Syrie : Obama en pleine confusion

Obama se targue s'agissant de la Syrie de jouer la prudence, ce qui n'aurait pas été le cas en Afghanistan et en Irak. Qu'est-ce à dire exactement ? Qu'il fallait laisser les Talibans au pouvoir, eux qui avait permis à Ben Laden d'implanter ses troupes?…

Et concernant l'Irak, les Kurdes restent très contents (et même sont rejoints par les Kurdes syriens), idem pour la majorité des chiites et même sunnites qui ne demandent pas le retour du parti Baas ; et s'il n'y avait pas les interférences iraniennes ainsi que l'esprit de revanche lié à 2000 ans de guerre inter-musulmane, la situation irakienne serait pleinement ce qu'elle continue un peu d'être : l'annonciatrice du printemps démocratique des pays encore dominés par la colonisation arabo-musulmane.

Obama est au pied du mur. Les armes de destruction massive qui ont fui l'Irak (Saddam s'en était servi contre les Kurdes et le Shiites) sont utilisés actuellement en Syrie par Assad qui a le cynisme de prétendre que ce sont les rebelles qui les utilisent. N'oublions pas que l'art baasiste syrien de la parole diplomatique est l'un des plus peaufinés du monde, et il serait capable de démontrer que ce que nous voyons n'est après tout qu'une lutte anti-terroriste menée comme ce fut le cas en Algérie dans les années 90.

Obama pourrait envoyer quelques drones. Mais dans ce cas ce serait la porte ouverte aux attentats à la voiture piégée dans les diverses capitales du monde, et la Syrie, aidée par l'Iran, est excellente en la matière. Nous assisterions à une guerre larvée, bien plus asymétrique que de coutume, car les artificiers d'Al Keida ont été formés par les services secrets syriens, iraniens, pakistanais, sous la houlette de formateurs de l'Allemagne de l'Est et de la Corée du Nord. Que du beau monde on le voit.

Obama a loupé le coche l'année dernière quand les djihadistes n'étaient pas aussi importants et que Assad était acculé. Un coup de pouce aurait fait hurler Poutine, mais en lui assurant la continuité de la présence russe en Syrie, cela se serait tassé. La France aurait pu contribué à ce tassement. Mais les grands compétents qui gouvernent notre diplomatie en ont décidé autrement. J'ai entendu Kouchner rouspéter, avec Juppé et BHL. En vain : on ne moque pas de Bush impunément :-)

Lucien SA Oulahbib 25/8/2013

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

1 731 vues

Tous les articles de Lucien SA Oulahbib

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Article Resiliencetv, Débats-RTV, Editorial de Resiliencetv-ARTV, On a testé pour vous-RTV

 

Comments are closed. Please check back later.