28 octobre 2021

Bat Ye’or interviewée par François Célier

– l’une juive, de Bat  Ye’or, historienne britannique, réfugiée au Royaume-Uni,  parce que sa famille a été déchue de sa nationalité égyptienne, en 1955.

– l’autre chrétienne, du Pasteur François Célier,

Cet entretien, animé par François Célier, réunit deux personnalités reconnues, sur le thème de l’islamisation de l’Europe et du conflit qui oppose l’Islam aux  autres religions minorisées d’Orient.

Bat Ye’or est la première à avoir levé le voile sur le sort des minorités sous l’Islam. On lui doit d’avoir forgé et popularisé le concept de « dhimmitude », qui accorde une citoyenneté de seconde zone aux « gens du Livre », là où l’Islam s’est imposé comme civilisation dominante. Ses ouvrages ont fréquemment été préfacés par le sociologue et théologien protestant Jacques Ellul.

Elle est devenue célèbre, à partir de 2005, pour son livre « Eurabia, l’axe Euro-arabe », réécris en français l’année suivante. A partir du choc pétrolier de 1973, l’OPEP et les pays arabes ont mis l’Europe à leur merci, en négociant à leurs conditions, toute fourniture énergétique.

L’un de ces alinéas concerne la mise sous pression médiatique et diplomatique d’Israël. Un second volet de ces exigences correspond à la poussée immigrationniste et à la diffusion islamique sur le vieux continent.

On ne présente plus François Célier, ce grand ami d’Israël qui démultiplie les  talents : 

Né à Avignon. Marié, père de 3 enfants. Autodidacte. Ebéniste. Ecrivain (littérature, essais, théâtre). Pasteur. Scénariste (TV / Cinéma). Journalisme. Conférencier.
par Marc Brzustowski
 

François Celier :

Bat Ye’or, en toute indépendance d’esprit, essayons de faire le point sur la situation politico-religieuse en Eurabia occidentale.

Vous avez étudié les effets de l’expansion mahométane dans les pays chrétiens, de même que sa stratégie offensive (qui n’a jamais cessé depuis 14 siècles) à l’encontre des pays réfractaires à l’Islam, donc pays à conquérir.


Quant à moi, philosophique autodidacte, je suis avant tout un homme de foi en l’Eternel D’… c’est pourquoi mes analyses présentent toujours un angle métaphysique.

Pour moi, le scénario alarmiste de notre futur prochain s’est amorcé un certain 11 septembre 2001, mais vous m’aviez précédé depuis bien plus longtemps…


Au début du XXème siècle, les régimes de type soviétique intoxiquaient leurs populations par des propagandes humanitaristes et d’improbables lendemains qui chantent.

 

Au XXIème siècle, les régimes dominateurs qui invoquent paix et tolérance, associées à une désinformation fondée sur un énorme mensonge impliquant l’inversion des valeurs de liberté et du droit humain, grâce à la duplicité de la Takkia coranique, qui constitue le code législatif de la Chariâ.

Bat Ye’or, Comment voyez-vous nos lendemains qui n’en finissent pas de déchanter ?

 

Bat Ye’or Je suis assez pessimiste. Je constate tout d’abord que l’immense majorité des Européens ignorent des concepts clés pour comprendre les défis contemporains, ceux de jihad et surtout de dhimmitude. Cette carence les rend incapables d’ajuster des politiques aptes à juguler le terrorisme islamique mondial et à affirmer les principes fondateurs de leur identité et de leurs libertés.

 

En outre, l’affaiblissement des structures démocratiques par l’autoritarisme hégémonique de l’Union Européenne (UE) entrave, sinon supprime la liberté du débat politique et d’opinions.

L’UE s’est donné des instruments politiques et la légitimité de mener une gouvernance supranationale qui demeure opaque aux Européens. A leur insu, ils sont gouvernés par la Commission européenne dont ils n’ont pas élu les commissaires et dont ils subissent les politiques.

 

Enfin le multilatéralisme prônée par l’Union Européenne comme étant la panacée propre à assurer la paix mondiale, soumet les populations européennes à la gouvernance de réseaux internationaux où l’influence de l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI), est prépondérante dans leur vie quotidienne. 

 

François Celier

A l’heure actuelle, la pression démographique musulmane (arabo-africaine) lui permet d’infiltrer tous les rouages de nos sociétés historiques, ouvertes et démocratiques. Les occidentaux sont anesthésiés par la pensée unique d'une « Paix et Justice » conditionnée au "Palestinisme". Ignorant du séculaire Califat Universel qui se met en place, ils se trouvent en état de capitulation prochaine.

