Revue de presse (Proche-Orient), semaine du 11 juillet

Le Hezbollah participera à la conférence inter-libanaise en France


Le Hezbollah, organisation terroriste chiite libanaise soutenue et financée par l’Iran et la Syrie, participera ce week-end près de Paris à une conférence inter-libanaise, malgré les réserves du président français Nicolas Sarkozy, ont rapporté les médias libanais.

Pascale Andreani, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, a fait savoir mardi 11 juillet que la France avait invité Hezbollah, soulignant qu’il s’agissait d’une force politique importante au Liban.

Menace de veto de Bush contre un texte fixant un calendrier de retrait en Irak


Le président américain George W. Bush a menacé mardi 11 juillet d’utiliser son droit de veto contre un texte fixant un début de retrait en Irak dans les 120 jours, malgré l’opposition croissante à sa stratégie et la publication imminente d’un rapport d’étape faisant état du peu de progrès réalisés par le gouvernement irakien, a rapporté l’agence de presse américaine Associated Press.

Le Sénat a ouvert mardi 11 juillet un nouveau débat sur le conflit irakien et devra notamment se prononcer sur un amendement démocrate fixant un délai de 120 jours pour un début de retrait américain, lequel devrait être achevé en avril 2008, toujours selon l’Associated Press.

L’Egypte renforce son dispositif à la frontière avec Gaza


Les autorités égyptiennes ont déployé mardi 11 juillet des forces supplémentaires le long de sa frontière avec la bande de Gaza et a exclu la possibilité d’une reprise rapide des négociations entre le Fatah et le Hamas, a rapporté l’agence officielle égyptienne MENA (Middle East News Agency).

Ces informations interviennent à la suite de la visite en Egypte d’une délégation de ministres du chef de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, destinée à coordonner l’attitude du Caire et du nouveau gouvernement palestinien après le putsch du Hamas dans la bande de Gaza le mois dernier.

Des partisans du Fatah exécutés à Gaza, malgré l’amnistie proclamée par le Hamas


Au moins neuf partisans du Fatah ont été tués et plusieurs autres torturés dans la bande de Gaza depuis l’amnistie proclamée le 15 juin par le Hamas, rapporte Mezan, une organisation indépendante de défense des Droits de l’homme basée à Gaza.

La Force exécutive du Hamas (Al-Qowa al-Tanfizeya), qui assure désormais l’« ordre » dans la bande de Gaza, dispose d’une liste de noms : y sont inscrits les partisans du Fatah soupçonnés d’être impliqués dans le meurtre de fidèles du Hamas. Ces personnes sont condamnées à mort et ne disposeront pas de procès si elles sont attrapées, a expliqué Islam Shahwan, un porte-parole de l’organisation, rapporte le Jerusalem Post.

Al-Qaïda menace le Royaume uni dans une nouvelle cassette audio


Le numéro deux d’Al-Qaida, le médecin égyptien Ayman al-Zawahri, a menacé de représailles le Royaume uni mardi 11 juillet dans une cassette audio, suite à la décision de la reine Elizabeth II d’Angleterre de faire chevalier le grand écrivain britannique d’origine indienne Salman Rushdie, a rapporté la chaîne qatarie arabophone Al-Jazeera.

Rushdie est l’auteur des « Versets sataniques » (1988), un chef d’œuvre jugé « blasphématoire » par le régime islamiste iranien et ses acolytes. L’ancien guide suprême de la Révolution islamique iranienne, l’ayatollah Ruhollah Khomeyni, avait lancé une « fatwa » (édit religieux) condamnant à mort le romancier.

La Ligue arabe en Israël !


Les ministres des Affaires étrangères égyptien et jordanien doivent mener une délégation de la Ligue arabe cette semaine en Israël pour des discussions sur l’ « initiative de paix arabe », selon le quotidien israélien Maariv. Il s’agit de la première visite officielle d’une délégation de l’organisation panarabe dans l’Etat hébreu.

Il s’agirait également d’un pas diplomatique important pour Israël. Historiquement, la Ligue arabe a entretenu des rapports conflictuels avec Jérusalem, mais ses 22 membres semblent désormais se tourner vers une ligne plus pragmatique, alors que la région connaît l’ascension d’un islam radical et meurtrier.

Assassinat de Gemayel : l’enquête libanaise désigne le Fatah al-Islam


L’enquête sur l’assassinat le 21 novembre 2006 du ministre chrétien libanais Pierre Gemayel suggère l’implication du groupe Fatah al-Islam qui se revendique de l’idéologie d’Al-Qaïda, a affirmé samedi 7 juillet un responsable de la sécurité informé du dossier, qui a requis l’anonymat, a rapporté le quotidien libanais An-Nahar.

An-Nahar indique que la police a trouvé des indices de ce que les extrémistes du Fatah al-Islam, qui combat l’armée dans le nord du pays, sont responsables du meurtre. Ces informations ont été transmises à la commission d’enquête onusienne, a-t-il ajouté. Le ministre sans portefeuille Ahmed Fatfat a confirmé cette piste sur la chaîne de télévision Al-Arabiya, la faisant remonter jusqu’à la Syrie, ancienne puissance tutélaire du Liban.

L’ancien ministre de l’Industrie Pierre Gemayel, farouche opposant à la Syrie et à son influence dans le pays du Cèdre, a été abattu par des hommes armés au nord de Beyrouth. Son assassinat s’inscrit dans une série de meurtres sur lesquels enquête la commission des Nations unies initialement chargée d’éclairer les circonstances de l’assassinat de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri le 14 en février 2005.

Masri 11/7/2007

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

1 028 vues

Tous les articles de Masri

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Non classé

 

Comments are closed. Please check back later.