29 janvier 2022

Du lard et du cochon dans le monde et en France

Tout porte de plus en plus à croire qu’une scission s’opère enfin parmi certains musulmans, qui, comme en Irak, préfèrent le mode de vie urbain à celui, caverneux, de Ben Laden and Co. D’où les progrès actuels sur le terrain, même s’il y a beaucoup à faire. Même France 2 a été obligé de le reconnaître au détour d’un commentaire sur la dernière visite de Bush dans la province d’Anbar. Pourtant, le Figaro, la BBC, les démocrates américains, Kouchner, soutiennent mordicus qu’il n’en est rien et qu’il vaut mieux que l’actuel premier ministre irakien démissionne séance tenante.

L’idée que le front de la “guerre qui est déjà là” est avant tout là-bas semble évidemment inconcevable pour eux qui considèrent que la réaction islamiste est (depuis l’Algérie à vrai dire) une “résistance” alors qu’elle est avant tout réactionnaire au sens strict que ce terme a pris tout le long du 19ème siècle en Europe.

L’amélioration de la situation en Irak, comme sa détérioration en Europe, et de plus en plus en Algérie, démontre en tout cas une chose : les médias sont de plus en plus à côté de la plaque, hormis les vrais journalistes peut-être comme Thomas Friedmann du NYT qui fait à nouveau des articles emplis d’espoir sur l’Irak alors qu’il n’avait pas de mots assez durs sur Bush, lui qui pourtant dans les années 2001-2004 avait fait des articles remarquables sur l’inhumanité des assassins de l’ombre.

*


Quant à la France et son atermoiement actuel hors crise spéculative des liquidités aux USA, il semble bien que Sarkozy a fait le pari de séduire la base de la gauche en débauchant ses élites ; sauf que cela ne marche pas comme ça en France: car c’est la rue qui commande, dans ce délire populacier du fort en gueule qui a fait le beau jour de la Montagne de 1792 à 1794 jusqu’à ce que le couperet tombe. Mais en sera-t-il de même en 2007 puisqu’il n’y a désormais ni couperet ni volonté pour l’actionner ?
Sarkozy au lieu de rassembler son camp sur des bases réellement libérales et de raconter de plus en plus que le marché libre n’existe pas ( 1° les USA ne sont guère libéraux contrairement à une légende, 2°, dès que vous êtes sous les fastes de la The République en France vous oubliez tout…), Sarkozy s’enfonce dans une séduction sans effets notables (Rocard a dû reculer) et quelques réformettes qui ne s’attaquent pas aux problèmes essentiels des charges (donc de l’ouverture à la concurrence de la protection sociale, avec cahier des charges cependant), et du manque d’un réel esprit d’entreprise ; ce qui implique de repenser la participation salariale plutôt que de satisfaire d’une vision générale et donc abstraite sur les “freins à la croissance” confiée par ailleurs à un Attali haï par les syndicats tant il représente le tournant de “2002” qui vit les socialistes faire des réformes bien plus profondes que la droite conservatrice en matière boursière et financière par exemple.

Je pourrais me tromper, sauf que je pense pas que sarkozy fasse cette ouverture en vue de précisément faire ces réformes indispensables, mais plutôt et uniquement pour avoir la paix ou tenter de l’obtenir.

Il semble bien qu’il n’aura ni la paix ni, bien sûr, les réformes puisque “le marché libre n’existe pas” dixit le fils progigue de Jacques Chirac (bien distancé d’ailleurs par Clinton et Gore point de vue people).

à suivre…

Lucien SA Oulahbib

https://en.wikipedia.org/wiki/Lucien-Samir_Oulahbib

Voir tous les articles de Lucien SA Oulahbib →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :