24 septembre 2020
Non classé

Les revendications communautaires musulmanes

Or, ce que le CFCM n’ose pas encore exiger en France pace que ce serait le tollé, la plus grosse organisation musulmane de Suède (70 000 membres) l’a fait. Elle a envoyé une lettre aux partis siégeant au parlement suédois pour demander les “droits” suivants:

les divorces entre musulmans devraient être approuvés par un imam,
les musulmans devraient avoir congé pour la prière du vendredi et certaines fêtes,
les enfants musulmans devraient avoir comme instituteur un imam dans les écoles communales
des soirées réservées seulement aux femmes dans les pisicines
des prêts sans intérêt pour la construction des mosquées, etc.
Le parti de droite Folkpartiet a réagi avec vigueur à ces demandes, avançant les arguments qu’elles mettent en danger les droits des femmes et qu’elles creusent un fossé entre les communautés vivant en Suède.

Mahmoud Aldeben, le président de l’association musulmane a répondu:
“Nous voulons ce qu’il y a de mieux pour les femmes. Nous voulons que tous les musulmans fassent partie de la société.”

Le ministre de l’intégration Orback a rejeté ces demandes.

Ces éléments résumés communiqués sur un forum par un internaute qui en a résumé la teneur ont fait l’objet d’un reportage à la télé suédoise avec cette référence:
http://svt.se/svt/jsp/Crosslink.jsp?d=22620&lid=58190&lid=puff_40160&lpos=lasMer

“Saisi par le Conseil français du Culte musulman, le ministre de l’Education nationale Gilles de Robien vient d’autoriser les élèves musulmans à ne pas avoir de contrôles scolaires le jour de l’Aïd el-kebir”
lu dans “Faits et Documents” n° 208 du 15 au 31 janvier 2006

J‘ai là sous les yeux le Recueil de fatwas, Avis juridiques concernant les musulmans d’Europe, Série n°1, préfacé et commenté par Tariq Ramadan. Je rappelle que le président actuel de ce Conseil européen dont l’UOIF est la branche française, est le bien connu Yûsuf al-Qaradâwi et qu’à la page 36 , parmi les 30 membres de ce conseil on trouve quatre Français: Ahmad Jaballah, Anis Gargah, Tahar Mahdi et Larbi al-Bashri. Or dans ce recueil très instructif, on peut lire aux pages 38-39 la réaffirmation des recommandations aux musulmans vivant en Europe:
“1. La préservation de leur identité musulmane, de leur personnalité religieuse, et ce par le respect des prescriptions divines à ce qui a été prescrit ou interdit, au licite et à l’illicite, en ce qui concerne tant les pratiques rituelles, les relations, les moeurs, les aliments et les boissons que les relations familiales et sociales.
2. Le Conseil recommande aux musulmans résidant en Europe d’oeuvrer inlassablement en vue d’obtenir des pays dans lesquels ils résident la reconnaissance de l’islam en tant que religion, ainsi que l’exercice -pour les musulmans en tant que minorité religieuse à l’instar des autres minorités religieuses – de tous leurs droits relatifs à l’organisation de leur statut personnel en matière de mariage, de divorce et d’héritage.”

En bref, l’application de la charia.

Certains élus socialistes ou de droite ont déjà largement anticipé: les créneaux piscines existent déjà dans certaines communes, suivez mon regard à gauche; d’autres comme Glavany font l’inventaire de toutes les astuces permettant le contournement de la loi de 1905 en matière de financement des lieux de culte. Les tolérances pour certaines fêtes existent déjà mais de manière ponctuelle à l’école.
Si l’UOIF et le CFCM ne formulent pas franchement les mêmes demandes, ils incitent les musulmans à toujours exiger davantage de droits communautaires: la liste des exigences s’allongent et ce sont le plus souvent à l’échelon communal qu’elles s’exercent, de manière souterraine et de plus en plus généralisée: les élus locaux sont en première ligne et sont souvent en butte aux pressions et à des menaces plus ou moins voilées: il faudrait faire un inventaire de toutes ces exigences qui concourent toutes au même but: l’application rampante de la charia à tous les niveaux de la vie sociale et dans tous les secteurs. On voit déjà ce qui se passe dans les hôpitaux ou dans certaines entreprises, pour les cantines, etc.

Cette tactique est parfaitement conforme à la stratégie par étapes préconisée par les Tariq Ramadan et autres: ils savent qu’une application intégrale immédiate de la charia susciterait une levée de boucliers; et dans la parfaite stratégie de la taqqiya ils se gardent bien d’avertir le non musulman de leurs projets à long terme pour mieux le lui faire avaler à doses “homéopathiques”. Ceux qui n’ont pas encore compris (aveugles volontaires ou non), ceux qui se refusent à enrayer cette pente mortifère (le plus souvent par peur ou par complicité objective ou non) vers le communautarisme destructeur de la communauté nationale portent une lourde responsabilité et devront rendre des comptes à l’avenir.

Maryse Haslé

N.B. On peut, pour sa propre édification, aller consulter les fatwas en ligne (http://www.islamophile.org ou http://www.muslimfr.com)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :