18 avril 2021

La montée des Talibans et la chute de Karachi?

Des articles dernièrement parus dans les médias pakistanais indiquent une préoccupation croissante face à la montée des activistes talibans à Karachi, plus grande ville commerciale du Pakistan. Selon un rapport paru le 15 avril 2009 dans le Daily Times, basé à Lahore, "les Talibans agissent secrètement à Karachi et extorquent des millions de roupies, sous forme de "dons", des membres des tribus de Mehsud et Wazir résidant dans la ville". (1)

"Il y a quelques mois, un représentant taliban a réuni plus de deux millions de roupies en quelques jours", relève le rapport, notant que si certains donateurs sont solidaires des talibans, d´autres paient par crainte de réprimandes. 

Un rapport du 30 mars 2009 paru dans le quotidien pakistanais The News, intitulé "La montée des Talibans, la chute de Karachi", souligne que ces militants menacent notamment les femmes et les hommes d´affaires de Karachi.
 
Extraits du rapport : (2)
 
"La prochaine fois que tu sors, couvre-toi de la tête aux pieds."
 
"Une amie de la famille est sortie de sa voiture pour aller à la pharmacie, dans un quartier commercial animé de Karachi. Elle portait le costume shalwar-Kamiz classique que la plupart des femmes de Karachi revêtent à l´extérieur. Alors qu´elle s´approchait du magasin, un homme est venu à elle, un pistolet au poing.
 
Mais plutôt que de la dérober, il lui a lancé un message glaçant : ´La prochaine fois que tu sors, couvre-toi de la tête aux pieds.´
 
L´incidenta eu lieu au vu de tous dans une rue animée de Karachi. Mais personne ne semblait se rendre compte de ce qui arrivait et l´homme ne semblait aucunement pressé ou inquiet..
 
On peut se remémorer d´autres incidents préoccupants."
 
"Cette fois, ils prenaient la peine de préciser que non seulement ils savaient où il vivait, mais également où il travaillait, à quelle école allaient ses enfants."
 
"Plusieurs hommes d´affaires ont reçu des appels, sur leurs téléphones portables, de personnes occultant leur identité mais confirmant le nom de l´appelé. Deux jours plus tard, ces personnes reçoivent un nouvel appel. Et puis encore un autre appel. On demande à l´homme d´affaires [ainsi sollicité] de faire un don au Tehreek-e-Taliban [organisation parapluie d´activistes talibans].
 
Un homme d´affaires a ignoré l´appel, croyant à un canular. Mais bientôt, on s´est mis à appeler chez lui dans un but similaire. Cette fois, ces hommes prenaient la peine de préciser que non seulement ils savaient où l´homme d´affaires résidait, mais également où il travaillait, à quelle école allaient ses enfants, et d´autres détails encore.
 
L´homme a fini par payer. Personne ne sait qui sont ces gens. Certains disent que ce sont des criminels qui se font passer pour talibans. Qui sait ?"
 
"Plusieurs familles ont reçu des lettres de ce type et ont en général obtempéré."
 
"Une famille de Clifton [le quartier aristocratique de Clifton] a reçu le mois dernier un mot adressé au père. Ce mot lui demandait d´assurer que ses filles – décrites dans la lettre en termes très négatifs – ne sortent pas de chez elles, vu qu´elles étaient considérées comme légères. La lettre somme le père de prendre les mesures nécessaires, autrement la mosquée se verra obligée de ´faire quelque chose´.
 
Le crime de ces filles était apparemment qu´on les apercevait trop fréquemment en dehors de chez elles et que leur façon de s´habiller était trop occidentale.
 
Les auteurs de cette lettre menaçante ont même révélé leur identité, affirmant appartenir à une importante mosquée.
 
La famille, secouée, a fait ce qu´on lui a demandé. Plusieurs familles ont reçu des lettres de ce type et ont en général obtempéré. Rien n´a été fait ni aucune question posée au sujet des gens de cette mosquée. La police a classé l´affaire comme insignifiante." (3)
 
"Le gouvernement du parti du peuple du Pakistan [en référence au MQM] nie la poussée des forces extrémistes à Karachi depuis qu´il est au pouvoir."
 
"L´année dernière, cette mosquée a été identifiée par le MQM (Front national uni) quand celui-ci a attiré l´attention sur la talibanisation accélérée de Karachi. Mais le gouvernement du parti du peuple du Pakistan [en référence au MQM] nie la poussée des forces extrémistes à Karachi depuis qu´il est au pouvoir. Certains qualifient de suspectes les motivations du MQM. Leur programme est plus politique. Mais une fois de plus, qui a raison et qui a tort ? (4)
 
On continue d´entendre des histoires sur l´influence croissante de tels éléments. Des femmes qui se promènent la tête découverte dans les transports publics se sont reçu des crachats, parfois par d´autres femmes."
 
 
(1) Daily Times, Pakistan, le 15 avril 2009
(2) The News, Pakistan, 30 mars 2009
(3) La mosquée n´est pas identifiée dans ce rapport, mais est basée à Clifton, le quartier huppé de la ville.
(4) Le MQM, ou Muttahida Qaumi Movement, est le 3ème plus grand parti politique du Pakistan, dirigé par Altaf Hussain, le chef des Muhajirs –  immigrés musulmans d´origine indienne au Pakistan – basé à Londres.
 

 

Pour consulter l´intégralité des dépêches de MEMRI en français et les archives, libres d´accès, visiter le site www.memri.org/french.
 
Veuillez adresser vos emails à memri@memrieurope.org.
 
Le MEMRI détient les droits d´auteur sur toutes ses traductions. Celles-ci ne peuvent être citées qu´avec mention de la source.
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :