28 septembre 2020

Le”Coup d’Etat permanent”de la Technostructure scientiste

Comme l’indiquent Charles Gave et Marcus C.Kerber dans la dernière vidéo de l’Institut des Libertés, avec le “plan de relance européen post-covid” (pourquoi “post” d’ailleurs ?…)se montant à 750 milliards d’euros et décidé arbitrairement (non encore validé légalement) il s’agirait moins de financer des projets de développement réellement nécessaires que de se servir de moyens de pression sur certains pays afin qu’ils votent diverses mesures de ladite “transition” visant à détruire le nucléaire, les frontières, la filiation (voir sur ce point le dernier article de Nicole Delépine dans FranceSoir) l’éducation la santé (le système immunitaire) l’information….

Tout en tenant un Discours opposé bien entendu; à l’identique des totalitarismes précédents ou toujours en activité qui expérimentaient emprisonnaient tuaient au nom du “Peuple” (allemand) du “Prolétariat”(mondial) et désormais au nom de “l’homme” de “l’humano-chimère” ayant tous les sexes ou aucun n’ayant plus de père ou de mère ou alors plusieurs (Méthode ROPA).

Ladite “crise” sanitaire (équivalente d’août à août en terme  de mortalité à la “grippe” saisonnière en soustrayant les surestimations) apparaît pour ce qu’elle est : moins un “complot” ou une réelle menace létale -(nous avons d’ailleurs le traitement efficace pour ce faire validé par de nombreuses études cliniques désormais,   Cf., FranceSoir), malgré les dénis de plus en plus criminels)- et bien plus une fantastique “opportunité” (issue d’un laboratoire P4 sous contrôle du régime communiste basé en Chine…) celle de déployer (comme l’on déploie des troupes) une stratégie claire et nette visant à homogénéiser les flux de production matériels imaginaires et symboliques afin qu’ils correspondent précisément à cette dite “transition”; dé(cons)truire donc d’abord afin de “construire”.

Tout serait “construction sociale” assène d’ailleurs le discours néo-ésotérique issue de courants autrefois “rebelles” (léninistes, anarchistes, nationalistes, “libéraux”) qui accepte sous nos yeux de servir d’outils  subventionnés à la solde de la propagande “étatisée” au sens d’être centralisée (globalisée) entre les mains de la gentry hyper-échangiste nihiliste d’un type nouveau (voir plus de détails ici): non seulement sans foi ni loi mais agissant pour un retour aux temps anciens avec  le nouveau type de sacrifice humain (avortement à 9 mois dit “IMG”) d’esclavage (volontaire ou forcée comme le trafic humain touchant , aujourd’hui,2,5 millions de personnes et générant 32 milliards de dollars annuels) la polygamie permanente officieuse, la mise à l’écart des “malades” (un non testé se verra refuser dans un lieu public ou “social” alors que même un positif n’est pas contagieux s’il n’est pas malade, ne parlons même pas du “non vacciné”…) .

Voilà la stratégie, réellement réactionnaire pour le coup, qui se déroule sous nos yeux, tout “simplement”, l’argent fabriqué par les banques centrales, épaulant les grandes fortunes avides de “changer le monde” (et non pas seulement de “l’interpréter” comme l’indiquait en ne croyant pas si bien dire Karl M alors qu’il visait “l’idéalisme”…).

Sans cette opportunité “sanitaire” cette formidable “fenêtre de tir” cela prendrait en effet des années et des années pour imposer aux “moutruches” (selon le mot d’Amélie Paul) aux désormais masquocéros d’admettre qu’ils sont bel et bien des êtres nuisibles non seulement envers “la” Nature (dixit le discours collapsologue) mais aussi envers “l’Autre”; alors qu’en coupant les interactions entre humains l’on déclenche déjà l’implosion non seulement du système symbolique et imaginaire mais aussi politique économique et bio-psychique.

L’être humain apparaît ainsi comme ce qu’il est devenu à force de renoncement et de soumission: de la viande interchangeable à domestiquer parquer tester pucer (ma(s)(r)quer) sous perfusion médiatique (homologuée).

Ou la grenouille qui se sent bien dans l’eau chauffée à feu (de moins en moins) doux… Alors que la nature humaine cherche bien plus à s’affiner comme animal politique c’est-à-dire citoyen, de plus en plus bafoué.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :