25 janvier 2022

Les Guerres à venir

Ces rapports confirment l'opinion sur le retour des choses à la normale. Des terroristes kidnappent des Israéliens et les prennent en otage, et Israël libère des terroristes pour les libérer. C'est une pensée réconfortante pour des gens comme le Premier Ministre Ehud Olmert et ses collègues, et les membres de l'Etat Major du Lieutenant Général Dan Haloutz, qui continuent de croire qu'il sera possible pour Israël de signer sur une ligne pointillée pour parvenir à une " existence normale ". Malheureusement, la chance pour que Gilad Shalit soit libéré est presque aussi faible que la probabilité pour que Israël puisse accéder à une " existence normale ".
Des sources palestiniennes expliquent que la décision de libérer ou non Shalit est solidement entre les mains des Iraniens et des Syriens, et ils ne sont pas d'humeur à faire le moindre échange avec les Juifs.

Aujourd'hui, l'Autorité Palestinienne n'est rien d'autre qu'un autre mandataire de l'Iran. Pendant le dernier mois de guerre au Liban, c'étaient les forces de sécurité palestiniennes dirigeant le groupe terroriste Fatah', présumé modéré, qui ont organisé des manifestations de masse dans les rues de Ramalllah et de Gaza en applaudissant le Hezbollah, et en appelant Hassan Nasrallah à bombarder Tel Aviv.

Maintenant, après le cessez-le-feu, qui a conféré au Hezbollah et à ses Etats parrains, la Syrie et l'Iran, la plus grande victoire de leur histoire, des forces de l'AP préparent activement le prochain round de la guerre contre Israël. Comme le porte-parole du Hamas l'a déclaré, la défaite d'Israël au Liban les a convaincus qu'il est possible d'adopter les méthodes du Hezbollah pour détruire l'Etat juif. Parmi les fausses nouvelles sur ses projets de dissoudre le gouvernement du Hamas pour le remplacer par un gouvernement de technocrates, Abbas est allé à Gaza lundi matin et a demandé au premier ministre Ismaïl Haniyeh que le Fatah se joigne à son gouvernement.

Instruits par ses chefs à Téhéran et à Damas, Haniyeh n'a pas encore donné son accord à l'offre d'Abbas. Il lui a plutôt posé des conditions humiliantes que Abbas devra d'abord accepter. Abbas a déjà donné son accord pour que l'organisation terroriste du jihad islamique se joigne aussi au gouvernement. Il lui est également demandé d'accepter les exigences du Hamas, à savoir que le Fatah rejoigne le gouvernement en tant que partenaire mineur, et qu'il abandonne ses négociations avec Israël.

A travers la bande de Gaza et les zones palestiniennes de Judée et Samarie, les Palestiniens se préparent au nouveau round du jihad contre Israël. Comme c'était le cas il y a six ans, ils commencent par l'exécution publique de Palestiniens accusés d'aider Israël à combattre le terrorisme. Cette semaine, une foule en extase composée de centaines de gens a hué et tapé des pieds lorsque des meurtriers à visage découvert ont tué un tel " collaborateur " palestinien à Jénine.

Ainsi, pendant que tous les yeux sont collés au Liban, les Palestiniens pourraient bien entamer la prochaine guerre. Et nous savons exactement l'aspect de cette future guerre. Ils utiliseront des missiles et des roquettes qu'ils feront passer en contrebande d'Egypte et de villes en Judée et Samarie, et ils nous tueront en nombre toujours plus grand. Ils recevront de l'argent, des armes, et l'instruction au combat par le Hezbollah et les opérationnels iraniens, à Gaza et à l'étranger, et ils nous attaqueront en protestant de leur indéfectible attachement au jihad, et de leur colère contre " l'agression " d'Israël.

Et puis il y a la Syrie. Le discours du président syrien Bashar Assad mardi a été un véritable tournant. Après 14 ans de traversée du désert, la Syrie a retrouvé sa virginité. La paix a déclaré Assad, est morte. Nous haïssons Israël et nous voulons le détruire. Si ce n'est pas nous, alors nos enfants le détruiront. Tous les arabes qui veulent la paix avec Israël sont des traîtres. Longue vie au Hezbollah, et nous ferons la guerre pour conquérir les hauteurs du Golan comme première étape de la destruction d'Israël.

Ainsi, la Syrie s'apprête à nous attaquer. Peut-être le fera-t-elle pendant que le Hezbollah réalisera la " construction et la reconstruction du jihad ", où grâce au financement iranien, le Hezbollah reconstruira le Liban pour les Libanais et plantera ainsi un nouveau clou dans le cercueil de l'Etat nation libanais, et fera progresser la colonisation iranienne du Liban de dix pas. Oui, alors que le Hezbollah avance dans la reconstruction du Liban, et avec l'assistance iranienne et syrienne, rééquipe et augmente son arsenal de guerre et reconstruit sa structure de forces, la Syrie ouvrira sûrement un nouveau front sur les hauteurs du Golan.

Comme les Palestiniens, les Syriens suivront le modèle du Hezbollah. Assad sait que ses forces conventionnelles vétustes sont incapables de conquérir et de tenir les Hauteurs du Golan. Mais si Israël combat la Syrie de la même manière qu'il vient de combattre le Hezbollah, alors cela n'a pas d'importance. La Syrie, avec son arsenal de missiles Scud dont la portée couvre la totalité du pays, et armés de ses têtes chimiques et biologiques pouvant agir dans le meilleur des cas comme force de dissuasion, sera en mesure de tuer des milliers si ce n'est des dizaines de milliers de citoyens et de soldats israéliens dans la bataille à venir, et pourra causer des dommages économiques et aux propriétés se chiffrant par dizaines de milliards de dollars.

La Syrie se croit capable de provoquer suffisamment de dommages pour obliger Israël à solliciter un cessez-le-feu comme nous venons de la faire avec le Hezbollah. La Syrie s'attend à gagner au Conseil de Sécurité de l'ONU ce qu'elle ne pouvait jamais espérer obtenir sur le champ de bataille. Spécifiquement, avec le précédent de la résolution 1701, la Syrie ne doute pas qu'en échange de son agression, elle recevra la reconnaissance internationale de ses exigences territoriales à l'encontre d'Israël ; une force internationale sur les hauteurs du Golan qui rendront difficile pour Israël la réponse à de futures attaques ; Une ascension majeure de son profil international ; et des milliards de dollars d'assistance internationale pour la reconstruction à la suite de tout dommage causé par les opérations de Tsahal.

Derrière les Palestiniens et les Syriens se tient l'Iran, le phare derrière le jihad actuel. L'Iran, avec son programme d'armement nucléaire florissant, est le seul plus grand danger pour la survie d'Israël.. Jusqu'à présent, l'Iran a fait en sorte de combattre Israël via ses mandataires, avec un grand avantage.
Mais l'Iran a fait savoir très clairement qu'elle s'apprête à se joindre à la bataille directement quand elle sera en forme et prête. Et bien sûr, elle sera en forme et prête quand elle détiendra l'arme nucléaire.

Si l'Iran est autorisée à parvenir à l'arme nucléaire, alors bien sûr nous nous attendons à un scénario de guerre impliquant non pas des milliers de morts, mais des millions.

Comme tous les dirigeants d'Israël se sont empressés de le souligner au long des années, la menace d'un Iran doté de l'arme nucléaire n'est pas seulement dangereuse pour Israël, mais pour le monde entier. L'Iran a ses voisins du Golfe persique dans son collimateur. Elle a directement menacé les USA et l'Europe.

Bien que cela soit vrai, le fait que l'Iran soit une menace pour le monde entier n'autorise pas Israël à esquiver ses responsabilités pour affronter directement l'Iran. S'il le faisait, cela équivaudrait à signer l'arrêt de mort du Peuple juif.

Dans un futur pas si lointain, nous nous retrouverons en guerre contre l'Iran. Aujourd'hui, le choix de mener cette guerre selon notre agenda, et avant que l'Iran n'obtienne des armes nucléaires, est entre nos mains. Si nous hésitons, si nous et le reste du monde libre gâche un temps précieux en tractations diplomatiques oiseuses avec les ayatollahs, la guerre nous tombera dessus, mais selon les termes de l'ennemi. Et nous ne pourrons que nous blâmer.

Toutes ces guerres à venir se présentent à nous avec un défi bien clair pour le pays. Nous devons préparer la guerre. Cela signifie que technologiquement, nous devons nous engager dans un programme de catastrophe pour trouver les moyens de protéger nos villes d'une attaque de missiles. Nous nous en sommes tirés assez bien cette fois. Le Hezbollah a choisi de ne pas attaquer nos centres industriels, mais a démontré sa capacité de la faire par ses attaques de missiles près du port du Haïfa, et ses attaques près de l'installation électrique de Hadera.

Militairement, nous ne devons pas diminuer le ciblage de nos ennemis. Tsahal doit viser chaque terroriste palestinien. Il doit réaffirmer le contrôle sur la frontière internationale entre Gaza et l'Egypte. Israël doit accepter la réalité : L'AP est une organisation terroriste, non pas un régime légitime ; cesser de considérer Abbas et ses associés du Fatah comme des partenaires potentiels de paix. Evidemment, Israël doit abandonner l'idée de transférer la Judée et la Samarie sous contrôle palestinien, et prendre toutes les mesures nécessaires pour stabiliser la situation sur le terrain de manière à neutraliser la menace du jihad palestinien.

De plus, la guerre au Liban a démontré les résultats d'années de négligence des forces des réservistes de Tsahal. Ces forces doivent être convenablement équipées, convenablement formées pour la guerre, et convenablement dirigées. La proposition de dégager les hommes du devoir des périodes de réserves à 35 ans doit être abandonnée. Tsahal doit accepter qu'ils sont une force combattante pour la guerre. Les commandants doivent cesser d'agir comme des yuppies en uniforme, et comprendre qu'ils doivent entraîner leurs hommes pour la guerre, pour combattre et vaincre.

Enfin, Israël doit avoir une direction politique capable de dire au public israélien la vérité ignorée pendant les quinze ans écoulés. Nous ne sommes pas une nation " normale ", et nous n'allons pas obtenir la paix dans les années à venir. Nous sommes une nation anormale avec nos voisins et avec le monde, et nous demeurerons toujours ainsi, comme c'est notre Droit. Notre Peuple doit être capable de sacrifices pour la survie de l'Etat, et la défense de notre liberté d'être un Peuple anormal. Nous avons besoin d'une direction qui dira au Peuple israélien qu'une lutte nous attend, mais que notre démocratie, notre liberté, et nos valeurs nous donnent le pouvoir d'une pensée créative qui nous permettra de vaincre toutes les tristes forces du jihad qui nous entourent.

En réponse au discours d'Assad mardi dernier, la ministre des affaires étrangères Tzipi Livni a déclaré qu'Assad devait décider s'il choisit la paix ou la guerre. Le ministre de la défense Amir Peretz a même surpassé cela quand il a dit que désormais la guerre est finie, qu'il est temps pour Israël de revenir aux vraies activités du temps de paix, et de poser les conditions d'une relance des négociations de paix avec la Syrie.

En répondant ainsi à un Assad indubitablement belliciste, nos dirigeants nous ont une nouvelle fois démontré qu'il n'ont rien appris et sont incapables de rien apprendre du désastre dans lequel ils nous ont conduits avec le Hezbollah au Liban. Il n'existe pas de missile capable de pénétrer leurs murs d'auto aveuglement et d'illusions. Ils sont aveugles et sourds toute preuve de ce que leur méthode de conciliation a échoué. Avec l'insistance bornée du gouvernement Olmert affirmant avoir gagné la guerre qu'il vient de perdre, avec les déclarations absurdes de l'Etat Major sur le succès de la mission, il est clair qu'aussi bien notre direction politique et militaire doit être remplacée aussi vite que possible. Nos ennemis ne nous donnent pas de temps pour l'hésitation. Ils préparent leurs prochaines guerres en pleine lumière, alors que nos dirigeants gloussent dans l'obscurité de leur hébétude idéologique.

JERUSALEM POST 18 août 2006

Adaptation française de Simon Pilczer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :