20 octobre 2021

Les responsables Israéliens unanimes au sujet de Jérusalem

Une  cérémonie officielle du Yom Yéroushalaïm  s’est déroulée  le 12 mai 2010 à la Colline des Munitions en présence du Président Shimon Pérès, du Premier ministre Benyamin Netanyahu et des familles endeuillées. Tous les responsables Israéliens de l’Etat Hébreu étaient  unanimes sur le fait  que Jérusalem devrait rester la capital unifiée et éternelle du peuple juif. Comme pour Yom Haatsmaout, le Grand Rabbinat d'Israël a décrété que chaque année, Yom Yeroushalayim devrait être célébré dans la joie, notamment par des prières et coutumes religieuses particulières.
Yom Yeroushalaim est une commémoration annuelle célébrée à la date hébraïque du 28 Iyar, par les Juifs laïques et religieux, en Israël et dans la diaspora juive. Cette journée célèbre la réunification de la ville de Jérusalem après la libération de la partie est de la ville par Tsahal au cours de la guerre des Six jours en 1967.
Depuis la Guerre des Six jours, tous les ans, le 28 du mois de Iyar, une semaine avant la fête de Shavouoth, les chefs du gouvernement se rendent à Mercaz Harav pour fêter avec ses élèves en liesse la Réunification de la capitale éternelle du Peuple juif.
Le Premier Ministre Netanyahu s’est rendu mardi 11 mai  en soirée, à la Yeshiva Mercaz Harav à l’occasion des festivités de l’anniversaire de la Réunification de Jérusalem. Mercaz Harav.
Lors de ce  rassemblement pour la "Journée de Jérusalem" à la yéshiva Merkaz Harav, le Premier Ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré: "Nous ne renoncerons jamais à notre connexion avec Jérusalem, même lorsque le Premier temple a été détruit, puis le Second, et après cela."
Le Premier ministre, Benyamin Netanyahu a pris la parole dans une autre cérémonie officielle de la réunification de Jérusalem, sur la Colline des munitions. Il a formulé la promesse suivante: « Jérusalem ne sera plus jamais morcelée ni écartelée. Nous continuerons de la construire et de nous y construire. »
Assailli de questions sur la place de Jérusalem dans les pourparlers indirects engagés avec les Palestiniens sous l'égide de Washington, Benjamin Netanyahou s'est référé mercredi à la Torah pour justifier la revendication d'Israël sur la totalité de la ville sainte.
Le Premier ministre Binyamin Netanyahu a raconté ses mémoires d'une enfance vécue à Jérusalem et du jour de sa libération. Il a appelé la ville de "notre capitale éternelle".
 Le président Shimon Pérès s’est également exprimé en ce sens: « Des nuages menaçants planent au-dessus de nous. Mais il ne faut pas avoir peur ».
Au cours de cette  cérémonie marquant le 43ème anniversaire de la libération de Jérusalem, le Président Shimon Pérès a déclaré que "la ville qui conserve dans son cœur une muraille, et la paix à son horizon a été donnée en cadeau par les parachutistes, les soldats de la brigade Harel, la brigade de Jérusalem, et l'armée de l'air". "A nos yeux, Jérusalem n'est pas un champ de bataille, mais le but de notre peuple, des croyants et de ceux qui recherchent la justice pour l'homme, l'espérance pour ses descendants. Jérusalem est l'idéal juif, central et éternel, même sans idéalisation de son histoire", a-t-il conclu dans son discours à la colline des Munitions à Jérusalem.
L'ancien chef d'état major de Tsahal de 2002 à 2005 et vice-premier ministre, Moshé (Boogy) Yaalon, a balayé les rumeurs sur une possible inflexion de Binyamin Netanyahu sur la question de Jérusalem. Invité d'honneur d'une école talmudique appartenant à la mouvance du Bné Akiva (sionisme religieux) il a tenu à rappeler l'importance que revêt Jérusalem dans la conscience juive: ''Sans Jérusalem, il n’y aurait pas eu de retour à Sion. Cela, on doit se le ressasser à souhait. Sans Jérusalem, il n’y aurait eu ni Tel-Aviv, ni l’Etat d’Israël'' a-t-il déclaré. Concernant l'unicité de la ville sainte il a dit: ''Permettez-moi de le dire de façon claire et sans ambiguïté: tous les propos sur la partition de la ville ne sont que de la poussière emportée par le vent''.
Interviewé par la radio israélienne à l’occasion du Yom Yéroushalaïm, le maire de Jérusalem, Nir Barkat a affirmé  de sa part qu’on pouvait croire les déclarations du Premier ministre qui assure qu’il ne divisera pas la capitale. Il a ajouté qu’il ne fallait, « en aucun cas, geler les constructions tant chez les Juifs que chez les Arabes. » .Le maire de la capitale israélienne a assuré la poursuite des projets de construction dans les localités de Ma'alé Adoumim, Goush Etziyon et Guivat Ze'ev.
Jérusalem touche ainsi le cœur de certaines personnes plus que d’autres ! C’est le cas, des cœurs des responsables israéliens, car elle est éternelle et capitale de la terre de l’Etat d’Israël et elle est chargée de sens pour tout le peuple Juif.
 
 Tunis
 
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :