16 septembre 2021

La présomption fatale

 Cette année, le Parti socialiste a choisi de tenir son université d’été à La Rochelle. Parmi les nombreuses personnalités invitées à s’exprimer, mon attention a tout spécialement été attirée par la présence de l’ex-Premier ministre Jean-Marc Ayrault qui n’en démord pas de son idée fixe (et avortée) de réformer la fiscalité française à la sauce collectiviste.
 
    Et comme on n’est jamais mieux servi que par soi-même, le député Ayrault en a profité pour faire la promotion de son nouveau livre intitulé : “Pour un impôt juste, prélevé à la source” (Fondation Jean-Jaurès (27 août 2015) écrit en collaboration avec Pierre-Alain Muet, ancien conseiller économique de Lionel Jospin. Selon Pierre-Alain Muet :
 
    “Neuf Français sur dix payent plus de CSG que d’IR. Mais si l’IR est progressif et fonctionne par tranche, ce n’est pas le cas de la CSG qui est proportionnelle. Or, la justice fiscale, c’est la progressivité, c’est l’égalité des sacrifices consentis. C’est pour cela que nous, socialistes, nous voulons depuis longtemps réunir ces deux impôts pour en faire un grand impôt progressif”.
 
    Voilà donc le député et professeur d’économie Pierre-Alain Muet pris en flagrant délit de présomption fatale dès lors que la justice sociale passerait obligatoirement par la justice fiscale laquelle, pour être légitime et consentie par le plus grand nombre, doit se montrer bienveillant  avec les uns et foncièrement inéquitable avec les autres.
 
    Il s’agit donc bien de mettre en application par force de loi ce que Friedrich Hayek, dans son ultime ouvrage intitulé “La présomption fatale – Les erreurs du socialisme” (PUF, 1er janvier 1993), démontre comme étant un vice caché dont la présence, consubstantielle à la pensée socialiste, a toujours conduit, historiquement, sa mise en pratique à l’échec. Jacques Garello :
 
    “Les hommes ont une grande capacité à s’auto-organiser entre eux, et par contraste vouloir construire une société parfaite et imposer des règles sociales “par en haut” constitue une “présomption fatale”. C’est justement cette présomption qui domine le socialisme et conduit à l’extension de l’Etat : sa législation, n’a plus rien à voir avec le droit, elle s’abrite derrière des concepts vides de sens comme l’intérêt général, la souveraineté ou la justice sociale. Par exemple la justice sociale, dont personne ne sait rien, a pour effet immanquable de détruire la propriété et la liberté, et d’avancer sur la route de la servitude”. CQFD.
 
    Les 35 heures brocardées par Emmanuel Macron mais qui, peu après, s’est courageusement rétracté sont elles aussi sorties de la même veine “fatale” si chère à la gauche dans toutes ses déclinaisons. Aussi est-il tragique de constater que certaines gens, par ailleurs des plus estimables, puissent se montrer si vulnérables à de telles falsifications de la notion de progrès !
 
    Pour rappel, l’article 13 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 énonce : “Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable : elle doit être également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés”. En bon français, me semble-t-il, “également répartie en raison de leurs facultés” signifie en proportion de leurs facultés.
 
    Car la vraie justice fiscale ne passe pas par la recherche d’une progressivité toujours plus étendue destinée, sous le couvert de vrais-faux bons sentiments, à spolier les plus entreprenants pour, soi-disant, rendre leur dû aux plus défavorisés au nom d’une justice sociale introuvable, mais certainement plus légitimement par l’instauration durable d’un taux égal pour tous.        

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :