21 octobre 2020

5 policiers abattus:l’échec, total, d’Obama

Contrairement aux apparences, Obama a échoué, sur toute la ligne : l'économie ne tient qu'à un fil s'il n'y avait les énormes subventions de la FED et sa planche à billet, la sécurité intérieure s'étiole à force d'avoir envenimé le racisme anti-blanc et diabolisé la police (alors que des policiers noirs tuent aussi, et parfois même des blancs).

La cohésion sociale aussi s'effondre alors qu'il y a bien moins de problèmes avec les asiatiques et hispaniques ; c'est que les effets négatifs de la discrimination positive se font encore sentir, alimentant les rancoeurs liées à l'esclavage puis la ségrégation, certes, mais aussi à une sorte d'assistanat multiforme qui a construit de belles carrières mais détruit nombre familles (père et mère se séparant pour toucher deux fois le welfare state) le tout sous injonction gauchiste et incantation islamo-communiste (les blacks panthers, Malcom X etc…).

Autant Reagan Clinton et Bush avaient réduit l'animosité noire (relance du Bronx et de Harlem, accalmie de la guerre inter-gang à L.A) autant Obama a suscité la haine réveillant ) rebours une espèce de néo-KKK qui alimente désormais certains rangs des "trumpistes".  Ce retour de flamme se lit d'ailleurs aussi en Europe lorsque les élites n'arrivent pas à comprendre que l'on ne peut impunément diviser pour régner, s'appuyant sur les minorités pour déclasser toute une frange de la population qui a déjà maille à partir avec la mondialisation et le multiculturalisme imposé.

Sur la scène mondiale, Obama a échoué à détruire l'islam radical qui n'a jamais été aussi fort que sous son règne malgré les revers actuels. Son départ précipité d'Irak n'a fait que renforcer simultanément les milices shiites affiliées à l'Iran et les djihadistes sunnites chouchoutés par Saddam Hussein (ils se nommaient Fedayins à l'époque). Ne parlons pas de la Syrie, Somalie, Égypte, Libye, Afghanistan.

Son entêtement à forcer les Russes d'adopter les critères LGBT en alimentant l'appréhension, légitime, des Polonais, et des Estoniens envers les ambitions impériales de la Russie, n'a fait qu'alimenter la nervosité de celle-ci à défendre autoritairement la reconstitution charnelle d'une société détruite par le communisme concocté par les intellectuels européens et américains.

On pourrait pratiquement dire la même chose pour la Turquie : le nihilisme sociétal alimente l'extrémisme islamiste. Idem partout ailleurs, en France particulièrement.

En refusant d'admettre qu'il ne faut pas confondre respect des droits individuels y compris homosexuels et propagande LGBT visant à indifférencier les sexes et les filiations, Obama et avec lui toute la frange post communiste sécrètent la haine anti-moderne, en particulier la diabolisation du corps féminin, et de l'égalité homme/femme.

Ses reculs sont également patents vis-à-vis d'une Chine arrogante qui prétend s'accaparer la mer de Chine à son seul profit impérialiste. Ne parlons pas de sa présence de plus en plus colonisatrice en Afrique. Sauf qu'Obama préférera s'en prendre à Israël alors que la présence de celui-ci sur ses terres ancestrales est d'autant plus légitime que celui-ci a cherché en vain une véritable paix des braves avec les Arabophones que ceux-ci ont toujours rejeté, surtout depuis 1947.

On peut toujours rétorquer bien sûr que tout cela est sinon faux du moins exagéré, il n'empêche que depuis qu'Obama et ses alliés ont imposé leur façon de voir les choses se sont aggravées considérablement. Aussi il ne sert strictement à rien de faire de Tony Blair un bouc émissaire. Ou le dilemme de la paille et de la poutre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :