20 octobre 2021

Syrie bis

(Archive)

Selon les révélations du général Sadda, "deux Boeings de Iraqi Airways, dont les sièges avaient été enlevés pour le transport des armes, ont été utilisés lors de 56 vols, pour évacuer l’arsenal de Saddam.

M. Sada tient l’information des deux pilotes qui ont effectué les vols, et qui travaillent actuellement dans des compagnies aériennes hors de l’Iraq.

Leur identité n’est pas révélée dans l’interview que Sadda a accordée au New York Sun sur le sujet, par peur de représailles (voir également cette tribune libre sur Agoravox).

Le Général Sada est un chrétien iraquien n’ayant jamais appartenu au parti Baath, qui est actuellement à la tète de l’organisation humanitaire World Compassion en Iraq."

Par ailleurs, selon le Jerusalem Post, le général Sada aurait également révélé "que Saddam Hussein lui avait donné l’ordre pendant la première Guerre du Golfe de bombarder les grandes villes israéliennes avec des armes chimiques.

Le dictateur, selon les déclarations de Sada avait donné l’ordre que 96 avions de combat russes soient armés avec des armes chimiques et envoyés pour bombarder Israël.

Sada, qui a récemment servi de conseiller pour la sécurité intérieure auprès du premier ministre provisoire irakien et qui est en train de faire la promotion de son livre aux Etats-Unis, affirme qu’il avait réussi à l’époque à convaincre Saddam de revoir son ordre.

Sada déclare qu’il a convaincu Saddam d’abandonner la mission en lui disant que les pilotes irakiens ne réussiraient pas à achever la mission avec l’équipement dont ils disposaient et que les radars israéliens les détecteraient longtemps avant qu’ils atteignent leur cible.

Dans son livre, écrit il y a 4 ans, Sada déclare aussi que les armes chimiques irakiennes ont été envoyées en Syrie à bord d’avions Boeing civils irakiens, juste avant l’invasion des Américains.

Sada a dit que 56 vols de ce type se sont produits mais n’ont pas été remarqués car les avions volaient sous couverture d’aide humanitaire.

Juste avant la deuxième Guerre du Golfe, Israël avait averti que l’Irak transportait des armes chimiques de son territoire vers la Syrie."

Revenons au cas BHL.

Il se serait donc étonné, durant la promotion de son prochain livre, American Vertigo, " qu’un pays qui a destitué un président (Nixon) et entamé une procédure d’impeachment contre un autre (Clinton) ne sanctionne pas les mensonges de Bush sur les motifs de la guerre en Irak».

Comment peut-on être si péremptoire, si pédant, si "mode", alors qu'il suffirait de se renseigner un peu pour savoir ce que voulait Saddam (pourquoi y-aurait-il eu embargo dans ce cas ?), et en quoi la situation pourrissait, laissant de plus en plus la porte ouverte à une aventure encore bien plus dangereuse que celle qui existe maintenant (on le voit avec l'Iran désormais) puisque les frères ennemis que sont l'islamisme et le national-arabisme n'avaient pas d'autres issues que de s'allier, surtout depuis le 11 septembre 2001, la donne ayant changé au profit d'une guerre désormais totale et non plus larvée, avec en plus l'islamisme comme élément se proposant désormais comme seul candiat sérieux à la direction califale de l'umma. Saddam se devait de réagir s'il ne voulait pas perdre la main et donc retenter le coup des ADM.

Le témoignage du général Sada n'est même pas indispensable.
BHL préfère sans doute entonner le chant bien connu du "seul-régime-laïc-de-la-région", (ce qui donne une bien piètre image de la laïcité lorsque l'on observe le nombre de charniers en Irak), tant il a reste persuadé, d'une part, que Ben Laden serait une créature du Pakistan, ce qui non seulement est encore moins probable que l'existence d'ADM en Syrie, mais dénote d'une méconnaissance profonde de l'histoire des mouvements islamistes et arabistes (nassérisme, baathisme, FLN "algérien", palestinisme, etc), et que, d'autre part, Saddam serait sans doute comme l'énonçait ses mentors, comme Lyotard ou Foucault, un produit dérivé des officines occidentales et soviétiques .

On dirait que BHL, qui était en effet bien à la hauteur à l'époque du "socialisme réel triomphant", perd toute sa dextérité lorsqu'il lui faut analyser le nihilisme du national arabo-islam, comme s'il manquait de données, de clés, aveuglé sans doute par les gentillesses qu'écrivait Foucault sur l'islamisme iranien ; il aurait pu un peu lire ce qui s'est produit là-dessus, (ne serait-ce qu'en lisant Irak an 1, paru aux éditions du Rocher).

On ne peut que lui conseiller également l'excellent article de Armand Laferrère dans le numéro de la revue Commentaire (n° 112) et intitulé Victoires en Irak.

Lucien SA Oulahbib

https://en.wikipedia.org/wiki/Lucien-Samir_Oulahbib

Voir tous les articles de Lucien SA Oulahbib →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :