2 février 2023

Dieudonné condamné pour incitation à la haine anti-juive

La 17ème Chambre correctionnelle du Tribunal de Grande Instance de Paris a tranché dans un jugement rendu le 10 mars et elle a été on ne peut plus nette. Dieudonné ne pourra plus tenir de tels propos en niant qu'ils aient un caractère raciste et en s'abritant derrière un quelconque « humour »

Dans cet entretien Dieudonné n'avait guère mâché ses mots. Se posant en défenseur de la cause noire et, partant, en pourfendeur de l'esclavage, il avait accusé les Juifs, décidément boucs émissaires mis à toutes les sauces, d'être « des négriers reconvertis dans la banque et le spectacle.. ,» précisant : « ceux qui m'attaquent ont fondé des empires sur l'esclavage et la traite des Noirs. »
Une déclaration qui repose sur une série de contre-vérités historiques flagrantes, comme une personne dans l'assistance le lui a d'ailleurs rappelé lors de la conférence organisée à la Mairie du III ème à Paris autour du thème : « la fracture Dieudonné » et à laquelle il avait assisté. Et on sait, d'ailleurs, que la LICRA, qui avait porté plainte contre lui pour ces propos, a soutenu l'historien Olivier Pétré-Grenouilleau dont l'ouvrage « Les traites négrières » met à mal toute vision réductrice et simpliste de siècles d'histoire.

Quant à affirmer que « les Juifs » ont fondé des empires sur la traite des Noirs, cela est tout simplement aussi absurde qu'odieux. Déclarer ensuite que les Juifs – tous, semble-t-il- seraient « dans la banque et le spectacle » est tout aussi simpliste et absurde.
Et le tout est fortement entaché de relents nauséabonds et cela s'appelle de l'antisémitisme : « Ils » « les Juifs… » et qui dit « banque » dit « argent, » dit « riche. » Nous voilà dans un stéréotype éculé bien connu. Stéréotype, hélas pourtant bien vivace dans certains milieux. Et ce sinistre « gang des barbares », qui avait kidnappé Ilan Halimi, torturé avant d'être assassiné, y croyait dur comme fer, que « les Juifs » ça a de l'argent : la plupart de leurs victimes ayant été choisies sur ce type de « critère, » semble-t-il. Pourtant, à la Mairie du IIIème, Dieudonné, s'adressant aux intervenants, avait eu cette phrase terrible : « votre exploitation de la mort d'Ilan, c'est de la pornographie mémorielle. »

Lorsque l'un des participants a eu avec Dieudonné un bref échange, courtois par ailleurs, à l'issue de cette conférence, il lui a demandé s'il avait conscience de « mettre le feu » avec une multitude de propos ou déclarations qui le feraient frémir si le mot « juif » était remplacé par « noir » ou « arabe » et si c'était ce qu'il voulait véritablement.
Lorsque l'on reprend ses déclarations, comme l'ont d'ailleurs fait ce soir-là les intervenants, on ne peut que se demander d'où vient tant de haine…
Par ailleurs, dans ce qu'il disait en 2004, Dieudonné donnait un exemple parlant du glissement anti-sionisme, antisémitisme. Car ces Juifs qu'il accuse d'avoir été responsables de la traite des Noirs, qui se seraient enrichis sur le dos des esclaves, se seraient, de surcroît, reconvertis : « dans l'action terroriste… » et « manifestent leur soutien à Ariel Sharon. » La boucle de l'antisémitisme, anti-sionisme, tissu de mensonges et de stéréotypes est bouclée. On prend des termes forts, qui font mouche, on les habille de pseudo-données historiques ou politiques, voire de pseudo-humour, sans se soucier le moins du monde de la vérité, on mélange et on a du prêt à haïr. Que des âmes perdues s'empressent de reprendre à leur compte… avec tous les dangers et tous les dérapages que l'on peut imaginer.

Le tribunal est on ne peut plus clair sur la nature des propos tenus et sur leur dangerosité, comme on le voit dans les attendus : « il désigne à la vindicte les juifs, en les assimilant à des marchands d’esclaves qui auraient bâti des fortunes sur la traite des noirs, ayant ainsi tiré profit d’un crime contre l’humanité […] un tel anathème, l’emploi du terme particulièrement virulent de « négrier » et l’amalgame auquel le prévenu se livre en recourant à des stéréotypes antisémites qu’il mélange et n’hésite pas à actualiser de manière singulière – le négrier enrichi, le banquier, le militant sioniste, le terroriste soutenant Sharon – ne peuvent que susciter chez le lecteur qu’un vif sentiment de rejet voire de haine ou de violence à l’égard de la communauté juive ainsi présentée sous un jour odieux ».

Lors de cette conférence du 27 février Dieudonné interpellait ainsi Maître Aude Weill-Raynal, vice-présidente d'Avocats sans Frontières, Anne-Sophie Mercier, journaliste et auteur du livre « la Vérité sur Dieudonné », Maître Jacubowicz, avocat de la LICRA et du Consistoire israélite de France, le Maire Pierre Aidenbaum : « vous êtes des imposteurs et vous êtes en train d'organiser mon lynchage. » Les intervenants s'en étaient pourtant tenus aux textes et aux faits.
Si Dieudonné était venu accompagné de nombreux supporters, peu soucieux pour la plupart d'engager un véritable dialogue, il faut souligner qu'un jeune Congolais s'est adressé à lui pour lui dire qu'il n'avait aucun droit de prétendre qu'il représente la communauté noire et que nombre de Noirs ne pensent guère comme lui.
La 17 ème Chambre a condamné Dieudonné à 5000 € d'amende, à 3000 € à la LICRA pour ses frais engagés et à 1 € symbolique pour les associations s'étant portées partie civile, à savoir, Avocats sans Frontières, l'Union des Etudiants Juifs de France, SOS Racisme, le Consistoire israélite de France.

Mais ce qui importe est que ce type de propos ait été clairement dénoncé et condamné pour ce qu'ils sont, à savoir de l'antisémitisme, de l'incitation à la haine raciale. Bref, qu'ils incitent à se dresser contre une partie de la communauté nationale. Désormais Dieudonné ne pourra plus prétendre ne pas être antisémite et affirmer ne pas l'être aux yeux de la justice française. On ne peut qu'espérer que cela sera pour lui l'occasion d'une prise de conscience salutaire et que, surtout, dans le même temps, ce jugement marquera un coup d'arrêt à la remontée d'actes antisémites constatée ces derniers temps. Et qui ont atteint un niveau terrible avec l'assassinat d'Ilan Halimi.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :