16 septembre 2021

Écouter la pensée totalitaire française

La spécificité de la pensée sectaire, totalitaire, ne se demande pas lorsqu'elle avance que 2+2=5 en quoi l'argumentation contraire, celle qui stipule que cela fait 4, s'avère exacte, voire comment elle arrive à ce résultat, mais plutôt ce qu'elle cherche en prétendant énoncer autre chose, bref, "d'où elle parle", dans quel but ? Quel est son intérêt (de classe) ? Sa volonté de "domination" ?

Prenons par exemple cette phrase : " le pacte de responsabilité signifie déjà que ce sont les entreprises qui créent l'emploi " : or, avant même de se demander ce qu'elle veut dire, la pensée totalitaire demandera d'abord : quel est l'intérêt de prononcer une telle phrase sinon un intérêt de "droite" puisque la majorité des termes employés ne font pas partie du vocabulaire "correct" enseigné ?… Et en effet employer déjà les deux termes "responsabilité", "entreprises", classent le locuteur puisque la responsabilité n'existe pas, cela renvoie à une conception individualiste donc "libérale", tandis que le terme "entreprise" sans être accolé à celui de "capitaliste" signifie d'emblée que la personne qui l'emploie est à surveiller, à mettre sur "écoute", au sens de l'observer pour étudier "d'où elle parle" ; le reste de la locution " les entreprises qui créent l'emploi" est alors tout simplement écartée car impossible, du moins si l'on tient compte de ce qui vient d'être dit sur les termes de "responsabilité" et d'"entreprise". 

Il est possible d'observer cette configuration partout : l'art, les sciences sociales, le genre, l'économie, l'écologie, le climat, l'amour, l'autre, bref, tous les mots, concepts, sont régis par des codes préalables, des accents en quelque sorte qui, mal prononcés, mal orientés, cataloguent immédiatement le locuteur comme étant ami ou ennemi.

Le travail ne peut alors qu'être aliéné ; le patron un profiteur, l'artiste contemporain un génie, surtout s'il est LGBTIQ, intermittent, et de gauche (ce qui un pléonasme, souvent, mais pas toujours) ; un journaliste de "droite" ne peut être qu'un "réac", un sociologue non bourdieusien un idéologue américanisé, un écrivain ne décrivant pas son nombril, n'écrivant pas sur son enfance malheureuse, ou sur le malheur du monde, passé et présent, ne peut être que quelqu'un de "fasciste", et en plus il cherche à se constituer du "capital culturel", ce qui est "mal".
La pensée totalitaire "est" ainsi ce qui indique, elle n'a pas besoin de démonstration.

Donnons un visage à ce dire : sur le site de Laurent Mucchielli, il est indiqué que  " Alain Soral et Eric Zemmour" seraient "néo-conservateurs xénophobes", ce qui a uniquement pour fonction d'expliquer le concept de "néo-conservateur" par celui de "xénophobe" alors qu'en réalité un Laurent Mucchielli est bien plus proche idéologiquement d'un Alain Soral que d'un Eric Zemmour : ils sont en effet tous les deux pro islam et anti-capitalistes.  De toute façon, pour Mucchielli, employer déjà le terme même de "crime" classe le locuteur comme partie prenante de "l'ordre", celui de "la domination"; expliquer alors que cela n'explique pas tout, et que l'acte qui rompt le pacte social devrait être sanctionné, cataloguera immédiatement le locuteur comme instrument du pouvoir et donc fasciste. Il ne sert à rien là aussi d'argumenter, de tenter de trouver la bonne explication.

Lénine l'avait montré : l'autre, le contraire, celui qui dit que 2+2=4 est nécessaire non pas comme l'autre terme dont la confrontation permettra de progresser, mais uniquement comme moyen, outil, pour se purifier soi-même puisque ce sera lui seul, cet autre, qui portera l'opprobre de la corruption en général, celle de ne pas croire au fait que 2+2=5 ; il suffira de le dénoncer, et ainsi de s'énoncer au même moment comme dans les vases communicants : il suffira de montrer la laideur morale de Sarkozy pour être en même temps, trait par trait, illuminé au même moment, auréolé ; autrement dit, le patron de Numéricable ne paye pas ses impôts personnels en France c'est alors doublement un salaud, en tant que patron, en tant que non "patriote". Mais sa présence comme monstre est cependant nécessaire pour la dénonciation de l'ensemble du "système".

La pensée néo-fasciste a alors ceci de spécifique : elle n'a pas besoin d'enfermer les contestataires, il suffit de les marginaliser. La liberté d'expression n'est de toute façon pas un problème puisqu'elle n'est pas suivi d'effet.  D'où le fait que dans nombre de pays, élections, journaux, sont devenus des couteaux sans lames auxquels l'on a enlevé le manche.

Lucien SA Oulahbib

https://en.wikipedia.org/wiki/Lucien-Samir_Oulahbib

Voir tous les articles de Lucien SA Oulahbib →

3 réflexions sur « Écouter la pensée totalitaire française »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :