18 avril 2021

Aux origines théoriques des black blocs

Qu'explique l'un de leurs idéologues, François Cusset, dans un article sans doute peu connu  :

" Se cacher, c’est inverser les codes, les subvertir sur place, en se couvrant par exemple d’autocollants Attac pour passer inaperçu auprès des hordes de manifestants. Avancer masqué pour endormir les soupçons, avoir l’air dépassé pour mieux reprendre le dessus, jeu du signe inversé auquel excellent les combattants depuis qu’il y a 25 siècles, le stratège Sun Zi réunissait ces quelques règles de bon sens en un complet Art de la guerre : « La confusion apparente procède de l’ordre, la couardise apparente procède du courage, la faiblesse apparente procède de la force […] Il faut avancer sans laisser de traces, semblable aux esprits ».

Longtemps avant que des stratèges plus récents (Deleuze et Guattari, par exemple) ne leur donnent une leçon de monadologie, les tenants d’un face-à-face rigide, bêtement polarisé, entre substances ennemies avaient déjà tort : car se cacher c’est aussi semer l’ennemi, le disperser, jeter le trouble en son sein, en menaçant de le devenir, ou que lui-même ne devienne l’insurgé, des Indiens d’avant-hier déguisés en colons pour mieux les attaquer aux camouflés nombreux de guerres plus récentes, et aux flics en civil d’aujourd’hui que rien ne distingue plus de leurs cibles « civiles ».

Sun Zi, toujours : « L’armée doit être semblable à l’eau : comme l’eau évite les hauteurs et se précipite dans les creux, l’armée évite les pleins et attaque les vides ; comme l’eau adapte son cours aux reliefs du terrain, l’armée construit la victoire en s’adaptant à l’ennemi ; c’est pourquoi, comme l’eau n’a pas toujours la même forme, l’armée n’a pas toujours la même apparence ». Il y va là, bien entendu, de beaucoup plus que de la seule efficacité guerrière ; il y va des interstices, de toutes les zones échappant aux radars, comme des seuls recoins où ma valeur ne me sera pas dictée, octroyée puis dérobée, cycle de la domination. " (Faire-non, François Cusset).

Il ne s'agit donc pas de se méprendre, M. François Cusset avance tout aussi masqué, blac bloc de la pensée néo-léniniste tendance zadiste propage une confusion des pensées autant que des sexes (il est aussi l'un des idéologues de la queer attitude) et ce non pas comme proposition, "souci de soi" parmi d'autres, mais obligation, sous peine de passer pour "anti 68" etc.

Ainsi il ne s'agira pas d'admettre la République, son "ordre" mais d'appeler un flic un milicien du Kapital d'où la haine généralisée comme lui parce que ce qui compte c'est détruire l'acte de délimitation en général puisque celui-ci est supposé être au coeur de la concentration de forces ou le capital. Ce qui implique d'en détruire les fondements en tuant dans l'oeuf tout ordre laissant seulement ce désir de mort se répéter sans objet, hormis celle de l'instant précédent en attente de la bifurcation (fractale) suivante.

Dans ces conditions, il ne faut pas s'étonner que lorsque cette stratégie, lorsque ce nihilisme se répand partout, -(jusqu'à considérer que la danse relèverait d'une esthétique "fasciste" quand elle "sanctifie" le "beau corps et le beau mouvement" selon Lloyd Newson (Le Monde du 23 octobre 2007, article de Dominique Frétard ) il n'est pas étonnant qu'en réaction des courants ultraconservateurs voient de plus en plus le jour.

 


Publié en 2007.

Lucien SA Oulahbib

https://en.wikipedia.org/wiki/Lucien-Samir_Oulahbib

Voir tous les articles de Lucien SA Oulahbib →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :