Revue de presse (Proche-Orient), semaine du 2 juillet


La centrale nucléaire de Bushehr en Iran devrait être achevée en septembre


La centrale nucléaire actuellement construite par la Russie dans la ville portuaire de Bushehr, dans le sud de l’Iran, sera achevée d’ici septembre et Téhéran espère commencer son exploitation peu après, a rapporté mardi 4 juillet l’agence de presse russe RIA Novosti, citant un responsable iranien.

La construction de la centrale a pris du retard, notamment en raison d’un litige financier entre Moscou et Téhéran, indique la même source. Les Etats-Unis, l’Union européenne et de nombreux pays arabes s’opposent au projet, estimant qu’il constitue une première étape sur la voie de l’acquisition de l’arme nucléaire par la République islamique.

Emeute devant une mosquée radicale d’Islamabad


Neuf personnes ont été tuées par balles mardi 4 juillet lors d’accrochages entre les forces de sécurité et des dizaines d’étudiants islamistes armés, proches des talibans afghans, devant une mosquée radicale d’Islamabad en conflit avec le gouvernement, a rapporté la presse pakistanaise citée par l’agence de presse américaine Associated Press.

A l’issue d’un entretien avec de hauts responsables, dont le président Pervez Musharraf, le vice-ministre de l’Intérieur Zafar Warriach a déclaré que le gouvernement avait imposé un couvre-feu immédiat dans la zone autour de la Mosquée rouge d’Islamabad, où sont retranchés des hommes armés.

Après ces heurts, les étudiants coraniques ont incendié deux bâtiments gouvernementaux proches de la mosquée, dont celui du ministère de l’Environnement, et lancé des pierres, aux cris de « Longue vie aux talibans », selon la police. Ils ont aussi mis le feu à des voitures de fonction.

Conférence à Rome sur l’Afghanistan


Les délégués participant à une conférence internationale à Rome ont promis mardi 4 juillet 360 millions de dollars (265 millions d’euros) pour former des magistrats et prendre d’autres mesures destinées à renforcer le système judiciaire en Afghanistan, a rapporté l’Associated Press.
Ces engagements ont été rendus publics à l’issue d’une réunion de deux jours sur l’état de droit en Afghanistan, question qui a largement été éclipsée par les inquiétudes exprimées au sujet des victimes civiles d’opérations menées par les forces de l’OTAN dans le pays.

Un projet de loi sur le partage de la rente pétrolière approuvé par le gouvernement irakien


Le gouvernement irakien a approuvé mardi 4 juillet un projet de loi sur le partage des revenus du pétrole dans le pays, un texte considéré comme crucial par les Etats-Unis pour favoriser la réconciliation entre sunnites et chiites.

Les Américains espèrent que le texte, qui doit encore être adopté par le Parlement irakien, permettra de renforcer l’adhésion des sunnites au processus politique et de réduire le soutien aux groupuscules terroristes, selon l’Associated Press.

Le Premier ministre Nouri al-Maliki a annoncé que son cabinet avait approuvé à l’unanimité le projet et que le Parlement commencerait à l’examiner mercredi. Il l’a présenté comme la « loi la plus importante en Irak ».

Reprise de contact entre les services de sécurité israéliens et palestiniens


Les responsables de la sécurité israéliens et palestiniens ont repris des réunions conjointes qui n’avaient pas eu lieu depuis près de deux ans, ont confirmé les deux parties mardi 4 juillet. Il s’agit d’un signe supplémentaire de l’apaisement entre Israël et l’Autorité palestinienne après la prise de pouvoir du Hamas dans la bande de Gaza et la dissolution du gouvernement d’union nationale qui en a résulté, a rapporté le Jerusalem Post.

Les responsables de la sécurité palestinien ont déclaré qu’il s’agissait du dernier d’une série de contacts pris ces dernières semaines entre les deux parties. Du côté du Hamas, on accusait le Fatah du président Mahmoud Abbas, qui contrôle la Cisjordanie, de collaborer avec l’ « ennemi sioniste ». Ces propos ont été exprimés sur la chaîne du Hamas, Al-Aqsa, mardi 4 juillet.

Le Danemark appelle au contrôle de la frontière libano-syrienne


Le ministre danois des Affaires étrangères, Per Stig Moeller, a estimé mardi 4 juillet qu’il était « important » que la frontière entre le Liban et la Syrie soit contrôlée pour empêcher le trafic d’armes, lors d’une conférence de presse à Damas avec son homologue syrien, Walid Moallem.

« Il est important qu’il y ait un véritable contrôle de la frontière syro-libanaise. Nous discutons avec le Liban des contributions que le Danemark pourrait apporter à cette question », a déclaré M. Moeller, qui s’est entretenu entre autres avec le président Bachar el-Assad au cours de son séjour, a rapporté le quotidien libanais L’Orient-Le Jour.

La Syrie avait démenti le 12 juin tout trafic d’armes à la frontière et critiqué violemment l’envoyé spécial des Nations unies au Proche-Orient, Terjé Roed-Larsen, à l’origine, selon elle, de ces « fausses informations ».

La Turquie prête à frapper le PKK en Irak


« Nous n’attendrons pas l’aval des Américains pour mener une incursion en Irak si notre sécurité est en jeu », a affirmé le ministre des Affaires étrangères de la Turquie, Abdullah Gül, dans un entretien publié en anglais par le quotidien turc conservateur Zaman. Il s’agit vraisemblablement de faire pression sur Washington, principal allié des Kurdes irakiens.

Depuis des semaines, Ankara menace d’intervenir en Irak contre les bases des séparatistes kurdes du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan), accusés de lancer des attaques contre des cibles militaires turques. Une opération serait planifiée. De leur côté, les Etats-Unis peinent à préserver le Kurdistan irakien de la violence, a rapporté le Courrier international du mardi 4 juillet.

Masri 4/7/2007

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

1 202 vues

Tous les articles de Masri

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Non classé

 

Comments are closed. Please check back later.