29 janvier 2023
Non classé

REFORME SYNDICALE

Pourtant, telle est aujourd’hui la question posée, dans toute l’étendue de sa redoutable réalité, par l’archaïsme du décret du 31 mars 1966 portant sur la représentativité immuable et factice accordée sans aucune vraie réciprocité à cinq organisations syndicales.

Alors que le Conseil économique et social veut clairement remettre sur le métier un décret intenable et vieux de quarante années, le Gouvernement, avec un appétit vorace, s’en est donc immédiatement emparé pour n’en faire qu’une bouchée !

Voici comment Edouard Fillias, candidat d’Alternative Libérale à la prochaine élection présidentielle, présente les solutions libérales d’AL sur cette épineuse question qu’il détaille en trois coups de cuiller à pot dans ses “Portes pour la Liberté” :

“Choisir librement le syndicat qui nous représente, grâce à l’abrogation du monopole des cinq syndicats représentatifs.

“Unifier les instances représentatives du personnel en entreprise.

“Liberté, pour chaque salarié, de cotiser ou pas au comité d’entreprise. Un bon comité d’entreprise n’aura pas de problème pour fédérer les salariés”.

L’expérience montre que les idées libérales, qui font tout naturellement appel au bon sens, sont alors capables d’apporter la bonne réponse à des problèmes réputés insolubles. La validité des propositions d’AL, ici comme ailleurs, repose sur un tel postulat.

Librement !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :