14 août 2020

Les députés évincés du Parti Socialiste

Les négociations concernant les élections législatives à venir entre le Parti Socialiste et le mouvement écologique Les Verts ont abouti à l’éviction de quelques députés socialistes déjà en place. Ainsi, Serge Blisko, Tony Dreyfus et Daniel Hoffman Rispal ne seront plus députés de Paris dans la prochaine Assemblée parlementaire. Cela aurait pu passer inaperçu, sauf qu’à la lecture de leur particularité commune -leur Judaïsme revendiquant de surcroît une proximité avec l’Etat d’Israël– est né comme un malaise au sein d’électeurs juifs, voire au-delà.

 
Chacun se questionnera quant à savoir la raison de ce trouble émis par le Président du Crif. N’est-elle point leurs soutiens forcément «inconditionnels » à l’état d’Israël ? A preuve, la rapidité des opposants à dénoncer ce ‘’reflexe communautaire’’ dénonçant cette éviction ! Y aurait-il du vrai dans cette dénonciation?
 
Chacun jugera lorsqu’il saura que Mme Hoffman Rispal est vice-présidente du groupe d'amitié France-Israël à l'Assemblée. Quant à Serge Blisko, il a récemment affirmé qu’«Il est évident que certains élus jouaient aussi un rôle à Paris de pont entre la communauté juive et le PS, pour notamment montrer que la gauche n'était pas nécessairement sur une ligne systématique anti-israélienne».
 
Pour le moins que l’on puisse dire, Israël les préoccupe !
 
Si cette particularité commune permet le soupçon d’antisémitisme et peut mettre mal à l’aise la direction du Parti Socialiste, gageons qu’à la moindre accusation elle sortira probablement une liste de candidats juifs portant ses couleurs dans d’autres circonscriptions. Il est donc inutile de s’appesantir ici sur sa décision.
 
En revanche, il est beaucoup plus intéressant de se pencher ici sur les vraisemblables ressentis de ces élus congédiés et ayant pourtant servi fidèlement le parti allant jusqu’à mettre un mouchoir et plus sur certains de leurs intérêts qui font parti de leur être juif.
 
Pour exemples :
 
– lorsque le Bureau National a affiché son soutien à la reconnaissance onusienne d’une « Palestine » sans passer par la case négociations et concessions.
 
– Ou lorsqu’il décria la légitime défense israélienne en soutenant une résolution condamnant un massacre imaginaire à Djénine.
 
– Ou jugeant « équitable » l’échange de l’otage Guilad Shalit contre 1027 prisonniers ‘’Palestiniens’’.
 
Sans oublier le soutien de très nombreux collègues du parti soutenant le boycott d’Israël parmi tant d’autres actions on ne peut plus anti-israéliennes.
 
Quoi que l’on puisse penser de leur Judaïsme et de leur soutien à Israël, sont-ils amers d’avoir servi de caution à une idéologie qui devient de plus en plus fétide au fil du temps ? Ont-ils discerné la trahison si l’on se souvient que leurs mandats seront réservés à un parti et à des candidats ayant fait de l’antisionisme leur feuille de route ?

Telle une Cécile Duflot, candidate dans la circonscription de Danièle Hofmann Rispal, manifestant en 2010 contre l’arraisonnement israélien de la Flottille de la Liberté tentant de violer le blocus de Gaza et affirmant « qu’un acte de piraterie, qu’un acte de guerre » a été « commis contre une flottille pacifique » par « un terrorisme d’état ».
 
Ou encore un Yves Contassot, candidat dans la circonscription de Serge Blisko, qui a soutenu la campagne 2011 « Un bateau français pour Gaza » à travers un appel des Verts d’ile de France dénonçant « la situation humanitaire et humaine dramatique imposée aux Palestiniens de Gaza qui résulte non pas d’une catastrophe naturelle mais d’une politique illégale d’enfermement et d’actions militaires ».
 
On n’y trouvera, évidemment, aucune dénonciation des dizaines de tirs de roquettes sur les civils israéliens ni de l’intention affichée du Hamas d’éradiquer l’état juif. Les priorités du parti n’étant pas là mais uniquement dans l’objectif de permettre la libre circulation des moyens de libérer la « Palestine » de la « colonisation » juive.
 
Tout un programme qui autorise à penser que les Juifs, et pas seulement les ex-députés, ayant servi et soutenu le PS ont été, au final, les dindons d’une farce qu’ils doivent dorénavant avaler quitte à s’étrangler de rage.
 
Danièle Hofmann Rispal a annoncé son intention de maintenir sa candidature et espère récupérer l’investiture de son parti. Ce que nul n’imagine avant sa réélection.
 
Serge Blisko ainsi que Tony Dreyfus doivent faire de même. S’ils ne seront réélus, ils auront au moins la satisfaction de diviser le camp de la gauche et de faire chuter les candidats Verts. Ce qui ne serait être une petite satisfaction.
 
Et s’ils seront réélus, ils devront rejoindre le député de la huitième circonscription des Français de l’étranger pour faire renaître les droits de l’homme, y compris lorsqu’il est juif israélien.
 
Le feront-ils ? Rien n’est moins sûr !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *