23 septembre 2020

Gravissime (up to date) : Arthur, Enrico Macias empêchés de faire leur spectacle par des pro-palestinistes

 Tandis que les lâches et les pervers, qui se prétendent commandités par leur dieu, se cachent derrière les enfants des écoles à Gaza et les lui sacrifient ainsi pour sa gloire (celle de Baal en réalité), leurs zombis français, qui ne connaissent rien aux stratégies vicieuses de ceux qu’ils adorent, se permettent de jouer les censeurs en empêchant le spectacle d’Arthur, et celui d’Enrico Macias, alors que dégouline en réalité de leur acte l’envie la plus malsaine, celle de râtés prêts, tels les S.A d’autrefois, à servir de nervis pour chasser du commerçant juif préférant Israël à l’Etat islamiste totalitaire que les dits progressistes français appellent de leurs voeux en soutenant le Hamas qui utilise ses propres femmes et enfants comme coquilles de protection.


" Mais justement ! ne bombardez pas ces boucliers" lance un Aziz Begag rejoignant ainsi la cohorte des faux pacifistes puisque pendant ce temps là le Hamas a le droit, lui, d’envoyer à l’aveuglette ses roquettes, et ce même pas pour "libérer" la dite "Palestine" mais seulement et exclusivement imposer son ordre totalitaire.

Les médias français ont une lourde responsabilité dans l’affaire car en cautionnant, par leur silence et leur manque, total, d’analyse, les explications du Hamas (et aussi, comble de l’ironie celles de l’autorité palestinienne alors que ses membres se sont fait massacrer par centaines en 2007 par le Hamas), les médias français avalisent l’idée que Israël (en période électorale insistent-ils en priorité) n’avait pas d’autres perspectives que de fomenter massacres et carnages pour restaurer l’image ternie par la guerre du Liban en 2006.

Ainsi, en analysant de la sorte, avec évidemment des nuances, les médias français versent, en France et en Afrique du Nord (puisqu’ils y sont très écoutés et vus), des tombereaux d’huile sur un incendie allumé et entretenu par des alterislamistes qui n’attendent que cela pour "mettre le feu à la plaine".

Il faut insister : en projetant sur la situation leur propre compréhension d’occidentaux ne vivant plus l’idée même du conflit fatal que dans leur vie privée et dans la rue des revendications sociales ils n’arrivent pas à imaginer que des gens comme le Hamas peuvent pousser le vice, le mal, l’inhumanité, jusqu’à se cacher pour tirer dans des endroits comme les écoles et les hôpitaux qu’ils savent évidemment être des lieux symboliques ultra sensibles aux yeux d’une opinion qu’ils méprisent d’ailleurs à cause de cette sensibilité même.

Et ces médias mais aussi les politiques, à commencer par le Président de la République, tombent dans ce piège faussement humaniste et pacifiste alors qu’il n’est pas possible de renvoyer dos à dos les deux belligérants, autant dans ce cas considérer que démocraties et Etats totalitaires s’équivalent.

Il faut le marteler : le Hamas a assassiné des centaines de militants du Fatah et certains rescapés avaient dit que jamais ils n’avaient connu cela, même pas en combattant Israël, or, c’est ce Hamas là et non un autre qui jettent dans le brasier qu’il a allumé lui-même ses propres femmes et enfants afin de déclencher des sentiments de compassion et de pitié que précisément il exècre au nom d’un dieu dont le vrai nom, répétons-le, est Baal, cela se voit de plus en plus. Jusquà la nausée.

Lucien SA Oulahbib

https://en.wikipedia.org/wiki/Lucien-Samir_Oulahbib

Voir tous les articles de Lucien SA Oulahbib →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :