13 mai 2021

Dissoudre Génération Identitaire ou l’action mesquine par excellence

Qu’attendre d’un gouvernement de lilliputiens, d’incompétents notoires, de vauriens imbus de suffisance et qui se rachètent ainsi une conduite pour masquer leurs manques multiformes ? Sous leurs grands airs bardés de faux chiffres (Michèle Tribalat vient de le démontrer pour la Belgique) et de conflits d’intérêts (Remdisivir, Ivermectine, cabale anti hydroxychloroquine et  azithromycine) ils agissent dans le sens contraire aux  nécessités comme le fait sous nos yeux de faire plaisir ainsi, par cette dissolution de G.I, à leurs maîtres eschatologiques ceux de l’ultragauche “sans frontières” (donc sans identité ) qui peut de plus en plus parader effrontément en un pas de deux démultiplié jusqu’à la folie celle d’un Néron mettant le feu à Rome et accusant les jeunes identitaires de l’époque ces “chrétiens” qui se voulaient spécifiques.

Ces parvenus au gouvernement alimentent donc par une politique destructrice les discours aspirant à “revenir comme avant” puis les dissolvent le moment venu tel un chat qui explose la souris qu’il titille pourtant, comme lassé du jeu ou par opportunité stratégique telle que rallier les bien pensants les rassembler en roquets (dé)masqués pour la chasse à courre nouvelle mouture : le “sous chien” identitaire… Une chasse menée par des “sous chattes” avides de détruire toute souris qu’elle soit blanche ou noire, mâle ou femelle.

Sous cette mélodie stridente cette mitraille idéologique l’heure n’est plus aux seules discussions plutôt à la solidarité car au-delà des divergences il est inadmissible que les principes ayant fondé la France, tous fondés sur la Liberté, posée comme Première Pierre, soient ainsi bafoués, cette dérive totalitaire doit être donc stoppée et vite tant elle apparaît de plus en plus et paradoxalement comme étant devenue la seule réelle identité  de robot(e)s au visage d’ange.

Comment ?… L’article 2 de la Déclaration des Droits de l’Homme (intégrée au Préambule de la Constitution en cours) est sans appel : ” la résistance à l’oppression”…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :