Départ de Macron cette pomme si rouge de la reine Hollande

Le déclic de ce glamour en réalité (et qui aurait dû seulement commencé fin septembre selon les rumeurs) a sans doute été le quasi siège de la réunion du PS le 29 août 2016 opéré par les accros de l'assistanat d'État préférant la gestion exponentielle de la misère égalitaire plutôt que le risque d'entreprendre mal vu de toute façon par principe.

Hollande s'est peut-être alors dit, tard dans la nuit, et avec les fameux visiteurs du soir, qu'il fallait quand même jouer aussi version gauche traditionnelle après tout, laissant donc Macron faire semblant de jouer jusqu'au bout sa carte de candidat "jeune premier" (mais s'arrêtant faute d'avoir "toutes" les 500 signatures…) puis la reine Hollande se métamorphoserait en coucou proposant sa belle pomme rouge: un ticket social démocrate Hollande/Macron (futur 1er Ministre) le tout évidemment après avoir gagné (peut-être de peu et grâce à une fine gestion des chiffres du chômage) la primaire dite "de la belle alliance populaire" qui sent bon son début de 20ème siècle avec Jaurès-Hollande contre Montebourg et son désir de faire tourner à fond la planche à billet comme propose désormais Valls (mais il n'est pas le seul…).

Certes, la progression, quoique relative, de Mélenchon est sans doute un risque, mais il a le boulet Venezuela (et bolivien) au pied, il n'est donc pas sûr que "le mouvement" de "frexist" qu'il prétend incarner se porte plus sur lui que sur "Marine". D'ailleurs, même sa blague sarcastique contre "la politique de l'offre" ne passe pas en fin de conte :l'esquimau en effet n'a certes pas besoin de l'offre frigo au Pôle Nord, mais il aura peut-être envie d'un portable façon couteau suisse (avec cours à distance) pour ses longues soirées d'hiver.

J'ai cru un moment que Hollande voyant sa politique peu soutenue aurait rattrapé son erreur de 2012, celle d'avoir si vite refusé l'ouverture au centre par la dissolution et la cohabitation avec Juppé/Bayrou. Il n'en a donc rien été. J'ai en fait sous-estimé l'idée qu'Hollande voulait être à tout prix le spectre du politique, du moins de l'extrême gauche à la droite sociale gaulliste ; ce qui impliquait de penser qu'il voulait faire lui aussi (comme Mitterrand) une politique dite de droite, mais sans avoir besoin d'elle.

Cela s'est avéré faux, vu le bilan désastreux actuel puisque sa non politique produit encore plus de misère alors que la France dépasse désormais les pays scandinaves en termes d'État nounou. Un peu comme Obama écrit Guy Millière dans "Après Obama, Trump ?" (publié à La Maison d'édition) : les plus riches bénéficiant du capitalisme de connivence s'enrichissent encore plus, tandis que les classes moyennes supérieures et inférieures s'effondrent, les classes populaires dégringolent sommées par ailleurs de "changer" de genre, de culture, sous peine d'être classées de (néo)réactionnaires et de racistes excités par la "fachosphère".

Il ne s'ensuit pas cependant que je puisse avoir faux tout le temps, après tout une horloge arrêtée donne deux fois l'heure juste chaque jour.

Aussi ferais-je le pari que Macron qui veut être un nouveau Trudeau  (islamo-compatible) ne peut se contenter de faire de belles propositions sur lignes de bus ouvertures du dimanche et cours de code moins chers ; il acceptera la main tendue de Hollande dont il aura été le rabatteur. Déjà les médias sont dupes (tous ? Non, un village, numérique, résiste encore peuplé d'irréductibles bloggeurs…).

 


Lucien SA Oulahbib 30/8/2016

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

172 vues

Tous les articles de Lucien SA Oulahbib

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Alliance des civilisations-ARTV, Analyses-RTV, Article Resiliencetv, Economie-rtv, Editorial de Resiliencetv-ARTV

 

Comments are closed. Please check back later.