28 janvier 2023

Tyrannie : la solution kurde

Lorsque la situation dégénère, il faut aussi commencer à s'organiser comme s'il s'agissait de résister à un oppresseur. Ce qui implique la mise en place des circuits correspondants officiels et officieux. Cela n'empêche pas de montrer patte blanche en participant à toutes les possibilités légales d'empêcher la tyrannie de gagner.

Mais lorsque celle-ci domine, et spécialement lorsqu'elle est légitimée par les urnes (ainsi Hitler), il est urgent de ne pas attendre d'être mis en camp comme on l'a vu aussi au sein des pays du socialisme réel. Aussi, à moins d'attendre deux à trois décennies encore (alors que cela fait déjà 60 ans) il convient (en Égypte, Tunisie, et, ailleurs…) de faire comme les Kurdes d'Irak et les Berbères de Libye : il ne faut pas seulement s'armer de patience… Il faut être en position telle qu'il ne s'agit plus de quémander la pitié des inhumains ou la compassion des grands savants (à la tête des principaux pays occidentaux). La force, surtout, sans foi ni loi (officieusement mais vertueuse officiellement) ne peut être arrêtée que par une force plus grande qu'elle. Voilà l'enjeu.

Lucien SA Oulahbib

https://en.wikipedia.org/wiki/Lucien-Samir_Oulahbib

Voir tous les articles de Lucien SA Oulahbib →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :