20 juin 2021

Geert Wilders, Premier ministre ? (up to date)

 

Update : fin janvier, illustrant parfaitement ce que dit Geert Wilders, la télévision officielle de l'Autorité palestinienne diffusait un sermon appelant à un retour au Coran au meurtre des Juifs voulu par « Le prophète » – Mahomet- en ces termes: « Cette terre ne sera sera libérée, ces lieux saints et ces mosquées  ne seront libérés  que par un retour au Coran et lorsque tous les musulmans accepteront de devenir des combattants du Jihad pour Allah et pour soutenir la Palestine, le peuple palestinien, la terre palestinienne et les lieux saints palestiniens. Le Prophète dit ' Vous combattrez les Juifs et vous les tuerez, jusqu'à ce que la pierre et l'arbre perlent pour dire 'Oh, musulman,' et ils ne diront pas 'où sont les millions ?' et ils ne diront pas 'où est la nation arabe ? » Ils diront  plutôt 'oh musulman, oh serviteur d'Allah, il y a un Juif derrière moi, viens le tuer. »

 

http://palwatch.org/main.aspx?fi=157&doc_id=1624


" This land will be liberated, these holy places and these mosques will be liberated, only by means of a return to the Quran and when all Muslims will be willing to be Jihad Fighters for the sake of Allah and for the sake of supporting Palestine, the Palestinian people, the Palestinian land, and the holy places in Palestine. The Prophet says: 'You shall fight the Jews and kill them, until the tree and the stone will speak and say: 'Oh Muslim, Oh servant of Allah' – the tree and the stone will not say, 'Oh Arab,' they will say, 'Oh Muslim'. And they will not say, 'Where are the millions?' and will not say, 'Where is the Arab nation?' Rather, they will say, 'Oh Muslim, Oh servant of Allah – there is a Jew behind me, come and kill him.' "





 


 

 

 

 

 

 


 

 




 

Le député néerlandais Geert Wilders pourrait être démocratiquement élu Premier ministre de son pays. La désinformation contre lui est en marche…

Il serait « pire que Haider, » « dangereux, » entend-t-on et lit-on ici ou là. La vérité est à la fois bien différente et bien plus complexe.

 Geert Wilders serait un extrémiste – de droite comme il se doit-, un raciste, un danger pour son pays et pour l'Europe. Il est vrai qu'il s'attaque aux sourates coraniques qui incitent à la violence contre ce qui n'est pas islamique, que ce soit l'Occident, les Juifs, les Chrétiens, les homosexuels, qui incitent à la Guerre Sainte destinée à prendre le contrôle du monde. Vrai qu'il dénonce les conséquences terribles qu'ont pu et que pourraient avoir ces versets, toujours partie intégrante du Coran.

Le combat qu'il mène se situe sur deux fronts : d'une part contre l'incitation contenue dans le Coran et d'autre part pour la liberté d'expression et, de ce fait, contre le procès politique qui lui est fait.

 

Il faut souligner qu'il doit vivre sous protection policière depuis la sortie de son film Fitna et qu'il a fait l'objet d'une fatwa…Que voit-on au juste dans ce film ?


Des prêches bien réels diffusés dans divers pays musulmans, des déclarations comme celles du président iranien, des attentats suicide, des meurtres d'otages, l'assassinat du néerlandais Théo Van Gogh. On voit aussi des prêches ou autres déclarations prononcés aux Pays-Bas, incitant aux crimes dits « d'honneur, » perpétrés contre des femmes qui auraient sali « l'honneur de la famille, »  à l'homophobie, au combat contre démocratie ou socialisme, au refus de la liberté d'expression, toujours au nom de l'Islam. Parmi les sources utilisées et dont la crédibilité n'a jamais été mise en doute, il y a Al Manar – la télévision du Hezbollah qui a été à deux doigts de s'implanter en France mais n'a pu finalement le faire grâce notamment au combat mené alors  par le CRIF, – les télévisons irakienne, iranienne, saoudienne, MEMRI ou PMW, observatoires des médias du monde arabo-musulman, RTL et divers médias néerlandais-.

 

Geert Wilders dénonce donc des faits, s'inquiétant des conséquences possibles pour l'avenir des Pays-Bas et de l'Europe d'une présence musulmane qui y va croissante. Et il se prononce contre « une immigration musulmane massive, » et non pas une « immigration musulmane, » tout court comme le prétendait, par exemple, CNN dans un reportage faussé diffusé le 5 mars 2010. On y donnait d'ailleurs la parole à une jeune femme portant ses convictions dans son keffieh et qui vitupérait contre Geert Wilders.

 

Mais Geert Wilders serait-il raciste, fasciste ? Si tel était le cas comment la musulmane Wafa Sultan qui respecte la religion qu'est l'Islam au même titre que les autres religions mais pas son utilisation politique, demandant pourtant, comme Geert Wilders, que les versets incitatoires soient rejetés, serait-elle parmi ceux qui viendront le défendre devant un tribunal d'Amsterdam qui doit le juger suite à une plainte déposée pour avoir notamment « offensé un groupe de personnes, des Musulmans, compte tenu de leur religion » ?

Geert Wilders avait demandé la comparution de 18 témoins mais seuls trois ont été retenus et le huit-clos a été prononcé pour leur audition. Cinq de ces témoins sont des experts en matière de liberté d'expression, huit experts en matière d'Islam et les autres des « experts » sur le plan concret, comme l'imam de la grande mosquée de La Haye, des religieux iraniens de premier plan ou encore la personne condamnée à la réclusion à vie pour l'assassinat de Théo Van Gogh.

Les trois témoins qui n'ont pas été récusé sont donc Wafa Sultan, qui, en 2006 a été choisie par Time Magazine pour la liste des cent personnes le plus influentes dans le monde, le Professeur Jansen, spécialiste de la pensée islamique contemporaine et le Dr Simon Admiraal, qui fait une thèse sous la direction du Professeur Cliteur, sur « Islamisation, droit laïque et logique de l'endoctrinement radical. » Parmi les experts récusés, le Professeur israélien Israeli.

 

Par ailleurs, Geert Wilders dit très clairement, comme il l'a fait en prenant la parole à la Chambre des Lords, où il avait été invité le 5 mars, que ni lui ni son parti « n'ont de problème avec les musulmans en tant que tels. Il y a des musulmans modérés. La majorité des musulmans sont respectueux des lois et veulent mener une existence paisible, comme vous et moi. »  Il faut noter qu'il n'avait pu s'y exprimer une première fois ayant été expulsé de Grande-Bretagne à la demande d'un Lord musulman, Lord Nazir Ahmed  qui avait alors menacé d'organiser des émeutes et réclamait l'arrestation des Britanniques ayant combattu à Gaza pour « crimes de guerre. »  

Geert Wilders précisait devant la Chambre des Lords : « c'est pour cette raison que je distingue toujours clairement entre les gens, les musulmans, et l'idéologie, entre l'Islam et les musulmans. Il y a beaucoup de musulmans modérés mais un Islam modéré, cela n'existe pas. » Ce qui est son opinion, une opinion qu'il étaye, et le fait qu'il soit poursuivi en justice fait penser au délit de « blasphème » que certains pays non démocratiques ont tenté, en vain jusqu'ici, de faire entériner par les Nations unies.

Évoquant le fait qu'il pourrait, en effet, devenir le prochain Premier ministre des Payas-Bas, il citait le plus célèbre, sans doute des Premiers ministre britanniques, Winston Churchill qui dans un ouvrage publié en 1899 s'inquiétait du « mahométisme, » qu'il qualifiait de « foi militante et prosélyte… » s'inquiétant d'une possible « chute de la civilisation de l'Europe moderne. »

 

Dans ce même discours il citait encore Winston Churchill qui qualifiait « Mein Kampf » d'Hitler de « nouveau Coran de foi et de guerre….gros de ce message » dans son ouvrage « La Seconde Guerre Mondiale, » pour laquelle il reçu le Prix Nobel de Littérature. » Et il dressait un parallèle entre ce qui « constitue le cœur du Coran, l'appel au Jihad, qui veut dire beaucoup de choses et signifie bataille en arabe, » et « Kampf, qui signifie la même chose en allemand. »

 

Il ajoutait, toujours devant la Chambre des Lords, : « l'Europe s'islamise rapidement. Beaucoup de villes européennes ont des concentrations islamiques énormes. Paris, Amsterdam, Bruxelles et Berlin n'en sont que quelques exemples. Dans certains quartiers de ces villes des règlements islamiques sont déjà appliqués, le droit des femmes est mis à mal. Burquas, voiles, polygamie, excisions, crimes « d'honneur ». Les femmes doivent aller à des cours de natation séparés…De plus en plus de Juifs quittent l'Europe… » Et il citait des villes britanniques où une islamisation évidente se met en place : «  regardez, par exemple, ce qui se passe à Birmingham, Leeds, Bradford et Londres, » et, selon lui, en Grande-Bretagne, « oubliant Winston Churchill, les hommes politiques ont abandonné, ont cédé.” Les banques islamiques, qui obéissent aux lois de la Charia et sont présentes, entre autres, au Royaume-Uni sont, pour lui, partie prenante de cette islamisation.

 

Geert Wilders faisait part enfin de son étonnent devant les positions « gauchistes et libérales, » rappelant que ceux-ci « se dressaient autrefois sur les barricades pour défendre les droits des femmes, » et les accusant aujourd'hui de « détourner le regard. »

 

Dernière précision : cet ami d'Ayaan Hirsi Ali a toujours refusé de s'allier à l'Autrichien Jörg Haider, aujourd'hui disparu, ou au Français Le Pen.

 

Hélène Keller-Lind

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :