La fatwa du MRAP contre France Soir (archive)

(archive)

Il faut rappeler l'aberrante et déshonorante prise de position imposée au MRAP par Mouloud Aounit de porter plainte contre le journal France-Soir, à la suite de sa publication des caricatures controversées.

*

PLAINTE CONTRE FRANCE-SOIR : PAS EN NOTRE NOM !

Le Conseil d'Administration du MRAP a voté, malgré la mise en garde et
l'opposition d'une partie des membres présents, la poursuite en justice du
journal France Soir .
Sans entretenir d'illusions sur les motivations probablement très
mercantiles de la parution de ces dessins provocateurs, les soussignés
entendent cependant affirmer publiquement qu'ils se désolidarisent de
cette procédure..

On peut comprendre que des croyants aient été choqués par une des
caricatures reproduite dans le journal France Soir, et représentant le
prophète avec une bombe sur la tête en guise de turban. Cette caricature
doit être critiquée comme faisant l'amalgame entre le terrorisme et la
religion musulmane dans un contexte de montée de l'intolérance.
Mais il n'est pas acceptable de soumettre la liberté de la presse et de la
caricature à la subjectivité des diverses interprétations du contenu d'un
dessin. Ces caricatures apparues dans la presse danoise en septembre 2005,
instrumentalisées ces dernières semaines, fournissent le prétexte à une
flambée de fanatisme religieux.
Des journalistes sont menacés de mort, des ambassades sont saccagées, un
racisme inquiétant et de masse se développe orchestré par les
fondamentalistes.

Il est évident que ces déchaînements de fanatisme dans certains pays
musulmans résultent de l'action d'extrémistes politiques et religieux tandis
que les pressions exercées sur la presse en Europe ne procèdent pas d'un
souci de lutter contre le racisme anti-musulman , mais bien de sanctionner
le blasphème au nom du sacré.
C'est là un risque majeur pour les libertés fondamentales menacées par les
exigences religieuses.

Les soussignés sont fondamentalement attachés à la liberté de culte.
Ils affirment que la liberté de conscience comporte le droit d'être athée ou
de pratiquer toute religion, mais aussi le droit de critiquer et de porter
en dérision d'une manière ou d'une autre toutes les religions.
Ils maintiennent qu'il aurait mieux valu appeler à la paix et à la raison,
plutôt que de se lancer dans la surenchère.

Mais ils se dissocient de la décision du conseil d'administration du MRAP
qui a décidé de poursuivre France Soir. Cette action en justice que le
MRAP voudrait placer à l'aune d'une préoccupation antiraciste, se trouve
diluée dans un contexte de violence et de racisme de masse dans certains
pays du monde.

Ce racisme et ces violences ne font l'objet que d'une condamnation
subsidiaire de la part de la direction du MRAP, alors que l'action concrète
est tournée contre le seul organe de presse concerné, fournissant par
là-même l'occasion d'un habillage antiraciste aux préoccupations de ceux
qui entendent soumettre la société aux exigences du sacré.

Les élus signataires, en se désolidarisant de l'action en justice engagée,
mesurent pleinement la solennité de leur prise de position, mais ils
entendent maintenir l'action antiraciste du MRAP dans le cadre de la laïcité
et de la liberté de la presse..

Les soussignés ont demandé le retrait de la plainte contre le journal
France-soir

les premiers comités et fédérations ou responsables locaux

comité de Marseille
comité d'Aubenas
comité de Largentière
comité de Mont de Marsan
comité de Rouen
comité de Vitrolles
comité de Fos sur Mer
comité de Mimizan
comité local du pays d' APT

Maurice Carrel, Président du comité de Grenoble et de la Fédération de
l'Isère
Serge Golberg, Président du comité de Saintes
Pedro Fernandez Président du comité local d'Aix en Provence
Moro Gianpiero, Président de la Fédération de Moselle
J.P Erard, Secrétaire du comité de Bourgoin-Jallieu
Bernard André, comité de Chelles
Serge Goldberg, Président du Comité de Saintes, ex membre du bureau national
Marianne Wolf, comité de Paris 5e
Mattieu Charlionet, comité de Rouen
Henri Saint Jean, comité de Marseille
Mileine Mondi, comité de Bourgoin-Jallieu
Claude et Colette Chenu, comité de St Etienne
Patrice de Rorthais, comité de Bourgoin-Jallieu
Janine et Roger Gendrin
Jean-Marie Bonnet, Président du comité de Montpellier
Michele Fougeron, comité de Rennes
Samy Loumi comité de Paris 12
François Savigneux comité Nord-Isère
Hillel Feuerwerker, Président du comité du Pays d'Apt
Elie Famaro, ancien Président du comité de Nancy
Georges Gandwerg, ancien Président du comité de Nancy
Jacqueline Alain, fondatrice du comité de Saintes
Jacqueline Orlianges, comité de Saintes
Bernard Thiebaud, comité de Saintes

Membres de la direction nationale du Mrap qui soutiennent ce texte :

Frédérique Ferry (Membre du Conseil d'Administration et Présidente du Comité
de Nancy
Jean-Marc Bourquin (Membre du bureau exécutif, comité de St Denis, 93)
Nadia Kurys (vice-présidente, membre du bureau exécutif, fédération de
l'Ardèche)
Horiya Mekrelouf (Membre du Conseil d'Administration, Présidente du Comité
de Marseille)
Anne Savigneux ( Membre du bureau exécutif, Présidente du Comité de
Bourgoin-Jallieu)
Gérard Kerforn (Membre du Conseil d'Administration, Président de la
fédération des Landes)
Maya Vigier (Membre du Conseil d'Administration, Comité de Paris 5e-13e)
Christian Delarue (Membre du Bureau exécutif et du Conseil d'Administration,
Vice-président du Comité d'Ille et vilaine)
Emmanuelle Le Chevallier (Membre du Conseil d'Administration, fédération de
Paris)
René Meyer (Membre du Conseil d'Administration, Président du Comité de
Toulouse)
Yves Loriette (Membre du Conseil d'Administration, Président de la
Fédération du Val-de-Marne)
Didier Poupardin (Membre du Conseil d'Administration, secrétaire de la
Fédération du Val-de-Marne)

D'autres comités, fédérations, élus locaux et nationaux, adhérents
viendront compléter la liste des signataires dans les jours qui suivent.

Le 7 février 2006

__________________________

La plainte contre "France-Soir" divise le MRAP
LE MONDE | 07.02.06 | 13h36

Le mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP) a décidé, samedi 4 février, de porter plainte contre France Soir pour l'une des caricatures de Mahomet reproduites par le quotidien qui, selon le mouvement, "porte une incitation délibérée à la haine et à la violence envers tous les musulmans".

"Nous estimons légitime de critiquer toutes les religions, y compris l'islam, et ne sommes pas choqués par les caricatures du prophète Mahomet" , tient à souligner son président, Mouloud Aounit. "Mais, ajoute-t-il, le dessin présentant Mahomet avec un turban en forme de bombe, en associant islam et terrorisme, participe à une volonté de nuire, de stigmatiser, et de blesser la conscience des musulmans en les rendant tous coupables des forfaits monstrueux des terroristes."

"COMITÉS ÉBRANLÉS"

Cette décision n'a cependant pas été sans susciter un vif débat au sein de la direction du mouvement. Considérant ces poursuites contre France Soir comme une "grave erreur", douze des élus de la direction nationale rendaient publique, dès lundi 6 février au soir, une déclaration demandant "solennellement le réexamen" de cette décision.

"Si ce dessin peut légitimement offenser les musulmans, cela reste une caricature. Et, surtout, dans le contexte de haine raciste qui se développe actuellement dans les pays arabes, nous ne pouvons pas soutenir cette plainte contre France Soir. Ces réactions sont en effet une instrumentalisation de l'islam politique mais aussi du machiavélisme de certains gouvernements arabes, la Syrie en particulier. Et nous ne pouvons pas faire abstraction de cela" , soutient avec virulence Gérard Kerform, l'un des douze membres du conseil d'administration du mouvement et président de la fédération des Landes. "Nous partageons l'essentiel des combats du MRAP contre les intolérances, insiste-t-il, mais aujourd'hui dans cette affaire, nombre de comités sont ébranlés."

Pour Mouloud Aounit, les poursuites contre France Soir sont une "plainte d'apaisement". Car, dit-il, "dans un Etat de droit, si la justice n'est pas là pour réparer, on laisse la porte ouverte à des réponses violentes". Mais, pour Gérard Kerforn, au contraire, "ce message qui se place sur le strict terrain antiraciste est complètement dilué dans cette offensive généralisée contre les libertés". "Ce qui se passe dans les pays arabes stigmatise encore plus les musulmans, insiste-t-il. Tout cela aura sur eux un effet boomerang. C'est cela qui risque de les faire apparaître comme des liberticides, des étrangers de la démocratie, alors que l'extrême majorité vit sa foi comme tous les autres."

L. V. E.

Article paru dans l'édition du 08.02.


*


Libre opinion

Quand la caricature … s’inspire des kamikazes !


Monsieur AOUNIT, au nom du mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples ( MRAP ) porte plainte pour « provocation et incitation à la haine raciale » contre le journal FRANCE-SOIR, à qui il reproche d’avoir reproduit une caricature satirique représentant Mahomet, caricature publiée il y a déjà 5 mois dans un journal danois et qui, d’après lui, participerait à « la banalisation de l’islamophobie ambiante ».

Il est à noter que le même Monsieur AOUNIT réclamait tout récemment, c’était le 13 janvier dernier à France 3 le rétablissement du délit de blasphème en France : « Aujourd’hui si la liberté d’expression est un bien fondamental et fait partie des droits de l’homme, la liberté de blasphémer et la liberté d’ouvrir le champ au racisme doit être réprimée avec la plus grande fermeté »(1). Cet homme engagé, qui se veut défenseur des droits de l’homme et qui à la fois réclame la pénalisation du blasphème, fait appel à la justice afin que soit réprimé, non pas les auteurs, ils sont danois, non pas les copieurs de cette caricature, ce sont des journalistes, mais le journal qui les emploie et dont la survie ( qui s’en préoccupe aujourd’hui ? ) est plus que problématique !

Alors, une question se pose : pourquoi donc le délit de blasphème concernerait-t-il prioritairement l’islamophobie ? Mr AOUNIT sait bien pourtant que des caricaturistes et publications s’en prennent à Jésus, aux juifs vilipendés depuis des siècles, à de multiples femmes et hommes publics, au Pape récemment auquel il aurait été scandaleusement reproché sur un petit écran d’être un pape nazi du fait de ses origines allemandes ? Et une autre question surgit : avec le rétablissement du délit de blasphème, aurions nous encore la liberté de dénoncer les fatwas et les excès de la charia ?

Le doute s’installe… d’autres questions découlent des précédentes : pourquoi le MRAP, sous la houlette AOUNIT, fait-t-il le choix de sélectionner et de diaboliser systématiquement toutes les critiques proférées à l’encontre de l’Islam ? Pourquoi a-t-il fait campagne contre la loi sur le voile islamique ? Pourquoi s’est-il rapproché aussi ostensiblement de Tarek RAMADAN ?

Pourrait-on chercher réponse à ces questions sans s’interroger sur la susceptibilité à fleur de peau et exacerbée du monde musulman qui s’indigne et menace de l’autre côté de la Méditerranée ? Voilà ainsi ce monde entraîné dans l’escalade de la violence cinq mois après la publication de caricatures dont la sottise n’a d’égale que la banale outrance ? Le déclenchement pour si peu d’un tel esclandre à dimension quasi planétaire nous amène à nous demander si ce monde là, en s’enflammant ainsi ne serait pas, d’une part, en plein désarroi et si les fondamentalistes en son sein n’en auraient pas, d’autre art et de ce fait, le champ libre pour s’organiser, instrumentaliser les évènements et développer leur stratégie de terreur …

Ce sont ces fondamentalistes qui motivent et préparent dans certaines mosquées les candidats kamikazes à tuer des innocents et à sacrifier leurs vies en les assurant qu’ils accompliront ainsi la volonté d’Allah pour gagner leur place au ciel et … 70 vierges après la mort ! Ce sont ces religieux qui organisent la localisation des attentats afin qu’ils soient le plus meurtriers possible. Ce sont eux qui assurent par les moyens appropriés la publicité de leurs crimes, allant même jusqu’à faire photographier les futurs kamikazes porteurs de bandeaux aux noms d’Allah et de Mahomet …

En fait, ce sont eux qui dessinent les premiers une image terroriste de l’Islam. Ce sont eux qui instrumentalisent ces derniers incidents, qui manipulent les foules, qui développent le terrorisme verbal, qui poussent à brûler les ambassades et qui font retentir des menaces de mort !

Il en est en occident qui assurent consciemment ou non le relais : ils semblent ne pas avoir encore pris conscience qu’il existe bel et bien un rapport entre les attentats à la bombe annoncés au nom d’Allah et de Mahomet et la bombe de la caricature ! Il n’est qu’à constater l’exploitation orchestrée que les fondamentalistes du Moyen Orient ne manquent pas de faire de ces caricatures, après avoir pris quelques semaines pour s’y préparer, pour en avoir la confirmation …

Le plus attristant, pour en revenir à la plainte en justice de Monsieur AOUNIT, même si on lui accorde le bénéfice de la bonne foi, c’est qu’elle donne le sentiment de faire en quelque sorte écho à ces indignations bruyantes et menaçantes qui se développent de l’autre côté de la Méditerranée. Mais le plus préoccupant, c’est que la maladresse et l’irresponsabilité politique d’un caricaturiste vient de donner un coup de pouce à la guerre idéologique que poursuit la théocratie musulmane contre les institutions démocratiques et les valeurs culturelles qui constituent la richesse et le ciment de nos pays d’EUROPE.

Oui, chaque religion devrait délivrer par nature un message de paix et d’amour et mériter comme tel le respect. Et pourtant, il lui arrive d’emprunter des voies obscures qui mènent à de déplorables excès et à d’exécrables dérives quand elle prétend à l’universalité et donc à l’exportation de ses dogmes ! La monarchie de droit divin, et plus encore l’inquisition et les croisades, ont engendré de déplorables et détestables abus dans le monde catholique. De la même façon aujourd’hui, nous vivons dans l’ère d’un fondamentalisme islamique offensif, dévastateur et conquérant.

Rien ne serait pire que de garder profil bas face à ceux qui, sous prétexte de lutter contre l’intolérance religieuse, mènent le combat islamique, le « djihad », contre le droit au blasphème, contre le crime d’apostasie et contre les « infidèles »… C’est avec détermination, sans faiblesse et sans tergiversation qu’il nous faut réagir !

Alors, vous aussi, Monsieur AOUNIT, au lieu de porter plainte contre un journal qui se limite à reproduire ces caricatures, au lieu de descendre un peu plus sur la pente où vous vous êtes engagé, vous seriez bien avisé de prendre un peu de recul pour réfléchir aux responsabilités qui sont les vôtres. Et comme vous vous dites profondément attaché aux DROITS DE L’HOMME, alors, vous ne pouvez pas ne pas avoir conscience que nos droits de l’homme sont le socle de nos institutions républicaines, qu’ils sont ainsi notre unique, oui notre unique référence pour vivre ensemble en harmonie dans le respect de nos différences.

Le 7 février 2006 GÉRARD DENECKER
Professeur honoraire

( 1 ) Monsieur AOUNIT a cru opportun de préciser, face aux réactions suscitées par une aussi catégorique prise de position, qu’il pensait aux atteintes à « l’intégrité de la personne ».


***


Article originel de LSA Oulahbib

Il est inadmissible que des porte-voix de l'islam radical puissent continuer ainsi à marcher sur le drapeau de la liberté, de l'amitié entre les peuples (comme on le fait ces temps-ci dans les pays islamophiles) :

" Le CA du MRAP réuni le 4 février 2006 estime que la caricature représentant le prophète Mahomet coiffé d'une bombe est un véritable détournement raciste de la liberté d'expression à laquelle il est profondément attaché.
Cette caricature dont l'intention manifeste est de provoquer , blesser, humilier, stigmatiser, participe délibérément à l'amalgame raciste entre musulmans et terroristes.
Le MRAP qui condamne sans appel les manifestations contre les biens et les symboles des pays dont les journaux ont publié cette caricature estime qu'elle participe à la fabrication de l'islamophobie et constitue une provocation à la haine envers tous les musulmans. En conséquence, il décide de porter plainte contre France Soir. Maitre Taîeb défendra les intérêts du Mouvement."

Cette officine a le toupet de prétendre savoir ce qu'est un détournement ou pas de la liberté d'expression, dont il se pose visiblement en garant alors que jamais on le voit protester contre une telle atteinte devant l'ambassade de certains pays arabo-musulmans pour lesquels il roule de plus en plus.

Il fait également mine de ne pas comprendre que les premiers à faire "l'amalgame raciste entre musulmans et terroristes" sont précisément ces derniers qui massacrent au nom de cet islam que le MRAP a décidé désormais de défendre, or, c'est cette prise de position même, ce dévoilement, qui mériterait, lui, d'être poursuivi devant les tribunaux : car le vrai racisme c'est celui qui refuse d'accepter l'autre et préfère le tuer parce que l'on juge indésirable sur tel ou tel sol. Pourquoi le MRAP ne porte-t-il pas plainte contre les poseurs de bombe qui enlèvent, tuent, tout "étranger" ? Par exemple en Irak ? Le fait qu'il soit pour ou contre la présence de troupes de la liberté, avalisée par l'ONU, ne devrait pas l'empêcher d'effectuer une action en justice contre tous ceux qui mettent à mal " l'amitié entre les peuples" précisément…

Le MRAP est devenu en réalité l'un des principaux obstacles à cette dernière.


Ci joint la réaction de Simon Pilczer :


La bouche tordue de haine serait-elle l'illustration de "l"'Amitié entre les Peuples" que M. Mouloud Aounit prétend défendre, comme président du "MRAP", soi-disant "Mouvement contre le Racisme et pour l'Amitié entre les Peuples"

En cultivant l'amitié exclusive avec les islamistes, et notamment Tariq Ramadan, avec lequel il s'affiche en grand arroi aux soi-disant "Forums Sociaux Européens" financés par la Droite au pouvoir, assez stupide pour ne pas défendre nos intérêts occidentaux, tellement elle est intoxiquée par les discours soi disant "tiers mondistes et altermondialistes".

Monsieur Mouloud Aounit, soi disant athée élu sur une liste communiste au élections régionales de 2004, a voulu rétablir le délit de "blasphème" pour punir ceux qui "insultent la religion et le prophète".
Rassurez-vous bonnes gens, avec son complice Azuz Begag (mais pas drôle) et sa loi liberticide sur la "HALDE" [ dont Mouloud aounit est membre], la soi disant "Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l'Egalité des chances), réintroduit la lettre de cachet par amendes arbitraires, voire peines de prison.

Monsieur Mouloud Aounit a voulu mettre la notion "d'islamophobie" sur le même plan que celle d'antisémitisme, et pour être précis, d'antijudaïsme, puisque certains faux innocents n'hésitent pas à utiliser des amalgames du genre : "comment puis-je être antisémité, puisque je suis moi-même sémite".

Outre que ce sophisme ne peut circonvenir que les ânes, et les vrais antisémites, la notion d'islamophobie a été inventée par l'ayatollah Khomeiny (cf les oeuvres deCaroline fourest à ce sujet) pour faire toute critique de l'Islam.
Il faut dire que l'aveuglement, l'ignorance, la complaisance, la veulerie, la lâcheté, l'abandon, l'indignité de certains soi disant "responsables" européens a déroulé le tapis rouge à cet abus de langage.

Ainsi le président du conseil de l'Europe, lors d'un discours le 27 janvier 2006 commémorant la libération du camp d'Auschwitz, et la Shoah, s'est-il avancé à dire que, je cite "l'islamophobie ne devrait pas remplacer l'antisémitisme au XXIème siècle".

Comment peut-on être aussi stupide et complaisant, aveugle ou manipulateur envers les peuples que l'on dirige?

Ces soi-disants responsables, à qui nous confions nos destinées, alimentent copieusement depuis des décennies les caisses d'organisations terroristes comme le Fatah, le Hamas, et d'autres, se rendent-ils bien compte qu'ils creusent la tombe de la civilisation occidentale sans notre consentement, mais avec nos impôts???

La corruption de ces organisations a été clairement reconnue depuis le coup de tonnerre de la victoire écrasante du Hamas : des terroristes certes, mais honnêtes ??? Pourquoi ne pas travailler avec eux commencent à demander les diplomates de l'UE ?

Pour ma part, pour aller plus loin que de simples manifestations : Tant que l'Union Européenne n'aura pas cessé très fermement de refuser de verser de très importants subsides à la soi disant "Autorité Palestinienne" pour nourrir ce gouffre de corruption et de terrorisme, je propose que nous fassions la grève des impôts directs.

Nos gouvernements irresponsables boucleront ainsi leurs fins de mois avec les impôts indirects (TVA essentiellement) ;

Simon Pilczer

Iris Canderson 2/7/2012

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

4 483 vues

Tous les articles de Iris Canderson

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Alliance des civilisations-A-LI-DAC, Liens d'actualité

 


Comments • comment feed