26 janvier 2022

L’atmosphère contient autant de ratio CO2 depuis 1850

L'atmosphère terrestre contient toujours la même proportion du CO2 que nous émettons. Et ceci est vrai de 1850 jusqu'à nos jours.
Autrement dit, les puits de carbone terrestres sont toujours aussi efficaces et ne sont nullement saturés ou en voie de saturation.

Et pourtant que n'avons nous entendu comme déclarations ultra-alarmistes répercutées au centuple par les médias de la planète sur ce sujet ?
En substance, le message était le suivant : "La terre et les océans sont saturés de CO2. Ils ne sont plus capables d'absorber le CO2 que nous émettons. et donc le taux de CO2 atmosphérique va diverger. Il faut tout arrêter! C'est la catastrophe ! Nous allons rôtir comme dans une poêle à frire (Rocard, Al Gore, Hansen etc ) ! etc…"

Voici un exemple typique de ce genre d'affirmation qui mériterait de figurer au bêtisier.
Cette citation est tirée de Science et Vie (N° 1071 de décembre 2006, page 69, encadré) :

Actuellement les émissions des gaz à effet de serre d'origine humaine augmentent chaque année de 2% (pas seulement du CO2)…Or nous émettons d'ores et déjà DEUX FOIS PLUS que l'océan et la biomasse de la planète ne (sic) parviennent à absorber."

 

On se demande comment ils en sont arrivés à ce genre de certitude. Avec les modèles, sans doute…

Comme très souvent, nous allons voir que la réalité est bien plus rassurante et que ces déclarations comme les articles qui vont avec, ne sont rien d'autres que des affirmations ultra-alarmistes infondées, motivées par des convictions peu scientifiques…
Ce qui est, hélas, très fréquent par les temps qui courent.

Alors que nous disent les derniers résultats de la recherche sur ce sujet ?
Voici une analyse d'un article, particulièrement soigné, qui vient de paraître il y a quelques jours :
________________________________________________________________________________________

Is the airborne fraction of anthropogenic CO2 emissions increasing?
La proportion dans l'atmosphère du CO2 d'origine anthropique est-elle en augmentation ?
knorr

Geophys. Res. Lett., 36, L21710, doi:10.1029/2009GL040613. Publié le 7 Nov. 2009.

Wolfgang Knorr (photo ci-contre)

Département des Sciences de la Terre, Université de Bristol, Bristol, UK

La réponse au titre de l'article est NON !
Comme à l'accoutumé, je ne peux mieux faire que de vous traduire le résumé de l'article de
W. Knorr .
Le voici :

Résumé :

Plusieurs études récentes ont attiré l'attention sur la possibilité que les écosystèmes terrestres et océaniques aient commencé à perdre une partie de leur capacité à retenir une grande proportion des émissions anthropiques de CO2. Il s'agit d'une affirmation importante parce que jusqu'à présent seulement 40% de ces émissions étaient restées dans l'atmosphère, ce qui avait enrayé un accroissement du changement climatique. La présente étude réexamine les données disponibles en matière de CO2 atmosphérique ainsi que les données sur les émissions en tenant compte de leurs incertitudes. On montre que, dans la limite de ces incertitudes, l'évolution de la fraction (NDT : du CO2 anthropique) résidant dans l'atmosphère, depuis 1850, est de 0,7 ± 1,4 % par décennie, c'est à dire proche de, et non significativement, différente de zéro. De plus, l'analyse montre que le modèle statistique de la fraction ( (NDT: du CO2) atmosphérique s'accorde mieux avec les données si les émissions résultant de la modification de l'usage des sols sont abaissées à 82% ou moins, par rapport aux estimations initiales. En dépit des prédictions des modèles couplés climat/cycle du carbone, aucune évolution de la fraction (NDT: du CO2) atmosphérique ne peut être observée.

Voici la version originale :

Several recent studies have highlighted the possibility that the oceans and terrestrial ecosystems have started loosing part of their ability to sequester a large proportion of the anthropogenic CO2 emissions. This is an important claim, because so far only about 40% of those emissions have stayed in the atmosphere, which has prevented additional climate change. This study re-examines the available atmospheric CO2 and emissions data including their uncertainties. It is shown that with those uncertainties, the trend in the airborne fraction since 1850 has been 0.7 ± 1.4% per decade, i.e. close to and not significantly different from zero. The analysis further shows that the statistical model of a constant airborne fraction agrees best with the available data if emissions from land use change are scaled down to 82% or less of their original estimates. Despite the predictions of coupled climate-carbon cycle models, no trend in the airborne fraction can be found.

En clair, cette étude qui a pris soigneusement en compte les incertitudes qui affectent les différents paramètres mesurables, nous dit que la proportion du CO2 relâché par les activités humaines et qui se retrouve dans l'atmosphère n'a pas varié depuis 1850 jusqu'à nos jours.

C'est à dire que la Nature s'arrange toujours (sans que nous sachions comment elle procède) pour envoyer et garder dans l'atmosphère toujours la même fraction (43%) du CO2 que nous émettons par nos diverses activités, et ceci qu'elle que soit la quantité que nous envoyons ! Autrement dit, et encore, les biotas, la végétation et les océans adaptent leurs capacités d'absorptions du CO2 quelle que soit la quantité émise, pour conserver un rapport constant entre la quantité de CO2 absorbé et la quantité de CO2 qui va dans l'atmosphère.
Il va de soi que cette observation exclut absolument l'existence d'une quelconque saturation des puits de carbone sur notre planète. Et comme il n'y aucun signe de défaillance à cette règle, une prochaine saturation des puits de carbone est hautement improbable. Voila qui rejette aux oubliettes les affirmations alarmistes du GIEC et de ses affidés qui prévoient une saturation des puits de carbone dans leurs modèles apocalyptiques.

Un exemple précis pour vous faire sentir à quel point cette découverte est étonnante :

-Pendant l'année 1850, nous émettions 2 Gt de CO2. La proportion de ce CO2 montant dans l'atmosphère était de 43% .
-Pendant l'année 2009, nous émettons 35 Gt de CO2..Soit 17,5 fois plus. La proportion de ce CO2 montant dans l'atmosphère est toujours de 43% ! Avouez que c'est stupéfiant. On dirait que la Nature adapte ses capacités d'absorption sur terre pour garder cette proportion de 43% constante, quoiqu'il arrive !

L'article de W. Knorr explique les méthodes sophistiquées et rigoureuses qu'il a utilisées pour parvenir à ce résultat. On peut comprendre sa démarche en examinant la figure suivante, extraite de son article.

airborneSur la courbe du bas, la partie en trait continu fin donne l'augmentation du CO2 ( en GtC/ par an) en faisant la moyenne des mesures à Hawaï (Mauna Loa), au Pôle Sud et avec deux carottages glaciaires. La courbe en pointillés fins donne les résultats de la station de Siple. Celle en tiretés fins vient du Law Dome en Antarctique.

La courbe du haut, en trait épais continu, représente la totalité des émissions anthropiques (mesurée en GtC/an) depuis 1850. GtC signifie milliards de tonnes de carbone contenu dans le CO2 émis. A noter que cette courbe est très proche de celle utilisée par Klyashtorin et Lyubushin en 2003 pour leur article sur l'analyse statistique de la température.

La courbe du bas en tiretés épais noir représente 46% des émissions totales de CO2. C'est donc l'homologue de la courbe en trait épais noir dont les ordonnées ont été multipliées par 0,46. Une analyse plus précise des données donne un facteur multiplicatif de 43%. Des analyses utilisant différentes hypothèses donneraient un facteur autour de 0,4 et 0,5.

Comme on le voit immédiatement, la courbe en tiretés épais passe bien au milieu des fluctuations des trois sections représentant les taux de CO2 atmosphériques mesurés dans les différents sites.
La conclusion est évidente : La proportion de CO2 relâché sur terre et qui s'échappe dans l'atmosphère est de 43%. Elle n'a pas varié depuis 1850 !

Le communiqué de Presse de l'Université de Bristol est encore plus explicite (même s'il faut toujours se méfier des communiqués de presse (voir ce petit dessin révélateur ), mais celui-ci est fidèle au contenu de l'article de Knorr). Voici un extrait de ce communiqué :

"Titre : Les données récentes montrent que l'équilibre entre la fraction atmosphérique et la fraction absorbée du dioxyde de carbone, est restée approximativement stable depuis 1850. Et ceci malgré une élévation des émissions de CO2 de près de 2 milliards de tonnes en 1850 par an, jusqu'à 35 milliard de tonnes par an actuellement.

Ceci suggère que les écosystèmes terrestres et les océans possèdent une plus grande capacité d'absorption qu'on ne le pensait auparavant.

Ce résultat est opposé à celui d'un nombre significatif de travaux de recherches récents qui prévoient que la capacité des écosystèmes et des océans d'absorber le CO2 devrait commencer à diminuer à mesure que les émission de CO2 s'accroissent, permettant ainsi aux concentrations de gaz à effets de serre de diverger. Le Dr Wolfgang Knorr de l'Université de Bristol a trouvé, qu'en fait, l'évolution de la fraction (NDT: du CO2) atmosphérique, depuis 1850, a seulement été de 0,7 ± 1.4% par décennie, c'est à dire, en pratique, nulle.

Le mérite de cette nouvelle étude, publiée au Geophysical Research Letters (online) réside dans le fait qu'elle s'appuie exclusivement sur des résultats de mesures et des évaluations statistiques, y compris d'enregistrements historiques extraits de la glace Antarctique, et ne repose aucunement sur des calculs issus de modèles climatiques complexes.[…]

Un autre résultat important qui ressort de cette étude montre que les émissions résultant de la déforestation ont été surestimées d'un facteur compris entre 18 et75%. Ceci serait en accord avec des résultats publiés la semaine dernière dans Nature Géosciences par une équipe dirigée par Guido van der Werf de l'Université VU d'Amsterdam. Ces chercheurs ont revu les données sur la déforestation et conclu que les émissions ont été surestimées d'au moins, un facteur 2."
_____________________________________________________________________________

En conclusion, voici, une fois encore, une étude utilisant des mesures directes qui réfute totalement les estimations de plusieurs modèles informatiques du GIEC et les multiples affirmations alarmistes au sujet de la pseudo-saturation des puits de carbone. Tout comme celles que j'ai rapportées ci-dessus. Cette divergence répétée entre les modèles et les observations devrait faire réfléchir..

Quant au fond même de cette découverte, je ne vous cache pas que, comme Wolfgang Knorr, je le trouve étonnant. En effet, comment se fait-il que la Nature adapte sa capacité d'absorption à la quantité de CO2 que nous émettons de manière à conserver un rapport constant entre la quantité de CO2 émis et celui qui entre dans la composition de l'atmosphère ?
A mon humble avis, mais ceci n'est nullement prouvé, on pourrait penser qu'il existe une contre-réaction effective qui augmente la capacité d'absorption de la planète quand le taux d'émission augmente.
Comment cela ? Nous n'en savons rien mais nous pouvons imaginer, par exemple, que plus de CO2 émis favorise la croissance de la végétation et celles des biotas marins qui, à leur tour, constituent des puits de carbone de plus en plus efficaces. Peut-être existe-t-il aussi une explication relevant de la physique de l'atmosphère que nous n'avons pas encore réalisée. Tout est possible.
Par contre, il est parfaitement clair qu'au contraire de ce que pensent les modélisateurs du GIEC, nous sommes loin d'avoir compris comment fonctionnent les échanges (écosystèmes + océans) avec l'atmosphère.Très loin de là . C'est un démenti flagrant pour ceux qui affirment que "la Science est comprise".
Cet article ouvre des pistes de recherche intéressantes.

Note :
Pour éviter les confusions je rappelle que de 1GtC = (44/12)x GtCO2.= 3,67 GtCO2

 

En guise de conclusion (provisoire, bien sûr) giecsunk

 

 

Quand je vous disais, comme Madhav L. Khandekar, qu'au mois d'août 2007, le fier paquebot, soi-disant insubmersible, des irréductibles de la théorie de l'effet de serre anthropogénique était en train de prendre l'eau….lentement mais sûrement.

 

Alors, Mr Schwarzenegger (Californie), Mr Ban Ki Moon (ONU), Mr Donald Kennedy (Science), Mr Pachauri (GIEC), Mr James Hansen, Mr Al Gore, Sir pascontentStern (UK) et bien d'autres, comme le célèbre webmaster du site manicore "La discussion est terminée " ?
Alors que c'est précisément dans les rangs des scientifiques supporters de l'effet de serre, que l'on trouve les critiques les plus graves de vos allégations ?
Il faudrait peut-être les écouter même si cela doit écorner vos déclarations sur le fameux "consensus"…
L'article de
Stephen E. Schwartz et al n'utilise que des données mesurées par des expériences sur le terrain. De même que celui de A. Tsonis et al. Ou encore celui de P. Chylek et al. Tout comme d'ailleurs celui de Douglass et al. Ou encore ceux de Wentz et al, Spencer et al, Lindzen et Choi, Knorr, etc…tous publiés dans des revues sérieuses à comité de lecture et qui restent superbement ignorés.

Ne sont ils pas plus crédibles que les projections sur ordinateur avec un grand nombre de paramètres inconnus qui viennent d'être sérieusement remises en question en les confrontant avec la réalité dans les articles décrits ci-dessus ?

Combien faudra-t-il encore d'articles publiés dans les revues renommées et à comité de lecture et qui tous démontrent que la théorie et les modèles en vigueur ne tiennent pas la route, pour que les scientifiques du GIEC, les politiques et les activistes se réveillent et commencent à se poser des questions ?

A suivre

Mis à jour le 18/11/2009 : http://www.pensee-unique.eu/theses.html#AF

7 réflexions sur « L’atmosphère contient autant de ratio CO2 depuis 1850 »

  1. Ping : carven 時計
  2. Ping : Fake Ray Bans
  3. Ping : Fake Oakleys

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :