11 août 2020

Israël: chronique de la désinformation ordinaire

« Benyamin Nétanyahou s’en prend aux Arabes israéliens après l’attaque de Tel-Aviv ». Le titre de cet article signé du correspondant du Monde Piotr Smolar, qui peut paraître anodin et factuel, contient en réalité une déformation flagrante de la réalité, selon un procédé bien connu que les médias ont utilisé à de nombreuses reprises au cours des dernières semaines pour rapporter les événements dramatiques survenus en Israël : il consiste à focaliser l’attention du lecteur sur la réaction israélienne au lieu de relater les attaques perpétrées contre Israël.

Le procédé n’est pas nouveau : il est même tellement ancien qu’on aurait peine à dater son apparition. (C’est sans doute un procédé aussi vieux que l’antisémitisme occidental, qui repose largement sur le phénomène de l’inversion consistant à accuser les Juifs de ses propres tares…) Au cours des semaines qui ont suivi le début de la vague actuelle d’attaques au couteau en Israël, les médias français ont utilisé de manière répétée le procédé de l’inversion et de la focalisation sur la réaction israélienne, pour décrire les attentats du point de vue de leurs auteurs et non du point de vue de leurs victimes.

 

L’AFP a même établi un décompte des victimes incluant les auteurs d’attentats, ce qui permet de faire croire que les palestiniens sont les principales victimes, étant plus nombreux dans ce décompte macabre, pour la simple et bonne raison qu’ils ne parviennent pas toujours à tuer leurs cibles et qu’ils sont parfois arrêtés et mis hors d’état de nuire avant de commettre leurs crimes ! L’article du Monde sur l’attentat de Tel-Aviv relève de la même désinformation : au lieu de titrer sur la chasse à l’homme qui se poursuit pour retrouver le terroriste, le quotidien titre sur le discours de Benyamin Nétanyahou, en déformant ses propos pour les faire passer pour une attaque dirigée contre les « Arabes israéliens » dans leur ensemble, alors que son discours visait évidemment les terroristes arabes israéliens.

 

Notons que l’article du Monde n’est pas isolé et que d’autres médias ont titré sur le discours de Nétanyahou, en le présentant de manière aussi tendancieuse. Ainsi, Libération, dans un article signé Nissim Béhar daté du 3 janvier, titrait « Attaque terroriste à Tel-Aviv : Nétanyahou ne joue pas l’apaisement ». Ce titre révélateur en dit long sur un certain d’esprit, qui voudrait que l’Etat juif (le « Juif des Etats » pour reprendre l’expression du regretté Paul Giniewski) se comporte comme un dhimmi, en « apaisant » ses assassins au lieu de se défendre et de les pourchasser.

« Samedi soir à la sortie du shabbat », relate le correspondant de Libération, « Benyamin Nétanyahou s’est déplacé à Tel-Aviv, sur les lieux de l’attentat. Les observateurs s’attendaient à ce qu’il se contente d’allumer une bougie du souvenir comme l’on fait de nombreux tel-aviviens anonymes. Mais il a profité de l’impact de la tuerie pour transformer l’affaire en une question politique brûlante. Accroché à une tribune portative spécialement installée à même la rue, il a en effet promis que les services de sécurité israéliens «pénétreront» dans les villages arabes du pays pour y saisir les armes. «Nous développerons de manière dramatique les services judiciaires et légaux dans tout le secteur arabe, a-t-il ajouté. Nous y ouvrirons des commissariats de police et recruterons.»

Rien de scandaleux dans ces propos, que Le Monde et Libération tentent de faire passer pour une offensive généralisée du gouvernement israélien contre la population arabe israélienne. La vérité, qui transparaît à travers les lignes de la citation du discours de Nétanyahou par Nissim Béhar, c’est que le gouvernement actuel tente au contraire d’améliorer les conditions de vie de la population arabe d’Israël, comme l’a rapporté la semaine dernière Le Figaro :

Le gouvernement de Benjamin Netanyahou va allouer 13 milliards de shekels (trois milliards d'euros) sur cinq ans à l'amélioration des conditions de vie des Arabes israéliens. L'objectif est de combler le fossé avec le reste de la population en investissant dans l'éducation, les infrastructures, la culture, le sport et les transports dans des zones longtemps négligées. "Il s'agit d'une tentative de correction d'une erreur historique", a déclaré aujourd'hui Eli Groner, directeur général des services du premier ministre.

 Conclusion (provisoire) : « Ce qui fut sera, Ce qui s’est fait se refera, Et il n’y a rien de nouveau sous le soleil », comme disait le plus sage des hommes. Mais cela ne doit pas nous empêcher de réagir et de dénoncer inlassablement la désinformation ordinaire des médias français sur Israël.

 

Pierre Lurçat

 

© UPJF.ORG, reproduction encouragée avec mention de la source et du lien actif !

 

Articles cités :

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2016/01/04/benyamin-netanyahou-s-en-prend-aux-arabes-israeliens-apres-l-attaque-de-tel-aviv_4841262_3218.html

 

http://www.liberation.fr/planete/2016/01/03/attaque-terroriste-a-tel-aviv-netanyahou-ne-joue-pas-l-apaisement_1424048

 

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/12/31/97001-20151231FILWWW00162-israel-aide-consequente-pour-les-arabes-israeliens.php

 

Article mis à jour le 06-01-2016

– See more at: http://www.upjf.org/fr/7758.html#sthash.Ow7zbpR5.dpuf