7 février 2023

Ben Laden et Chomsky

Lorsque cet été 2007, en août, la BBC (radio) chauffe à blanc ses auditeurs sur la paralysie d'une petite fille d'un membre du Djihad islamique due à une attaque ciblée israélienne, ou encore lorsque ces femmes viennent s'infiltrer au Congrès américain drapées d'un drapeau américain teinté de rouge en hurlant à la face de Pétraeus en train de témoigner sur son travail, on comprend que "la supériorité blanche et occidentale" s'avère en fait être précisément assénée par celles et ceux qui soit disant la dénoncent alors qu'ils n'arrivent jamais à admettre que la volonté de faire le mal peut se repérer chez des gens autres qu'occidentaux.

C'est précisément parce qu'ils pensent que tout ce qui ne va pas dans le monde serait la conséquence d'une "cause" sociale qu'ils projettent en fait une conception unilatérale et surtout fausse sur le côté sans cesse externe des problèmes.

Plus encore, mais sur un plan plus politique, c'est justement parce que ces conceptions, pourtant erronées, leur ont permis de briller au firmament des médias, qu'ils veulent réitérer (" il vaut mieux avoir tort avec Sartre que raison avec Aron" si l'on veut faire la "une"…), alors que leurs explications sont en perte de vitesse, ce qui a pour conséquence de miner de plus en plus leurs positions.

Plus globalement, la situation présente est en réalité bien plus le résultat le plus strict de l'inconséquence des thèses tiersmondistes et néomarxistes que des erreurs et autres excès de certains faucons américains.

C'est ce débat là qu'il faut avoir avec cette gauche anglosaxonne qui donne encore le là à toute la gauche mondiale et ses affidés altermondialistes.

Lucien SA Oulahbib

https://en.wikipedia.org/wiki/Lucien-Samir_Oulahbib

Voir tous les articles de Lucien SA Oulahbib →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :