Juin 1967 : une première victoire contre le mensonge

Parmi le butin de guerre gigantesque récupéré, la petite armée de l’état Hébreu a eu la confirmation de ce que ce dernier redoutait de ses voisins en découvrant dans l’arsenal made in USSR, des stocks de fioles de cyanure pour empoisonner les puits et les nappes phréatiques d’Israël sans compter les rations de viande de porc pour… soi-disant, des militaires Musulmans dont vous connaissez l’aversion viscérale pour cet animal. On comprend donc malheureusement que tous les voisins arabes d’Israël étaient des envahisseurs, inventeurs des mensonges, et non pas seulement les palestiniens !!!

Avec l’agression militaire, les nationalistes arabes avaient tenté de masquer le fait qu’ISRAËL fut déjà une nation depuis 1312 avant J.C, soit 2000 ans avant même la naissance de l’Islam. La propagande assourdissante de Gamal Abdel Nasser avait occultée le constat historique que jamais aucune entité géographique et politique indépendante, aucun pays, ne s’est intitulée « PALESTINE » au cours de l’histoire et donc aucun peuple ne s’est jamais appelé « PALESTINIEN ».

Les arabes de la « région » du Moyen Orient dénommée « PALESTINE » ont essayé de s’identifier comme faisant partie d’un peuple « PALESTINIEN » dans la 2eme moitie du 20eme siècle avec la montée en puissance de dirigeants arabes despotiques qui se veulent faire une popularité, en surfant sur la tendance nationaliste arabe, et au mépris des droits acquis du peuple juif depuis des milliers d’années.

On sait d’office que depuis la conquête juive de 1272 avant J.C, les juifs ont déjà établi leur nation sur cette terre et la nation juive y a prospère pendant 1000 ans, avec JERUSALEM comme capitale. La présence juive sur la terre d’ISRAËL a été constante et ininterrompue. JERUSALEM n’a jamais été la capitale d’aucun état arabe ou musulman….. et elle ne le sera jamais !

Même lorsque les Jordaniens occupaient JERUSALEM, ils n’ont jamais envisagé d’en faire leur capitale. Durant la souveraineté jordanienne sur JERUSALEM (19 ans), jamais un homme d’état arabe ne l’a visitée. JERUSALEM est mentionnée plus de 700 fois dans le TANA’H, le livre saint du judaïsme. Alors que les intégristes savent pertinemment qu’elle n’est pas mentionnée qu’une seule fois dans le Coran.

Nos livres d’histoires cachent la vérité fondamentale que ,pendant la guerre ISRAÉLO-ARABE de 1948, les arabes ont été encouragés à fuir ISRAËL par les leaders arabes eux-mêmes et en particulier le grand Mufti de JERUSALEM, allié d’ Hitler et son hôte a Berlin pendant la guerre 39-45. Les appels radio du Mufti annonçaient clairement le massacre de tous les juifs se trouvant en ISRAËL, ainsi que celui des Arabes qui auraient refusé de fuir et seraient considérés comme « collaborateurs ». Ainsi 70% des arabes ont ainsi quitté ISRAËL sans avoir jamais vu un soldat juif ou entendu parler de DEIR YASSIN. 450 000 arabes sont réputés avoir ainsi fui ISRAËL en 1948.

Subséquemment 650 000 juifs ont été contraints de fuir les pays arabes, à la suite de brutalités, de persécutions, d’exactions et de pogromes, faits largement occultés par les bonnes âmes si promptes à prendre fait et cause pour les soi- disant réfugiés palestiniens. Ce nombre doit être porte à 1 000 000 si on y ajoute les juifs d’Algérie, de Tunisie et du Maroc. Les juifs vivaient dans ces pays parfois depuis 2000 ans et y possédaient des richesses dont ils ont été intégralement spoliés. Il est largement prouvé que les juifs étaient le véritable moteur économique et intellectuel des pays arabes jusqu’à leur expulsion.

Parler exclusivement du problème des « REFUGIES PALESTINIENS » lors de l’anniversaire de la guerre de juin 1967, est une distorsion intentionnelle et pernicieuse de l’histoire destinée à masquer le problème des « REFUGIES » au sens large, qui doit inclure les « REFUGIES JUIFS » et le problème des compensations faramineuses qu’ils sont en droit de réclamer. Mais un REFUGIE JUIF a probablement moins de droits qu’un REFUGIE PALESTINIEN, dans l’esprit des bonnes âmes qui vilipendent ISRAËL.

Les réfugiés arabes ont été INTENTIONNELLEMENT parqués dans des camps par leurs « frères arabes » dans les pays dans lesquels ils avaient résidé, afin de servir d’arme politique contre Israël et l’occident libre. Ils n’ont jamais été intégrés dans leurs pays d’accueil malgré l’immensité des territoires arabes non utilisés et les fabuleuses richesses dérivées des revenus pétroliers dont ils disposaient et disposent encore. Sur les( 100 000 000) réfugiés dans le monde depuis la 2eme guerre mondiale, le groupe des réfugiés dit « PALESTINIEN » est le seul qui n’ait jamais été absorbé par les siens. Les réfugiés juifs, rescapés des camps de la mort Hitlériens dans un premier temps, puis de plus de cent autres pays ont été intégralement absorbés en ISRAËL, un pays plus petit que l’état du New Jersey, couvrant 0,8% de la région dite du « Moyen Orient » ou dans d’autres pays d’accueil, ou ils se sont intégrés en participant au développement de leur nouvelle nation.

Ceux qui ont stigmatisé le besoin d’Israël de se défendre en 1967, oublient que lors de la domination Jordanienne sur JERUSALEM, l’intégralité des lieux saints juifs ont été profanés et détruits. 58 synagogues, pour certaines d’une valeur architecturale inestimables ont ainsi été anéanties. Ceux qui se considèrent aujourd’hui comme des victimes, devant la scène internationale, ont sciemment arrachées les tombes des cimetières juives pour paver les routes et construire les urinoirs publics. (Cimetière du Mont des Oliviers entre autres).Témoin de cette ignominie, l’ONU est curieusement restée silencieuse, elle si prompte à condamner ISRAËL en toute occasion. La vérité ne fut connue qu’en 1967 après la guerre des 6 jours.

Ceux qui critiquent Israël pour avoir unifier Jérusalem en 1967, ferment les yeux sur la réalité des juifs qui ont toujours été interdits d’accès à leurs lieux de culte les plus sacrés en territoire dominé par les arabes et en particulier dans la ville sainte. Politique d’apartheid, largement entérinée par l’ONU présente dans la ville .Mais Sous la juridiction ISRAÉLIENNE,depuis ses 40 ans , tous les lieux de cultes, musulmans ou chrétiens ont été préservés, protégés et sont totalement libres d’accès pour toutes les religions.

Le premier mensonge arabe relatif aux prétentions sur Jérusalem fut donc dévoilé et il est mit en échec depuis la victoire de 1967 et la réunification définitive de la ville. Et bientôt, selon des signes précurseurs, on verra le premier consulat américain installé dans la ville, qui sera sans nul doute un acte signifiant et courageux de la part de la Maison Blanche.

Le second mensonge qu’Israël devra absolument combattre aujourd’hui, est celui des soi–disant réfugiés palestiniens qui ont été nourris de rêves impossibles et de promesses fallacieuses par les dirigeants arabes populistes qui, pendant de longues années, ont faits les beaux discours sur les « ponts du retour » qui ne sont rien d’autres que des non sens et des mensonges qui ne peuvent jaillir que de la démagogie usée de la propagande arabe.

Depuis la victoire israélienne de 1967 – qui a restituée la Judée et la Samarie à Israël, les palestiniens ont intensifiés leurs moyens de mensonges – cautionner par le chantage politique – afin de bloquer toute issue au processus de la Paix en soulevant avec insistance et mauvaise foi la question des réfugiés.

Mais Il faut comprendre que l’existence de ces « réfugiés » est le résultat direct de l’opposition des Etats arabes au plan de partition de 1947 et à la reconstitution de l’Etat d’Israël. Les Etats arabes ont adopté cette politique à l’unanimité, et donc la responsabilité de ses résultats leur en incombe aujourd’hui. En plus, les Arabes palestiniens pullulent dans le pays qui les accueillent et se sont multipliés jusqu’à augmenter la population au point de réclamer le retour de 5 millions de « réfugiés ».

La question des « réfugiés » a émergée comme un royaume virtuel du mensonge, où chaque officiel, depuis le Président jusqu’au simple représentant , passe son temps à mentir à une « théorie du retour des réfugiés » aux journalistes étrangers qui accordent habituellement aux mensonges un crédit égal, voire plus grand qu’à ce qu’ils entendent dire par des officiels israéliens honnêtes, ou beaucoup moins menteurs.

Ce qui se passe aujourd’hui d’anarchie et de chaos dans les camps palestiniens au Liban ( à Nahr El Balad ou à Ain El Helloua ) peut aussi se reproduire dans les villes et les localités israéliennes, si les leaders israéliens cèderont devant l’ampleur du second mensonge palestinien relatif à la question des « réfugiés » . Ceux qui ont se sont accommodés dés leur jeunes ages aux notions de violence, de la haine et au mensonge – ne sont pas -et ne seront jamais digne (à mon avis… ) de vivre dans un Etat civilisé comme Israël , dans lequel on prépare des enfants et des générations pour qu’ils seront demain de futures citoyens , qui voteront aux élections , payeront leur impôts et respecteront la loi.

Déjà une partie de ceux qui entretiennent le second mensonge (relatif aux réfugiés) ont bâti une base arrière à Gaza, ou ils se sont emparés de cet morceau de terre pour le transformer en une enclave du terrorisme. Le « Jaish al Jihad » ou Armée du Jihad commençait à se constituer depuis le début de l’année 2007. Il annoncerait probablement le nom du futur chef d’Al Qaeda en Palestine, qui allait coordonner le combat global contre les « Infidèles » au Moyen Orient…. pour concrétiser peut être le second mensonge du retour.

Malgré 2000 ans de persécutions et l’abomination de la Shoah, le monde n’a pas changé et l’Etat d’Israël reste menacé. Les temps actuels sont aussi incertains et dangereux pour le peuple juif que les époques passées.

TUNIS, tunirael@laposte.net

Ftouh Souhail 12/6/2007

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

1 548 vues

Tous les articles de Ftouh Souhail

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Non classé

 

Comments are closed. Please check back later.