Revue de presse (Proche-Orient), semaine du 23 juillet

La Turquie divisée par le foulard islamique


Les Turcs se sont rendus aux urnes dimanche 22 juillet pour élire leurs députés, un scrutin à l’issue duquel le Parti de la justice et du développement (AKP, au pouvoir) a conservé la majorité au Parlement.

La question du foulard islamique a été au centre de ces législatives anticipées organisées. Le régime strictement laïc de ce pays à majorité musulmane sunnite interdit aux femmes de porter le voile dans des bâtiments publics ou dans un cadre officiel. Parti issu d’une mouvance islamiste turque idéologiquement proche des Frères musulmans égyptiens, l’AKP souhaite réviser cette loi.

Le président soudanais effectue sa première visite au Darfour depuis le début des massacres


Le président soudanais Omar el-Bechir, que beaucoup accusent d’avoir participé au génocide au Darfour, est arrivé samedi 21 juillet dans la région pour sa première visite en quatre ans de conflit, pour soutenir les populations de la région meurtrie. En arabe égyptien, on dira : « Yeqtel el qatil we yemshi fi ganazto », l’assassin qui conduit les funérailles de sa victime.

« Cette visite traduit les efforts du président soudanais pour endosser le costume de rassembleur », rapporte la presse locale. Environ 200 000 personnes ont été massacrés et quelque 2,5 millions ont été déplacées depuis le début des violences dans la région, à la frontière avec le Tchad.

La violence a commencé quand des tribus noires se sont soulevées contre le pouvoir central arabe et musulman. Khartoum est accusé d’avoir répondu par des massacres et des atrocités perpétrés par des milices nomades arabes, les Janjaweeds. Le pouvoir soudanais, de tendance islamiste, nie toute responsabilité.

Le Hamas demande de ne pas être oublié par Tony Blair


Le Hamas a prévenu samedi 21 juillet l’ancien Premier ministre britannique Tony Blair qu’il affaiblirait sa crédibilité en tant qu’émissaire spécial pour le Proche-Orient s’il devait ignorer l’organisation terroriste lors de son premier voyage dans la région, rapporte le Jerusalem Post.

« Nous mettons en garde le nouvel émissaire que toute tentative pour marginaliser le Hamas lui coûtera sa crédibilité », a déclaré Mahmoud Zahar, un ancien ministre palestinien des « Affaires étrangères ».

Blair est attendu en Israël et dans les Territoires palestiniens dans les prochains jours. Mais le quartette (Etats-Unis, Union européenne, Nations unies, Russie) a limité son mandat à l’aide qu’il pourra apporter au président palestinien pour reconstruire l’économie et les infrastructures des territoires, poursuit le quotidien israélien anglophone.

Washington accuse le Yémen de trafic d’êtres humains


Dans un rapport du département d’Etat américain que cite le quotidien arabe londonien Al-Quds al-Arabi, les Etats-Unis accusent le Yémen de faire partie du réseau du trafic de femmes et d’enfants obligés de se prostituer ou de mendier.

Les victimes viennent souvent d’Ethiopie, de #OOPS#lie ou d’Erythrée, et sont destinées au « marché » saoudien. Washington accuse ouvertement le gouvernement yéménite de ne rien faire pour mettre fin à ce genre de trafic, poursuit le quotidien arabe dans un éditorial repris par le Courrier international.

Olmert rejette les conditions de la Syrie à des pourparlers


« Le régime autoritaire de Damas cherche à imposer un « seuil impossible » en exigeant qu’Israël s’engage à évacuer entièrement le plateau du Golan avant la reprise de pourparlers de paix », a annoncé le Premier ministre israélien Ehoud Olmert samedi 21 juillet sur une chaîne de télévision israélienne.

Il s’agit d’une première réaction israélienne à un discours dans lequel le président syrien Bachar el-Assad a demandé mardi à Jérusalem de garantir un retrait militaire complet du plateau conquis en 1967 (Guerre des Six-Jours) et annexé en 1981.

Israël exige de la Syrie de mettre fin à son alliance avec l’Iran, soupçonné de chercher à se doter de l’arme nucléaire, et de cesser de soutenir les terroristes du Hezbollah libanais et les groupes palestiniens radicaux comme le Hamas et le Djihad islamique, avant de s’asseoir à la table des négociations.

Le fils Kadhafi annonce l’extradition imminente des infirmières bulgares

L’affaire des infirmières bulgares et du médecin palestinien serait proche du dénouement, selon le quotidien libanais Al-Hayat. Sayf Al-Islam Kadhafi, fils du dictateur libyen, a confié au quotidien arabe que le transfert des prisonniers vers Sofia coïncidera probablement avec la visite du président français Nicolas Sarkozy en Libye, a rapporté l’AFP.

Sayf Al-Islam Kadhafi a fait savoir à la presse occidentale qu’il avait fait tout son possible pour obtenir le transfert des infirmières vers leur pays d’origine, ce que la Bulgarie, soutenue par l’Europe, demandait, dans une tentative de séduction destinée à la présidence française. Kadhafi junior en a profité pour expliquer que la Libye était « un partenaire stratégique dans le cadre du projet d’Union méditerranéenne auquel travaille le président Sarkozy ».

Masri 22/7/2007

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

1 265 vues

Tous les articles de Masri

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Non classé

 

Comments are closed. Please check back later.