sombrer lui aussi mais plutôt du côté du purisme, où sont-ils qui nous dévoileraient (au lieu de le masquer) les nouvelles réalités y compris intimes tissant notre moyen-âge bio-numérique ? Où sont-ils ?…

N’ont-ils pas été empêchés d’apparaître par toute cette élite ploutocratique au pouvoir qui, hormis une poignée,  et de plus en plus ignare en réalité, se contente de reproduire une sorte de confusionnisme hyperréaliste imitant certes au plus près “la” Science et “l’Art” alors qu’ils n’en sont, en grattant le limon si l’on se veut paléontologue, que de pâles photocopies éphémères, bulles émettant un “je suis là” d’oiseaux de mauvais augure, tags indécrottables édifiant, à l’instar de ce sixième continent façonné en rejet de plastique en mer,  un autre continent mental tissé de bêtises et de mensonges en extension, boursouflée, permanente (hypertélie disait Baudrillard) sur lequel habitent toutes ces sirènes avides de nous voir échouer ?…

Peut-on encore, tel Ulysse, ne pas succomber à leur chant, retrouver enfin Pénélope et raconter à Télémaque comment leur échapper, tout en l’élevant enfin à hauteur d’Homme (au sens de Mensch !) ? Tel serait le défi, à forger dans de nouveaux monastères, les Mont Saint Michel d’aujourd’hui…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :