« Ben Laden, Redeker, même combat ! »

Les intervenants étaient répartis entre tenants supposés du « oui » et du « non ». Dès le départ, l’Evêque di Falco, se levait pour rejoindre le groupe du « oui », suivi par le rabin Moïse Lewin et…un seul invité se retrouvait dans le « camp des non. » Surprise, surprise…il s’agissait de l’imam tunisien Youssef Baouendi, habitué des plateaux, qui représente en France l’Organisation de la Ligue Islamique Mondiale, représentée dans 50 pays et financée par l’Arabie Saoudite…

Décontenancé et pour faire rire il se plaça alors au milieu, ressemblant dès lors à un personnage de mauvaise comédie…
La production s’étant sans doute emmêlé les pinceaux, dans le camp des « oui, » se trouvaient un député UMP qui, de fait, veut légiférer pour mettre à mal la liberté d’expression en France et le patron du MRAP…qui a défendu ses contorsions habituelles : « oui, on peut critiquer, mais on ne peut pas stigmatiser tous les musulmans. »…Comme si traduire en mots ou en dessins un simple et terrible constat, c’était stigmatiser : nombre de terroristes dans le monde, pour ne pas dire la plupart, se réclament de l’Islam pour perpétrer leurs meurtres tous azimuts, que ce soit à New York, Madrid, Londres, Alger ou Bali, sans compter les tenants d’un Islam chiite qui massacrent par centaines les tenants d’un Islam sunnite en Irak et vice-versa !

Et le journaliste Mohamed Sifaoui de souligner en images une réalité souvent pudiquement occultée lorsqu’il a montré des oriflammes d’Arabie Saoudite, du Hamas, du Hezbollah ou du GSPC algérien, portant « une profession de foi » calligraphiée, soulignée par « une épée ou une Kalachnikof… ». « Amalgame à éviter » de crier Mouloud Aounit. Réplique de Mohamed Sifaoui : « et qui fait l’amalgame ! » [ Ce journaliste écrit un livre avec Messaoud Bouras sur le thème de l'islamisation. ]

Mouloud Aounit a fini par admettre qu’il avait attaqué Charlie-Hebdo pour sa publication des caricatures danoises. Et, ayant pris le crachoir ne le lâcha plus. Emporté par sa propre rhétorique il finit par lancer : « Ben Laden, Redeker, même combat ! » et fut, de ce fait, hué par une grande partie du public. Mais seul le philosophe Henri Pena-Ruiz qualifia clairement ces propos d’ « abjection »…
Choqué, sans doute, de la violence de ses propos, le sieur Aounit se tut quelque temps….
Spectateur détaché de la mêlée, Jacques Attali, conclut : « Quand les religions se mêlent de politique et sont critiquées, elles n’ont que ce qu’elles méritent… »

Se mêlent de politique ou tentent d’imposer leur vision du monde aux pays hôtes, comme vient de le faire la plus haute autorité islamique d’Australie qui, comme le rapporte Le Figaro, a qualifié les femmes non voilées de « viande exposée » qui ne peuvent se plaindre « si les chats la mangent… ». Les autres sont bonnes à…bouffer !

Hélène Keller-Lind 27/10/2006

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

1 205 vues

Tous les articles de Hélène Keller-Lind

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Non classé

 

Comments are closed. Please check back later.