20 octobre 2021

La permanente grossièreté des envieux

L'actuel ministre de l'économie est ce petit envieux des fables éternelles qui veut être calife à la place du calife Hollande (ce qui est possible si celui-ci échoue à nouveau sur le chômage) et sera donc face à Marine Le Pen qu'il battra à force de moulinets faussement patriotiques le tout soutenu par un Valls qui vise plutôt 2022. CQFD ?…

Pour y parvenir Montebourg suinte en permanence la haine, l'ambition démesurée, et le narcissisme, entremêlés ; pâle copie d'un Mitterrand, photocopie surtout d'une Aubry ou d'un DSK : écoutons-le hurler et jeter à la figure de l'UMP la dette laissée par l'ancienne équipe alors qu'elle n'est que la dette de l'État dit de "providence", celle-ci étant plutôt une manne pour ses adeptes fonctionnaires et sa clientèle électorale faite d'assistés divers produits par le modèle même que Montebourg veut non seulement défendre mais étendre.

En gros il s'agit de s'arracher les dépouilles d'un État à la dérive mais qui bénéficie encore d'argent peu cher pour payer sa dette de plus en plus colossale ; et comme celle-ci n'a pas atteint celle du Japon (140% du PNB détenus cependant par des Japonais) la marge de manoeuvre est encore là ; aussi peut-on continuer à parasiter, ici le chemin de fer, là les impôts et l'Unedic via des intermittents fantoches, là-bas les classes moyennes et supérieures pressurées comme jamais pour leur faire payer via Piketty interposé leur goût du confort au lieu de devenir des handicapés assistés comme tout le monde. Ainsi va une classe politique en perdition, en attente des prochaines bottes à lécher, comme elle le fit en 40…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :