30 septembre 2022

ADIEU, VEAU, VACHE, COCHON, COUVÉE…

    Malgré tous les signes (noirs) qui s’accumulent comme à plaisir depuis plus de trois ans, et bien que l’origine de nos malheurs présents remonte sans contestation possible à bien plus loin, le comportement actuel des socialistes relève clairement d’une politique de la terre brûlée.
 
    Je ne peux pas croire qu’ils ne se rendent pas compte que la France ne cesse plus de régresser sur tous les plans tant la liberté d’entreprendre, honteusement bridée par le seul fait du Prince, se trouve aujourd’hui vicieusement privée de ses moyens les plus vitaux.
 
    La France grièvement blessée est en train de perdre tout son sang jusqu’à ce que mort civile s’ensuive si personne, prenant réellement conscience de l’urgence d’un sursaut salvateur, ne prend le courage démocratique de clamer haut et fort que, maintenant, il suffit !
 
    Comment le Président actuel qui s’est fait élire en débitant un tissus de mensonges ose-t-il encore, dans le plus pur style démagogue populiste, faire croire à son éventuelle réélection en 2017 si le chômage reflue après que, grâce à lui, le ciel soit tombé sur la tête des Français !
 
    Encore faudrait-il, pour que le chômage commence à perdre du terrain, que les réformes structurelles que les autres ont faites ou sont en train de mettre en place à marche forcée, et pour certains dans les affres de l’adversité la plus cruelle, soient enfin entreprises. Mais il est bien tard…
 
    Pourquoi faut-il s’épuiser à répéter sur tous les tons que la seule voie possible pour restituer toute son aura à la France réside tout bêtement, tant cela se voit comme le nez au milieu de la figure, dans la mise en oeuvre d’une action politique fondée sur le bon sens (le pragmatisme selon Eric Woerth) ?
 
    On feint tout à coup de s’apercevoir que l’exode de notre jeunesse la plus apte à perpétuer l’excellence française, comme d’ailleurs chaque peuple en est lui-même doué à son image, s’accélère au point de ne plus pouvoir cacher aux Français que tout fout le camp et eux avec. Mais qui le leur dira ?
 
    Les agriculteurs s’en remettent une fois de plus à l’Etat malgré la théorie de revers cuisants que ce dernier collectionne de longue date, y compris aujourd’hui les fameux 1,40€ de prix plancher du kilo de cochon qui bloquent l’ensemble de la filière ! Eleveurs, réformez-vous d’urgence vous-mêmes !
 
    Il est devenu vital de ne plus se payer de mots et autres théories fumeuses soutenues par des esprits captifs de concepts liberticides fabriqués de toutes pièces et sans rapport avec la réalité dont le seul résultat, en tout point catastrophique, est d’avoir conduit le pays dans l’impasse la plus noire.
 
    Dans la négative, je ne donne plus cher de la France d’autant plus que je ne vois guère, dans la perspective de 2017, de réelle possibilité de réalisation d’une alternative politique crédible puisque la droite (et le centre) continuent de fonctionner sur des schémas qui, à peu de choses près, n’ont plus cours.
 
    Enfin, il ne faut pas avoir peur de dire sans ambages qu’en l’occurrence la responsabilité des médias de tout poil dans leur grande majorité est écrasante qui diffusent, hors de toute vérité en s’adonnant à une désinformation effrénée, des montagnes de mensonges éhontés y compris par omission.
 
Librement !
Philippe S. Robert
http://sully1.typepad.com
FRANCE
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


%d blogueurs aiment cette page :