6 février 2023
Non classé

La mollesse de l’Europe se voit même à l’extérieur

Il n’y avait, vu de l’extérieur, rien qui attirât l’oeil, si ce n’est au loin, les bâtiments bombés et tout en verrière du Parlement européen, où, là, peut-être, frémissait encore cette âme dont on pouvait pourtant sentir le pouls palpiter sur la Grandplace avec ses monuments gothiques somptueux et finement scuptés, dans une foule bon enfant venant admirer un immense sapin de Noël, une crêche géante et deux vrais moutons entouraient le berceau chrétien accueillant un Juif porteur d’une Parole Nouvelle que l’on n’y croie ou pas.

Un son et lumière couronnait l’ensemble, et l’on espérait que cela perdure, que cette tradition, que l’on soit chrétien ou non, persiste comme tissu nerveux de la chair européenne, même si l’on sentait aussi que les mêmes forces ayant empêché la présence d’un sapin de Noël sur la place Schumann, devant les Institutions Européennes, devaient se battre également pour castrer la Grandplace de ses organes judéo-chrétiens afin de l’aseptiser définitivement, la rendre molle, plus que timide, dhimmi.

Bien sûr, disait un autre ami rencontré le lendemain de Noël, membre de l’Atlantis Institut, autour d’un petit déjeuner Place des Sablons, les peuples européens ne se sont pas remis au fond de la saignée de 1914 et ensuite de l’hallali nazi et soviétique, les peuples préfèrent donc ne plus faire de vagues, du moment qu’ils peuvent entrer doucement en décadence. Oubliant ainsi, dans cet enfer pavé de bonnes intentions qu’ils basculent dans l’autre extrême, rasent les murs, s’abreuvent de déshonneur pour éviter la guerre…

Pendant ce temps, la guerre gronde quand même au loin, l’on meure par paquets de mille au Darfour dans l’indifférence générale, puisque l’Islam est censé apporter le progrès à ces tribus qui pourtant le pratiquent elles aussi, sauf qu’elles sont noires, pas arabes, donc pas porteuses du vrai islam de paix et de tolérance que les intellocrates islamistes bien au chaud dans la soie des pays démocratiques, concoctent.

La guerre gronde et frappe en Irak, en Afghanistan, en Israël, en Iran, tous ceux qui ne veulent pas vivre sous leur joug. Et même si les médias européens et américains font la danse de St Guy en hurlant le mot “échec, échec, échec” (failure, failure, failure, en boucle sur CNN), il n’empêche que les Kurdes passeront un bon nouvel an, certains autres irakiens aussi, en Afghanistan également, malgré les défaitistes et tous ceux qui pensent que dans quelques siècles cela ira mieux avec l’islam ; les mêmes qui crient à l’urgence pour le supposé réchauffement climatique, restent silencieux lorsqu’il s’agit de parler de réformes pour ces pays de plus en plus asséchés par les assoiffés de sang, d’envie, et de vengeance, avec la bénédiction de l’Europe : elle leur tend le cou pour mieux être exécutée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :