19 octobre 2021
Non classé

Israel empêche un complot visant à tuer le Président palestinien

Abbas, Président de l’Autorité palestinienne depuis la mort de Yasser Arafat l’année dernière, a été formellement averti du danger par les Israéliens et a annullé une visite prévue dans la bande de Gaza.

Le projet d’assassinat est le signe le plus saillant, parmi beaucoup d’autres, des tensions qui règnent à l’intérieur de l’Autorité palestinienne entre le Hamas, qui a balayé le gouvernement sortant lors des élections de janvier, et le Fatah de mahmoud Abbas.

Les leaders du Hamas, qui refusent de reconnaître l’Etat d’Israel, suspectent Abbas de faire obstruction à leur manière de gouverner, qui est déjà compromise par le boycott financier des donateurs internationaux. “La Hamas considère Abbas comme un obstacle à son contrôle complet de la Palestine et a décidé de le tuer,” affirme une source palestinienne qui fut conseiller d’Arafat et qui est proche d’Abbas.

L‘attaque en question contre Abbas aurait aussi visé Mohammed Dahlan, l’homme fort d’Abbas à Gaza.

Les sources n’étaient pas en mesure de dire qui dans l’organigramme secret du Hamas avait donné l’ordre de tuer Abbas. Mais une indication de l’hostilité de l’appareil du Hamas envers Abbas s’est manifestée la semaine dernière.

Dans une déclaration à Al-Jazeera, la chaîne d’information télévisée arabe, Mohammed Nazzal, un des leaders du Hamas, a accusé le Président Abbas d’être partisan de l'”assiègement et de l’isolation du gouvernement dirigé par le Hamas”.

Abbas, qui est protégé par ses propres hommes de sécurité, partage son temps entre ses bureaux de Gaza et de Ramallah. Alors qu’en Cisjordanie sa sécurité est – presque – assurée, à Gaza — fief du Hamas et de nombreuses factions terroristes incontrôlables — rien n’est garanti. Peu de temps après son élection à la présidence, Abbas avait échappé de peu à une tentative d’assassinat dans la bande de Gaza [NDCID – voir lien en bas de page].

Une requête récente auprès du gouvernement israélien demandant l’autorisation d’importer de nouvelles armes pour sa garde présidentielle a été rejetée par Shaul Mofaz, le ministre israélien de la défense sortant.

Cependant, les Israéliens n’ont pas pu ignorer les informations émanant des services de renseignement concernant les menaces imminentes contre la vie d’Abbas. “Nous surveillons chaque mouvement du Hamas à Gaza,” affirme une source dans le renseignement israélien. “Lorsque nous avons appris que la vie d’Abbas était en danger, nous avons tout fait pour qu’il en soit informé dans les plus brefs délais.”

Matti Steinberg, un ancien conseiller du directeur du Shin Bet, le service de sûreté intérieure d’Israel, déclare qu’il serait fort surpris qu’une décision de tuer Abbas ait été prise par Ismail Haniyeh, le premier minsitre palestinien, ou par Khaled Mashaal, le directeur du bureau politique du Hamas qui se trouve à Damas. “Cependant, une telle action initiée par l’aile militaire du Hamas est très plausible,” a-t-il conclu.

Alors que le Hamas lutte pour se maintenir au pouvoir, et Abbas pour rester dans la course, le chaos économique se répand dans la bande de Gaza et la Cisjordanie. Pour le deuxième mois d’affilée, 160.000 employés de l’Autorité palestinienne n’ont pas reçu leurs salaires.

Des heurts violents ont éclatés dans la ville de Hebron tôt ce matin quand des policiers israéliens soutenus par des centaines de troupes ont tenté d’expulser un groupe de squatters qui occupaient un maison palestinienne abandonnée. La Police a du appeller des renforts après que plusieurs officiers et squatters ait été blessés dans la bataille.

Par Uzi Mahnaimi, ancien officier de renseignement israélien devenu journaliste. Pour the Sunday Times. May 07, 2006


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :