25 janvier 2022

être violé(e) ou d’extrême droite il faudrait choisir

Déjà dans la propagande LGBT(QI) le fait seul de ne pas accepter cette contre-vérité stipulant que l'homosexualité serait non seulement un choix mais juste un "moment" (puisque l'idée dominante actuelle consiste à avancer que la sexualité se métamorphoserait se "construirait" en permanence selon les rencontres -sauf que l'on voit guère d'homosexuels devenir hétéros, même un "moment") le fait seul donc de ne pas prendre pour argent comptant cette propagande qui prétend, en plus, parler "au nom" de tous les homosexuels (et trans) cette position critique est depuis quelques temps traitée (violemment) de "réactionnaire" voire même de "néo-réactionnaire" du moins si l'on prétend avoir des lettres.

Dans ce contexte le refus de se faire violer par des "migrants" (plutôt nord-africains que syriens aux dernières nouvelles) et surtout le fait de s'en plaindre, peuvent être aussi catalogués par les mêmes idéologues de refus (néo)réactionnaire d'accepter de se soumettre aux débordements du désir de plus misérable que soi, ce qui n'est pas "bien".

Pour ce courant qui fut animé par Foucault et Deleuze, le viol n'est pas un crime mais un comportement comme un autre s'il est "consenti " (Iacub par exemple le théorise ainsi) le sadisme étant encensé par le premier, le masochisme par le second.

Ainsi, la repentance post coloniale impliquant de se faire violer par un "damné de la Terre" serait l'obole "consentie" apportée à la cause cherchant à libérer le monde, la Terre, (Gaïa) de " l'homme blanc".

La moraline fonctionne bien à plein, même si elle n'a certes pas cette tournure aussi crue dans la majorité de sa prose, il n'en reste pas moins que le peu de "réaction" ou les silences gênés montrent parfaitement qu'il est bien "mal" vu de se plaindre sous peine de passer pour "raciste" "islamophobe" bref…d'extrême-droite…

Ce profil bas (et plus encore si possible) n'est cependant pas l'oeuvre hagarde de "loups solitaires" relativistes en phase de "sidération", il est diffusé un peu partout jusque dans ces nouvelles éditions de livres de jeunesse (comme les "Quatre filles du docteur March") qui se voient réécrits afin d'effacer tout ce qui pourrait rappeler leur attachement au judéo-christianisme, à l'amour courtois, la fidélité, la vertu dont parle Rousseau dans Émile lorsqu'il s'affronte au courant libertin.

Pas étonnant dans ce cas que la moindre critique envers l'afflux d'immigrés venant s'ajouter aux clandestins et autres pièces rapportées du regroupement familial perpétuel, voire le fait même d'écrire cela équivaut à être catalogué de proto-nazi transformant le "migrant" en "juif" d'aujourd'hui avec l'expulsion voire la "déchéance de nationalité" comme nouvelles "étoiles jaunes".

Tout cela s'avère en fait très cohérent pour ce courant dominant dans les médias et dans le système scolaire et universitaire puisqu'il a été énoncé naguère que le nazisme est le produit de l'Europe "libérale", que toute la société serait devenue un immense camp de concentration et d'extermination les individus étant transformés en terminaux consommateurs, "on achève bien les chevaux", "le salaire de la peur", tout ce fatras de références qui a pu faire oublier les cent millions de morts du Goulag (morts de "mort lente" comme l'amendait Brassens) passés comme une lettre à la Poste.

Ce sont aussi les mêmes qui "oublient" de dire que les victimes supposées se servant ainsi de leur sexe comme arme punitive ou salvatrice ont aussi des couteaux qui tranchent

 

dans le vif en France et en Israël et ce dans l'indifférence générale, puisque celui-ci serait le seul fautif, étant donné que tout aurait été réglé "techniquement" s'il n'y avait pas ce "refus d'Israël" ; ce qui est évidemment faux, les contracteurs des coups de couteau oubliant de dire que leur principale et unique revendication (cachée) consiste à ce que 5 à 7 millions de supposés réfugiés s'installent au coeur d'Israël, même pas à côté dans leur supposé futur État ; d'où l'impossibilité de mener à terme Oslo (Bill Clinton l'explique dans ses mémoires lorsqu'il rencontra Arafat à Camp David afin qu'il signe le second volet).

Tout se tient et s'accélère même, l'implosion généralisée du nationalisme arabe et sa danse de la mort avec son frère siamois l'islamisme, pousse sur la route des millions d'individus fuyant l'islam réel et non pas fantasmé par des Obama/Cameron/Hollande de plus en plus dans un autre monde, persuadés qu'il suffit d'abattre quelques têtes de la Méduse pour s'en dépatouiller alors qu'il faut lui couper la tête entièrement en même temps. C'est-à-dire ici ne pas avoir peur de la critique, ne serait-ce que celles d'un Dante ou d'un Voltaire avec sa pièce sur Mahomet.

Mais il n'y a pas que cette critique bien sûr car les partisans de ce dernier se nourrissent de la décomposition avancée d'une classe politico-intellectuelle à bout de souffle, s'accrochant uniquement à ses fromages et râteliers institutionnels, les chiens aboient la caravane passe, puisqu'il suffit de jeter l'anathème sur celles et ceux qui refusent de se faire violer physiquement et culturellement, puisqu'il suffit de se coaliser pour enrayer le jeu démocratique, ainsi Hitler ou le Fis d'aujourd'hui ne pourront pas accéder au pouvoir, sauf que les causes produisant les mêmes effets tôt ou tard la boule de neige sera suffisamment grande pour faire avalanche, et il ne restera que les yeux pour pleurer ou rire c'est selon…

En tout cas, la classe politico-intellectuelle qui opère ainsi cette cécité à grande échelle, une telle fuite en avant, s'avère être la seule responsable devant l'Histoire des malheurs qui sont en train de faire basculer la période de plus en plus vers un inconnu inquiétant et qui lui en effet peut faire peur…

Lucien SA Oulahbib

https://en.wikipedia.org/wiki/Lucien-Samir_Oulahbib

Voir tous les articles de Lucien SA Oulahbib →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :