24 septembre 2020
Non classé

Intermittents : des danseurs qui ne dansent pas

La nouveauté toute récente est que le pouvoir de la fausse droite envisage de créer un fonds de soutien à ces professions. Le fonds exercera six missions principales : apporter un soutien financier, une aide sociale, dispenser les formations, aider à la pérennisation des emplois, détecter la vulnérabilité, accompagner la mise en oeuvre progressive de l’accord. Autant dire que ce fonds sera une nouvelle cause de ruine pour l’économie avec parallèlement l’enrichissement de ses dirigeants.

La Cour des Comptes a décrit en détail comment les intermittents créent l’effet de ruine. L’idée est que les métiers du spectacle étant précaires et comportant des phases d’inactivité, il leur faut un régime social différent des autres, en particulier pour le chômage, ceci au lieu de laisser le marché réguler leur spécificité. Tout régime spécial est générateur de combines.

En dehors des périodes de tournage ou de spectacle, les indemnités leur sont versés s’ils ont travaillé au moins trois mois. En moyenne, ils travaillent 65 jours par an et en fait cela permet donc de vivre avec trois mois de travail effectif. Les indemnités peuvent être très élevées et le déficit du régime est de 4 milliards.

Quand un coiffeur travaille pour les cheveux des comédiens il a droit au statut. De ce fait, après s’être mis au chômage pour avoir la prébende il travaille au noir. Une jeune technicienne explique : « Quand on débute, on découvre vite comment combiner pour profiter au mieux du système ». De 7 089 en 1980, ils sont devenus 92 000 en 2003 et probablement davantage à présent. Les métiers qui donnent droit à la prébende sont nombreux : serrurier, peintre, menuisier, électricien, maçon, tapissier, lingère, … coiffeur ! Un accord a permis « d’élargir le champ des employeurs en introduisant les services annexes du spectacle, les employeurs gérant des salles de spectacle et l’industrie phonographique ».

La Cour ne dit pas, mais la rumeur publique affirme que certains acteurs des plus prestigieux n’hésitent pas à « bien gérer » la niche et l’on cite le nom d’une star fort connue pour sa beauté en papier glacé, ce qui prouve que l’on peut être belle et fort intelligente dans sa gestion.

Il y a un ballet national à Marseille. Pourquoi ? mystère. Mais il y existe aussi un Opéra qui dispose également d’un ballet ; il y a donc à Marseille, pour ruiner les Marseillais, un ballet national se cumulant avec le ballet de l’Opéra. Cet Opéra avait été méchamment accroché par la même Cour des comptes il y a quelques années.

Le résultat était clair. Le spectateur paie sa place 30 euros pour un prix de revient d’environ 335 euros. Plus on joue, plus on chante et plus on perd.

L’Opéra emploie 400 agents, plus nos habiles intermittents. Les plus privilégiés, dans la distribution des faveurs semblent être les danseurs, car, phénomène incoryable, “Les danseurs ne dansent pas”.

Cette citation est aussi comique que tragique, car que signifie un “danseur qui ne danse pas” ? La conséquence directe de ces folies se situe quelque part ailleurs dans le chômage, l’écroulement des retraites et bien d’autres maux de la société française.

Bien que rien ne soit clair, voici ce que l’on comprend dans cette affaire plutôt étrange et qui nous éclaire sur les formidables intérêts privés engagés dans le conflit permanent des intermittents. Ces danseurs ont, en quelque sorte, des contrats indéterminés, mais, quand il faut un ballet, on préfère recruter pour l’occasion des intermittents. Pourquoi ces intermittents alors que la vocation d’un danseur et son plaisir probable sont de danser ?

La Cour n’éclaire pas ce mystère. Peut-être, à force de ne plus danser, ces artistes ont-il pris quelque mauvais rhumatisme peu propice aux entrechats, à moins qu’ils ne soient eux-mêmes intermittents dans d’autres Opéras publics ce qui est le plus probable : danseur sans danser à l’Opéra de Marseille et intermittent à Lyon ou peut-être à côté dans le fameux ballet.

La conclusion est qu’un Opéra public ne peut jamais que susciter l’effet de ruine, comme un musée public ou un ballet public. Or, nous avons un Opéra à Toulouse, un autre à Lyon, un autre à Strasbourg et nous en oublions et l’Opéra de la Bastille, gouffre financier de première grandeur. Si tous les chiffres étaient clairement établis et publiés, il ne serait pas étonnant que la ruine imposée aux Français par le truchement des Opéras publics atteigne un milliard d’euros chaque année sans que les amateurs de musique soient jamais satisfaits, puisque le contrôle du marché, le seul valable, est par définition absent.

En Argentine, le tango argentin s’est arrêté tout net il y a quelques années le pouvoir étant tout aussi pourri qu’ici et le faux plancher d’un cours de change figé s’étant écroulé sous les danseurs corrompus.

Enseignants fantômes, étudiants fantômes, retraités abusifs, danseurs qui ne dansent pas… .

Les politiques français n’en finissent pas eux aussi de danser devant le buffet et feraient bien de réfléchir à ce qui est arrivé naguère à leurs camarades argentins !

Lu sur Conscience Politique “le journal à contre pied de la pensée unique” : www.conscience-politique.org

2 réflexions sur « Intermittents : des danseurs qui ne dansent pas »

  1. Ping : maroc art

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :