Petit précis d’art politicien

Les féroces marchés financiers actionnés par les répugnants spéculateurs ont-ils vraiment tort de rappeler à l'ordre les Etats providence laxistes ? Et ce, même si lesdits Etats providence n'inspirent plus confiance pour avoir trop emprunté à tort et à travers et en toute connaissance cause ?
 
    Citoyen lambda et si vous avez dilapidé votre capital moral et financier, dès lors que vous décidez de vivre à crédit jusqu'à ce que faillite s'ensuive, quoi d'étonnant à ce que vos prêteurs finissent par s'inquiéter de votre façon de vivre dont ils vont être les premiers à devoir payer la facture salée ?
 
    Les répugnants spéculateurs ne peuvent vivre, comme s'y emploient les Etats providence, d'amour et d'eau fraîche; s'ils veulent survivre dans un monde de brutes,  qui n'est autre que notre propre monde condamné à tourner ou à périr, à un moment donné ils doivent serrer la vice aux Etats qui franchissent la ligne jaune.
 
    Il est alors trop facile, pour certains, de penser et surtout de faire accroire que l'entière responsabilité des désastres de tous ordres, tel celui que nous vivons aujourd'hui à l'échelle planétaire, incombe systématiquement à une classe  spoliatrice qui ne vivrait qu'en tondant la laine sur le dos d'autrui.
 
    Le monde du XXIème siècle est plus que jamais partagé, idéologiquement parlant, entre deux conceptions qui sont parfaitement antinomiques : primo, l'Etat peut et doit tout faire dans une optique obligatoirement collectiviste; a contrario, l'Etat se doit d'être modeste et garant du Droit.
 
    "Quant à nous, nous pensons que l'Etat, ce n'est ou ce ne devrait être autre chose que la "force commune" instituée, non pour être entre tous les citoyens un instrument d'oppression et de spolation réciproque, mais, au contraire, pour garantir à chacun le sien, et faire régner la justice et la sécurité".*
 
    A la lumière de la violente crise économique et financière qui s'est abattue sur la planète tout entière, et si l'on veut bien faire preuve d'un minimum d'honnêteté intellectuelle, la responsabilité des Etats se révèle finalement fondamentale : ils sont quasiment tous à l'origine du désastre en cours.
 
    S'y ajoutent les créations de monnaie de singe auxquelles se livrent sans nulle retenue les banques centrales, en particulier la FED, qui sont une hérésie dont les effets, qui ne seront certainement pas ceux attendus par BERNANKE and Co, ne feront qu'aggraver une situation déjà des plus précaires.
 
    les Etats, en particulier les Etats providences en Europe, ont donc tout intérêt à faire profil bas s'ils ne veulent pas prendre le risque insensé, à force de pratiquer une cavalerie financière létale, de subir la colère des peuples floués qui n'en peuvent plus de payer cash les fourberies des politiques.        
 
 
    * Frédéric BASTIAT : L'Etat (Oeuvres complètes en 7 volumes (1863), tome IV).    

Librement !
Membre du Parti Libéral Démocrate
http://sully1.typepad.com & facebook
02400 FRANCE
 

Philippe Robert 5/12/2010

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

187 vues

Tous les articles de Philippe Robert

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Affinement négatif-OIL, Conservation négative-OIL, Dispersion négative-OIL, Dissolution négative-OIL, Evaluation de l'action-OIL

 

Comments are closed. Please check back later.