13 août 2020

Propagande de l’Hôtel de Ville

L'Hôtel de Ville a perdu une occasion de se taire, en nommant une place Stéphane Hessel…

 

Voici une lettre de l'APIV, Association pour l’Information et la Vérité, envoyée à Bertrand Delanoë.

 

                                                                  «   APIV Paris,

le 21 octobre 2013

Association pour l’Information et la Vérité

association-apiv@orange.fr

                                                   Monsieur

                                                                  Bertrand DELANOE
                                                                  En mairie de PARIS
                                                    Par e.mail

        Monsieur le maire,

        Vous venez, ce matin, selon les informations publiées par la presse, de donner le nom de Stéphane HESSEL à une place de Paris. Nous en sommes indignés !

        Pour mémoire, je ne peux oublier l'entorse à la vérité dont ce Monsieur HESSEL accepta complaisamment de profiter. Il a laissé se propager l'idée qu'il était l'un des rédacteurs de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme. En son temps il fut reconnu, qu'il n'avait été que présent et non réellement partie prenante des discussions.

        Mais, je rappellerai le pire, cette insulte de la part de celui que l'on dit avoir été un grand résistant. Ce crachat à la figure de tous ceux qui ont été torturés, qui sont morts pour avoir justement voulu résister à l'occupant allemand, ce crachat à la figure de tous les déportés qui ne sont jamais revenus :

"L’occupation allemande, aurait-il dit ; était si on la compare par exemple avec l’occupation actuelle de la Palestine par les Israéliens, une occupation relativement inoffensive, abstraction faite d’éléments d’exception comme les incarcérations, les internements et les exécutions, ainsi que le vol d’œuvres d’art.”

        Bien entendu Stéphane HESSEL tombe un peu plus dans l'odieux en affirmant que la présence d'Israël en Palestine (de quelle Palestine parlait-il ?) serait une occupation moins «inoffensive» que l'occupation allemande en France durant la guerre.

        Il ne restera plus qu'à attendre qu'un maire, clairvoyant, comme vous l'avez été lorsque vous avez retiré, à une rue de Paris, le nom d'Alexis Carrel, il ne restera plus que ce maire clairvoyant enlève le nom de Stéphane HESSEL qui n'honore guère une place de notre capitale.

        Veuillez accepter, Monsieur le maire, l'assurance de ma respectueuse considération.

                                                                        Gérard MARX

                                                                        Président de l'APIV »

 

 

 

—–