Par ailleurs, de plus en plus contaminée par le prétexte Palestinien (jadis Sarrazin et Barbaresque) l’Europe, montre une affligeante unanimité dans sa réprobation de l’existence de l’Etat d'Israël, pourtant le seul rempart qui la protège contre des millions de musulmans additionnels convoitant ses richesses et son asservissement. 

Israël est la seule démocratie qui défend réellement sa propre population et son territoire contre les agressions permanentes du terrorisme jihadiste, mais aussi contre l’OCI, une redoutable organisation transnationale qui regroupe les pays islamisés agrégés à l’Oummah (1,3 milliard de musulmans).


Agissant déjà comme un Califat universel, l’OCI représente un ordre qui réunit en son sein les pouvoirs politiques, religieux et législatifs fondés sur les valeurs et l’enseignement du Coran et de la Sunna.

Or, l’OCI est l’antithèse de l’Union Européenne  qui sépare le religieux de l’Etat, la laïcité de sa vie publique et des relations internationales.

L’OCI comprend  une Cour islamique Internationale de Justice et une Commission permanente des Droits de l’Homme fondée en 1990 sur la Déclaration du Caire des Droits de l’Homme en Islam.

Toutes ses Institutions doivent se conformer aux valeurs islamiques et aux injonctions de la Charîa. Elle est une véritable contrefaçon du Droit Occidental et de la Déclaration des Droits de l’Homme de 1948.

Par conséquent, ce ne n’est pas la pratique religieuse de l’islam des musulmans qui serait le plus à craindre (à peine un cinquième des textes coraniques), mais les Lois de la Charîa qui sont antinomiques aux Droits et valeurs de l’Occident.

Toutes les grandes religions ont eu leurs excès, leurs guerres, puis leurs aggiornamentos pour une croyance se distinguant du Politique et de l’art de vivre.


Comment faire admettre aux musulmans que le Coran, intangible, inamovible et incréé (alors qu’il connu plusieurs réécritures) puisse être révisé ; et que son Prophète (pas si exemplaire que ça !) soit un modèle en art de vivre au XXIème siècle ?

Comment pourraient-ils entreprendre et réaliser la séparation de la Mosquée et de l’Etat ?

 

Bat Ye’or : Les Occidentaux ignorent les débats qui agitent le monde musulman depuis trois quarts de siècle sur la restauration du Califat, organe à la fois politique et religieux représentant toute la communauté musulmane universelle. Or ce Califat est déjà en place et dicte sa politique aux gouvernements européens trop heureux d’obtempérer, reproduisant le schéma des vizirs chrétiens dhimmis. C’est ainsi que l’immigration musulmane se poursuit, soutenus par les lobbies ‘humanitaires’ européens rattachés à l’OCI et à la Commission européenne.

 

L’influence de l’OCI en Europe s’exprime dans l’enseignement scolaire et universitaire, le principe de la discrimination positive qui se conforme à la demande de l’OCI, par l’implantation en Europe des lois coraniques du blasphème, des tribunaux charia et de la banque charia, pour ne mentionner que les aspects les plus évidents.


L’Union européenne n’a pas vocation à protéger l’identité et les valeurs judéo-chrétiennes qui sont le fondement de la civilisation occidentale. Non seulement elle s’est abstenue de les mentionner dans sa Charte mais elle les a même niées afin de satisfaire les populations musulmanes immigrées. L’islam, en effet, conteste l’identité judéo-chrétienne puisque, selon le Coran, le judaïsme et le christianisme sont des aberrations d’un islam antérieur à ces deux religions.

 

L’on a tort de penser que l’islamisation de l’Europe est un phénomène qui s’impose de l’extérieur. Elle s’appuie sur deux pôles aux politiques convergentes, l’Union européenne et l’OCI. On le voit bien dans le procès intenté à Geert Wilders, parlementaire hollandais soutenu par un large mouvement de révolte européenne et considéré par son gouvernement comme un ennemi.

 

Vous mentionnez le "Palestinisme". C’est une idéologie qui entérine l’alliance d’Hitler avec la Palestine représentée par le mufti de Jérusalem, Haj Amin al Husseini, alliance visant à exterminer le peuple d’Israël. On ne doit pas oublier la présence de la Palestine jusque dans les camps d’exterminations, visités par le mufti. Cette politique conjointe nazi-palestinienne s’exprime maintenant par les termes : processus de paix, paix et justice. Mais il s’agit ici de la paix et de la justice islamique c’est-à-dire celles du jihad et de la dhimmitude. Les termes n’ont plus la violence de la période nazie, mais les objectifs demeurent les mêmes.

 

C’est le palestinisme qui cimente l’union Euro-OCI et qui sape les fondements du christianisme par la négation de ses racines bibliques remplacées par leur interprétation coranique. L’islamisation théologique du christianisme représente un processus antisémite courant à l’époque nazie poursuivie aujourd’hui dans le palestinisme. Les Eglises et les gouvernements de l’UE l’encouragent par leurs pressions sur les récalcitrants, espérant ainsi par l’élimination d’Israël et de la Bible, et par la déchristianisation de l’Europe, favoriser le rapprochement avec l’islam.

 

Nous ne pourrons développer une pensée critique chez les musulmans que si nous-mêmes nous exercions cette critique des textes et de la politique islamique et demeurions fermes sur nos principes éducatifs et les critères de nos valeurs. Or nos autorités nous musèlent sous l’accusation d’islamophobie et s’abstiennent d’encourager les musulmans libres-penseurs.
Le multiculturalisme détruit la pensée rationnelle occidentale et son identité.     

 

François Celier.

Les événements s’enchaînent et vont bientôt se télescoper…

Etayé par une analyse objective basée sur des faits, des déclarations et des constantes observées depuis une dizaine d’années, l’évolution géopolitique et l’orchestration du conflit planétaire qui s’organise montre que le jour du jihad majeur paraît être inéluctable.

Si certains peuvent penser « pourquoi des paroles si alarmistes ? »

C’est l’Histoire des sociétés humaines qui leurs répond.

Des prémices plus ou moins apocalyptiques ont toujours caractérisé l’effondrement des empires et des totalitarismes au cours des siècles.

Celui qui se présente aujourd’hui, et que je persiste à caractériser comme une guerre métaphysique, s’en distingue par une agressivité irrationnelle des nations contre la centralité spirituelle de Jérusalem et l’existence d’Israël.

Indépendamment des tentatives aberrantes de dé-légitimisation de cet Etat de Droit et les menaces de son éradication par l’Amalek iranien Ahmadinejad, l’affaire des 1600 logements de Ramat Shlomo et sa récupération politique par le gouvernement américano-onusien n’en sont qu’une des charges fallacieuses qui se focalisent sur Jérusalem. 

Ce nouveau prétexte des 1600 logements israéliens montre comment l’étau se resserre autour de la cité de David, enivrant  jusqu’au vertige irrationnel tous ceux qui hurlent après la ville de l’Eternel.

Jérusalem devient une pierre d’étourdissement pour toutes les nations de la terre.

C’était écrit dans la Torah et dans la Bible, et cela se précise actuellement sous nos yeux.

Par ailleurs, Obama, l’étoile (filante) politico planétaire se démasque de plus en plus, révélant des intentions pro-islamistes. En dépit de sa diplomatie funambulesque et de son sourire carnassier, il laisse percevoir une hostilité foncière envers les juifs et Israël (son enfance musulmane doit y être pour beaucoup…). Les Démocrates qui l’ont fait Roi devront s’amender de leurs trahisons envers Israël, le meilleur allié de l’Amérique. Hussein Obama serait-il en train de revêtir les habits d’un Amalek d’outre-Atlantique… cependant que l’Amérique profonde demeure sincèrement aux côtés d’Israël ?

 

Mais n’étant ni Prophète, ni Devin, mais simple Pasteur écrivain, ais-je tort de privilégier les non-dits, plutôt que l’omerta des biens pensants ?

Et qui sommes nous, vous et moi Bat Ye’or, pour avancer nos fortes convictions auprès d’innombrable auditeurs et  lecteurs qui pourraient penser différemment ?

Postées hors des murailles de Jérusalem et d’Israël, serions-nous des sentinelles ?  

 

Bat Ye’or : Obama n’a pas été plébiscité par les Démocrates seulement mais également par toute l’Europe et l’OCI. Son programme avait été exposé préalablement dans une publication en 2008 rééditée en 2009, Changing Course. A New Direction for U.S. Relations with the Muslim World. U.S.-Muslim Engagement Project. Sa politique applique à l’Amérique l’idéologie, les principes et les instruments forgés par l’Union Européenne et qui l’ont conduite à la situation que nous connaissons aujourd’hui. Si Obama juge que la construction de quelques logements pour des familles juives en Judée/Israël met en danger la superpuissance américaine, c’est qu’Obama a déjà perdu la guerre. Ce n’est pas sa retraite derrière un pâté de maisons juives qui le protégera de ses ennemis, ni la vente comme l’a fait l’Europe, des droits juifs aux jihadistes en attendant de céder ceux des Américains.  

 

Je ne vois pas l’intérêt pour l’OCI de susciter un conflit majeur contre l’Europe car celle-ci est déjà maîtrisée et contrôlée par les cellules jihadistes indigènes, le terrorisme extérieur et les menaces économiques de l’OCI. L’Europe s’est rendue aux terroristes de l’OLP en 1973 sans livrer bataille et a été depuis trop heureuse de verser des milliards aux Palestiniens, de les soutenir contre Israël sur tous les fronts et de se livrer à sa passion paranoïaque : la haine d’Israël tout en favorisant l’islamisation de son propre territoire. En ce moment l’Europe remplie un rôle primordial pour l’OCI : initier les élites musulmanes à la gestion moderne des sociétés. Cette fonction fut celle des élites chrétiennes dhimmies après l’islamisation de leurs pays. Leur utilité dans le transfert des connaissances terminée, elles furent éliminées.  L’Europe prétend aspirer à jouer un rôle majeur sur la scène internationale et accuse Israël de l’en empêcher. Mais en fait depuis 1973, ce rôle ambitieux dont elle nous rabat les oreilles se limite à un combat de mercenaires au profit de la Palestine et de l’OCI et dans l’exécution de leurs basses œuvres. Toutes les campagnes anti-israéliennes de boycott, de diffamation, d’accusation d’apartheid sont financées et inspirées par la Commission européenne.

 

Quand à Israël, il est investit d’une signification primordiale dans le conflit de civilisations actuel. L’affirmation de la légitimité souveraine d’Israël dans son pays s’appuie sur l’histoire biblique et post-biblique. Or le Coran donne de l’histoire juive et chrétienne une version islamisée où les personnages bibliques d’Israël et Jésus lui-même, sont des prophètes musulmans. Le pays de la Bible pour l’islam est celui du Coran dont les personnages hébreux  islamisés sont des musulmans. Il s’ensuit que les juifs et les chrétiens, non seulement sont dépouillés de leur identité religieuse et historique, mais également n’ont aucune racine en Terre sainte puisque toute l’histoire biblique est une histoire islamisée dont les héros sont musulmans. Cette interprétation coranique de l’histoire juive et chrétienne explique l’islamisation des lieux saints juifs. En outre, le Califat, c’est-à-dire l’OCI, a inscrit dans sa Charte le transfert de son siège de Djedda à Jérusalem, ce qui laisse prévoir l’instauration de la Charia, la destruction du christianisme jérusalémite et l’islamisation de ses lieux saints.      

 

Les Palestiniens, qui ne sont que l’armée de l’OCI et de l’Europe sont chargés de faire triompher les valeurs du jihad et de la dhimmitude sur celles de la liberté et de la dignité de l’homme, inhérentes à l’émergence d’Israël dans l’histoire humaine. Cette guerre conjointe de l’UE et de l’OCI contre Israël génère la même attaque contre le christianisme issu du judaïsme et favorise son remplacement par un christianisme islamisé (Théologie de la libération palestinienne), étape provisoire vers l’islamisation. On voit par conséquent que l’issue de ce conflit déterminera l’emprise mondiale de la dhimmitude et la déchéance de l’Occident ou la victoire des principes de liberté et de respect des peuples. L’Europe a choisit son camp : la Palestine contre Israël. C’est ce choix qui a déterminé sa descente progressive dans la dhimmitude.

Vous vous demandez ce que nous sommes.

Rien, sinon des témoins et des voix de notre temps…

 

©Bat Ye’or et François Celier

 
Nous remercions Bat Yé'or et François Célier pour cet entretien.






Logo Ici

logoaschkel.info



pour aschkel.info et lessakele

Très bientôt vous retrouverez cet entretien en audio enregistré dans le studio de Jerusalemplus.tv

bat yeor celier-copie-3


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :