25 octobre 2021

Cameron/Obama/Hollande ; et la question du remplacement

Previously :

Tandis qu'Obama s'obsédait à croire et ce immédiatement (de même Hillary Clinton) qu'indépendamment des faits il s'agissait principalement du problème du contrôle des armes, tout en ayant aussi considéré avec hâte (avant de se rétracter) que la récente tuerie en Californie opérée par deux musulmans aurait "peut-être" été la conséquence d'un conflit de travail (à une fête de Noël) avant d'être démenti quant aux liens en réalité probants des tueurs avec le djihadisme international, Cameron, lui, a considéré que " BOMBING terrorist fanatics in Syria will help defend Islam from being hijacked by a ‘death cult’, David Cameron has told MPs ". (Read more).

Si le Parlement britannique a pu donc donner son accord ce serait essentiellement pour "défendre le vrai islam" contre le "faux" que représenterait ISIS (l'E.I ou Daesh) alors que ce Parlement défend en réalité une représentation imaginaire d'une religion qui n'a absolument rien à voir pourtant avec l'islam réel tel qu'il est vécu dans des pays réels comme l'Arabie, le Pakistan, voire l'Iran, l'Égypte, l'Algérie, même si dans ces derniers pays les interdits sont (encore) moins prégnants sur la totalité de la vie sociale et intime.

Quant à Hollande, il est de plus en plus clair que sa gesticulation électoraliste présente (tel aller sur le Charles de Gaulle la veille des élections régionales) a de plus en plus de mal à cacher son impéritie depuis les attentats du 7 et 11 janvier à Charlie Hebdo et le supermarché hyper cacher.

Ce qui intéresse et intéressera sans doute les chercheurs du 22ème siècle (et suivants) consistera à se demander comment un tel aveuglement a pu se construire et opérer en Occident et ailleurs. Comment se fait-il, pour en revenir au dernier massacre en Californie (du mercredi 2 décembre 2015) que les officiels américains se sont demandés, du moins pour les politiques et les journalistes démocrates, s'il ne s'agissait pas d'un énième problème lié à la prolifération des armes (sans faire jamais l'hypothèse d'un lien avec la prolifération des répercussions médiatiques qui peuvent susciter bien plus des vocations) tandis que les policiers semblent encore à chercher les "motifs" jusqu'à se demander si ce couple n'avait pas été contrarié par le comportement des participants à ce réveillon alors que cela ne correspond pas avec le fait (fact) de posséder un arsenal composé de fusils mitrailleurs et des bombes artisanales comme si quelque chose d'encore plus massif était en préparation….

 

"Quel est le motif ?" se lamentent donc presque les officiels frappés du syndrome de la lettre volée de Poe (elle est devant leur nez pourtant) n'est-ce pas déjà la haine le refus de l'autre en tant qu'autre non ? Puisque le fait qu'ils soient musulmans, le fait qu'ils soient lourdement armés comme s'ils étaient en "mission", le fait qu'ils soient venus canarder à un réveillon pour Noël ne doivent pas être connectés… Vraiment ? Il est vrai qu'ils n'ont pas crié leur formule diabolique comme au Bataclan et ailleurs… mais peut-être parce qu'ils n'avaient pas à le faire afin de laisser mariner officiels et population dans leur méthode empirique d'évaluation des faits…

Depuis a été appris qu'un message d'allégeance avait été posté sur FB avant/durant le lâche assassinat.

Faut-il pour autant avancer qu'il serait peut-être trop tard sauf si nous y invite Renaud Camus dans une interview à Riposte Laïque s'affirme la césure "ontologique" dit-il entre "remplacistes et anti-remplacistes" entre des élites qui ont en effet failli (mais il faut aussi intégrer un Onfray dans cette faillite) et des "résistants" qui refuseraient ce fait accompli celui d'un changement, pis, d'un remplacement de civilisation.

Sauf que les choses me semblent bien plus complexes : si un Onfray identifie désormais l'E.I à l'islam en considérant qu' "ils" ( "les" musulmans) se défendent, car ils réagissent par des carnages à nos bombes (tel est, strictement, le contenu de son tweet le 14 novembre) celui-ci ne voit pas, ne peut/veut pas voir (ou la niaiserie des intellectuels en politique) que l'islam a toujours été officiellement sur la défensive depuis le jour où Mahomet a été se réfugier à Médine parce que sa famille à la Mecque ne voulait surtout pas qu'il leur impose son interprétation du divin. Mais s'agit-il pour autant de dire que tous les musulmans sont à la même enseigne, je pense par exemple aux Kurdes, aux Kabyles, aux Berbères dans leur ensemble, aux Tunisiens, aux Égyptiens non inféodés aux FM, aux Syriens qui fuient les "musulmans" de l'E.I, et s'arrachent aux griffes des tueurs d'Assad cet assassin si bien défendu par les "anti-remplacistes" alors qu'il a été tout de même l'initiateur de cette gabegie.

Or, peut-on décemment tout mélanger et mettre dans le même sac l'ineptie du regroupement familial opéré par Giscard, le multiculturalisme instrumentalisé par le post-trotskisme marxiste-léniniste recyclé dans le nihilisme postmoderne (tels les Plenel, Mélenchon, Filoche and Co), et le fait que depuis les années 60 des centaines de milliers de nord africains sont partis sur la pointe des pieds de l'Algérie abandonnée par les gaullistes aux nouveaux totalitaires nationaux-arabo-islamistes, mais que leur progéniture élevée au biberon du relativisme de ce post-marxisme léniniste ont trahi les idéaux de leurs parents et grands parents et ont pris pour argent comptant les propos de leurs enseignants qui contrairement à ce que disent les propagandistes de l'E.I ont été les courroies de transmission de l'hyper-valorisation d'un islam pacificateur créateur d'un âge d'or (jusqu'à faire des pétitions contre ceux qui nuançaient le propos) alors que cet islam là a été largement une construction imaginaire tant les brillants savants et philosophes dont on nous rabat les oreilles auraient existé même sans l'islam puisqu'ils étaient pour la plupart issus des peuples conquis : même un Averroës -qui a été réfuté par Thomas d'Aquin en passant- est Maure, ne parlons pas d'un Avicenne, et quid du "o" d'origine indienne, de la coupole issue de l'architecture byzantine, des patio avec colonnades et fontaines venant d'Asie de Perse de Mésopotamie…

Aussi c'est bien la génération post 68 qui a armé l'idéologie djihadiste avec son orientalisme sa dénonciation absolue du régime démocratique qui a fait qu'un Foucault a été faire allégeance en Iran, Foucault ami d'un Deleuze adepte de la destruction de tout moi sous le prétexte que celui-ci risque de s'ériger en volonté bourgeoise d'être plutôt que rien, un Deleuze qu'Onfray défend également ; et même sa critique récente de Foucault est un pillage systématique de ceux qui depuis longtemps ont montré en quoi ces auteurs sont les chevaux de Troie du djihadisme à commencer par leur soutien au palestinisme ce second FLN qui aujourd'hui finit par jouer du couteau comme d'habitude au lieu d'accepter la fameuse paix des braves.

Doit-on dans ce cas se positionner en considérant que ce sont ces réfugiés syriens qui sont les premiers ennemis à abattre au lieu de s'en prendre à toute cette génération de français de souche pourtant qui ont vomi leur pays ses couleurs au profit d'un internationalisme qui en effet a fait le lit de l'affairisme et du clientélisme ? Je ne crois pas que cela soit aussi simple, surtout lorsque chez les anti-remplacistes il y a des anti-assimilationnistes pro-palestinistes, miroir inversé des mondialistes multiculturalistes nihilistes.

S'il y a une césure à créer -parce que cela peut en effet aider à clarifier- ce serait plutôt entre les nihilistes multiculturalistes adeptes de la culpabilisation de l'espèce humaine, et les démocrates républicains adeptes de la liberté réelle non étatisée, entre les partisans d'une civilisation française ouverte accueillante et en même temps ferme sur ses principes fondateurs qui ne datent pas de 1789, et ceux qui ont craché sur ces principes préférant l'allégeance à Moscou, Berlin, Pékin, la Havane, Alger, l'OLP, l'Albanie, Tripoli (Kaddhafi finançant la gauche socialiste dans les années 70), voilà le vrai combat, et pas uniquement cette lutte entre les "purs" et les "impurs" d'autant qu'un "sang impur abreuve nos sillons" ce qui veut dire que ce sang que vous dites impur parce qu'il n'est pas né sur votre sol depuis des centaines de générations a été néanmoins répandu dans ses sillons pour vous défendre quand les Français de souche collaboraient : les métèques étaient à Verdun, à Londres et ensuite sur les routes de Sicile, ça, " ami, entends-tu…" il ne faut pas l'oublier quand tu "entends le vol lourd des corbeaux sur la plaine"… Dans le grand lessivage qui vient, "ami" ne te fais pas avoir…

4 décembre 2015

Lucien SA Oulahbib

https://en.wikipedia.org/wiki/Lucien-Samir_Oulahbib

Voir tous les articles de Lucien SA Oulahbib →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :