Témoignage accablant d’une membre du CH à La Roquette

Depuis quelques jours j’ai tout le temps envie de prier. Je ne peux l’expliquer autrement que par ce sentiment étrange d’être en danger à cause de mes origines…

Tout mon peuple ressent la même chose en étant près ou loin de notre terre, ayant vécu ou non les roquettes… dans toute la communauté juive du monde je sens la peur ambiante d’un nouvel oppresseur.

 Je sens que ma prière est une force, plus je prierai fort, plus sa lumière se répandra!

 J’ai un mauvais pressentiment en quittant la maison… je pense que je n’ai ni les bonnes chaussures, ni le bon sac à main… pourtant je vais juste prier… qu’à cela ne tienne! Je ne vais pas m’habiller en jogging pour aller prier à la synagogue de ma grand-mère!

La place de la Bastille est bloquée, impossible de passer de l’autre côté sans faire un grand détour… j’essaie quand même de forcer quelques petites rues parce que je suis très en retard, mais rien n’y fait… Les policiers bloquent toutes les rues…

J’aperçois au coin d’une artère des drapeaux noirs, écrits en arabe en blanc… je crois reconnaître le drapeau du Hamas… mon sang se glace… Puis je regarde mieux : des keffieh, des drapeaux aux couleurs de l’autorité palestinienne, des cris "morts aux juifs"… Non j ai du mal entendre… ils sont des milliers place de la Bastille…

Je m’éloigne et je tente de faire prendre un autre chemin à mon GPS.

Je suis très en retard. En trouvant une place à l’angle de la rue de la Roquette. .. La rue est vide mais aucun policier ne barre la route… Personne n’a pensé à faire bloquer les accès???

Radio J résonne encore dans ma voiture… ils font appel à la solidarité des français pour payer une colonie de vacances a 300 enfants du sud d’Israël dont les parents sont dans la nécessité financière. Je me souviens avoir pensé que nous avions de la chance de nous aimer autant les uns les autres.

 Lorsque j éteins le contact, j entends un bruit d éclat et des cris. Je cours vite en direction des bruits… "Am Israël Haï" résonne a mes oreilles… je souris.

 En arrivant devant le clash, je me retrouve seule entre les CRS qui retiennent nos hommes et les CRS qui retiennent 3 pro-Hamas enragés.

Je regarde à droite et à gauche, dans ma tête ça ne fait qu’un tour : il y a 3 jours, je courrais me mettre à l’abri dans un miklat toutes les heures parce que les personnes que ces manifestants soutiennent veulent ma mort, celle des civils qui étaient autour de moi, et celle des soldats qui nous défendent parce que nous sommes Juifs. Nos hommes sont bloqués par une douzaine de CRS, de l autre côté il y en a 3, je suis libre… Je cours vers la gauche! Je me vois déjà sauter à la gorge de celui qui a le keffieh et qui crie "à mort les youpins! ", Il veut tuer des juifs???!!! J’ai envie de le laisser pour mort! Je ne reconnais pas ma haine! Un CRS me bloque, il me pousse, me force à reculer. J’avoue ne pas l’avoir beaucoup défié. .. Au même moment j’en vois une trentaine arriver…!!! J entends des cris de l’autre côté de la rue de la Roquette! Mais ils sont combien???

Là je réalise l’ampleur de la situation… Ils nous ont cerné…

On entend des cris de partout… Je vois des engins incendiaires voler… J’en aperçois même un avec une hache.

Capture d’écran 2014-07-14 à 15.05.46

 

Alors je recule de mon plein gré vers les CRS qui "protègent" nos hommes et je me retrouve embarquée manu militari dans le recul exercé sur la foule jusqu’à la synagogue. J y aperçois mon oncle et je rentre.

 J’y retrouve des membres du Collectif Haverim.

Puis là, on ne peux plus sortir… la pression monte à l’intérieur…. Les gens se massent devant l’entrée, le président de la synagogue Serge Benaim tente de faire rentrer tout le monde dans la salle principale .

Le président du Consistoire demande à parler à l’assemblée mais personne n’est attentif. L’inquiétude se lit sur tous les visages.

Il y a les personnes âgées qui se sentent oppressées, il y a ces femmes qui se mettent à pleurer, à certains endroits le ton monte. Les hommes appellent leur femme pour leur dire qu’ils auront du retard. On sent clairement la pression monter. Puis le premier blessé… Le Samu…

Moi aussi j’en ai assez… Le temps est long…

Je monte prendre l’air à l étage dans les 50 cm qui séparent la fenêtre des pierres formant les étoiles de David de la façade de la synagogue. J’ai pu observer comme dans une prison ce qu’il se passait dehors. Ça criait encore! Ils sont encore là. .. Il y a maintenant des centaines!

La synagogue est prise d’assaut!!! Ce sont nos hommes qui ne reculent pas et bloquent l’accès à la synagogue. Ils veulent rentrer!!!!!!!!! Je rêve! C’est un film!!! Des enfants, des femmes, des personnes âgées, des fidèles de la synagogue… Si ils parviennent à rentrer, on peut s’attendre au pire… que D.ieu préserve. ..

 Je pense à Jabotinsky, qui appelait les Juifs à apprendre à se défendre et je loue sa mémoire.

 Je reste là une bonne demi-heure. Nos protecteurs agissent avec courage bien plus que les forces de l’ordre, pour cause, il y avait moins d’hommes armés que de juifs sécurisant la synagogue…

Les affrontements redoublent d’intensité, les renforts de CRS arrivent, les manifestants pro-hamas aussi. Dans un deuxième assaut, nos "gros bras" les repoussent avec une force et un courage indicibles tant le rapport de force est en notre défaveur. J’entrevois des blessés. Les projectiles se multiplient. Notre "dôme de fer" est assuré par les militants du Betar et de la LDJ.

 La SPCJ bloque la sortie de la synagogue. Nous ne sommes pas encore dehors…

10458672_10152851667769879_9068484541878434098_n

Le temps est long… encore…

Les enfants n’en peuvent plus…

 J allume Une Bougie… Je prie pour les habitants et les soldats d’Israël, je prie aussi pour la synagogue de la Roquette. ..

 Ce sont les jeunes du SPCJ, de la LDJ et du BETAR qui ont fait évacuer les lieux par petits groupes en raccompagnant chacun des fidèles.

 J’ai vu la peur dans les yeux de tous.

 J’ai eu du mal à m’endormir ce soir là…Depuis l’Occupation, jamais les citoyens juifs n’avaient été tant éprouvés.

Les crimes contre Sébastien Sellam et Ilan Halimi ont ré-ouvert la voie à la chasse aux Juifs.

 En racontant l’assaut de la Roquette à mon père, je lui ai demandé si il avait déjà vu de tels affrontements.

Il m’a répondu, oui… en Algérie, avant de tout quitter…Il a rajouté : mais nous étions en Algérie, là nous sommes en France métropolitaine!!

Je lui ai souhaité de faire de beaux rêves puis j’ai raccroché. J’ai pleuré. ..

 Ce matin, je reste au lit, je me sens malade… hier une partie de mon amour pour la France s’en est allé… A moins d’un sursaut brutal et général, je ne vois pas comment je vais pouvoir décemment éduquer mes enfants dans l’équilibre du judaïsme et de la vie laïque que j’ai connu dans mon enfance… je suis déchirée.. Les mots des révoltes n’apaisent pas le silence général.

Hier j ai eu peur…Heureusement, j’ai juste eu peur…

Aurélie A.

Jennifer Sochez 16/7/2014

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

1 043 vues

Tous les articles de Jennifer Sochez

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Affinement négatif-OIL, Conservation négative-OIL, Dispersion négative-OIL, Dissolution négative-OIL, Evaluation de l'action-OIL

 

Comments are closed. Please check back later.