29 septembre 2022

Macron est-il pétainiste?

Oui ou quasiment selon la porte parole de LFI, qui s’empresse d’ajouter, d’additionner avec voracité les députés du RN dans la foulée, sous le prétexte que Macron aurait dit que durant la première guerre mondiale Pétain avait été un “grand soldat”. Ce que personne, de censé, ne nie pourtant.

Ce lien fabriqué à la hâte par cette écervelée entre Macron Pétain et le RN en dit cependant déjà long sur le degré de décomposition avancée d’une “gauche”au passé radsoc qui avait voté dans une écrasante majorité  les pleins pouvoirs à Pétain, qui a collaboré dans sa version PCF avec l’occupant nazi (première mouture) jusqu’en 1941, qui a applaudi les massacres de Berlin en 1953, en 1956, en 1968 à Prague, tandis que ses opposants trotskistes dont est issu la LFI ont eux aussi soutenu le Cambodge de Pol Pot (avec la compréhension de Chomsky soutenant aujourd’hui l’actuelle politique prônant l’injection expérimentale...); bref, une “gauche”, toutes tendances confondues, qui a absolument rien fait pour qu’il y ait enfin en France un Mémorial se souvenant de la “destruction” de millions d’authentiques communistes pourtant durant les soixante dix ans du règne sans partage de la dictature léniniste (dominant encore la scène en France).

Mais il y a plus qui expliquerait peut-être cette “sortie” sinistre ( au pied gauche) : cette “gauche” qui s’évanouissait en 1986 devant l’apparition de quelques dizaines de députés FN tout en se promettant de faire tout pour que cela ne se reproduise plus (des bibliothèques entières sur le sujet des associations grassement payés pour lutter contre “le racisme et l’antisémitisme”) alors qu’elle en voit arriver presque quarante plus tard le triple. Sans se demander pourquoi. Non. Cette “gauche” va certes “analyser” quelques causes toujours quantitatives (smic pas assez haut, libéralisme ultra, néo, etc…) mais voyant que cela reste insuffisant pour ralentir le flux et l’érosion des gestes barrières anti “extrême droite”, elle préfère “en dernière instance” se rallier à la tactique stalinienne de l’antifascisme mettant dans le terme honni tout ce qui n’est pas estampillé “vraie gauche”, une façon ultime d’appliquer à nouveau la dichotomie établie par Lénine (reprise par Schmitt) entre amis de “la” Cause et ses ennemis.

Comme si aujourd’hui (et E. Macron s’y soumet aussi en contestant de façon gauche, plus que maladroite, des votes parlementaires) il serait bien plus aisé de taxer le Réel d’extrême-droite parce qu’il ne correspond plus à l’Idée qu’ils s’en font, que de réellement prendre à bras le corps tous ces problèmes de plus en plus saillants de sécurité, de pouvoir d’achat, d’instruction scolaire et non de propagande, de violences sociétales contre la civilisation judéo-chrétienne et grécoromaine pourtant en pleine évolution: nouveaux rôles des femmes, meilleure tolérance envers le désir des jeunes à vivre leur vie, du “métèque” lorsqu’il cherche à s’assimiler ; ce qui certes ne plaît cependant pas aux adeptes de l’ethnicité “pure”, (ce qui peut expliquer le ralliement du second Pétain à une partie des conceptions nazies comme désassimiler les juifs pourtant bien insérés suscitant l’envie…).

Toutes ces attaques contre notre civilisation de plus en plus aboutie associant ainsi innovation et tolérance seront niées ou mises sur le compte d’un refus abscons de “s’ouvrir”, terme passe-partout qui se renverse dans son contraire puisque l’on pourra par exemple reprocher à certaines victimes (femmes, homosexuels, témoins d’injustices) de ne pas être assez compréhensives vis-à-vis des “déséquilibrés” (toujours) qui les attaquent les violent les tuent sans que l’on sache d’où viendrait cet “équilibre” qui empêcherait ces faits tout de suite classés de “divers” (ou étalés sur cinq cent ans) par cette même engeance prétendant aujourd’hui donner des leçons d’histoire et de morale politique.

Cet amalgame fait par cette politicienne LFI est au fond le long cri de désespoir d’une “gauche” en effet à l’agonie (comme l’explique bien Houellebecq) retranchée dans ses derniers bastions (médias, Université, fonction publique) et qui n’a comme seule issue que suivre platement la dérive nihiliste de la gauche anglosaxonne n’ayant plus que la révolution permanente du changement de sexe à proposer: marche pied pour la transformation affairiste (et non pas “libérale” qui refuse toute “licence” chez Locke et Montesquieu mettant plutôt en avant la “vertu” mal comprise par Robespierre) celle du corps et de l’esprit humain manipulés en marchandises de plus en plus “gore”; et ce toujours au nom d’un “progrès” qui ne veut plus rien dire sinon à admettre que la guillotine est plus maniable que la hache ; voilà, à peu près, l’apport de la gauche depuis 1789; ce qui est somme toute très peu, les privilèges étant revenus dans la foulée de 1794 jusqu’à aujourd’hui se répandre de manière indue à l’instar de ces légions d’honneur et autres subventions distribuées précisément par légions tandis que les libertés s’effacent peu peu, surtout depuis la nuit du 5 août 2021…

Une gauche à la dérive donc, qui tient en l’air uniquement parce qu’elle nie que le réel se soit dérobé sous ses pieds. Ce qui fait l’affaire d’un E. Macron qui aura beau jeu de montrer qu’il en effet l’anti-Pétain par excellence puisqu’il a pour objet de détruire ce que précisément ce dernier prétendait accomplir (et qu’il n’a pas fait, voir Rhombe sur ce sujet) comme la défense de la famille et du peuple français.

Et sur ces deux questions il y a bien de plus en plus une alliance non seulement objective mais subjective entre E. Macron (les LR) et la Nupes. Mais il leur reste peu de temps pour “finir le sale boulot” tant les exigences de plus en plus démentielles des responsables U.E et US – en l’occurrence se servir de la guerre contre Poutine pour accomplir ce que le virus n’a pas su faire : propager la peur et la famine- vont immanquablement créer des secousses salvatrices qui les balaieront ; à moins que tout soit déjà joué et qu’il ne “nous” reste plus que les yeux pour pleurer devant un tel gâchis alors qu’il y aurait tant à faire; du moins si le peuple français dans ses tréfonds savait qui sont ses réels amis au lieu de donner encore le pouvoir à ses ennemis affublés il est vrai de visages d’ange à l’instar de Dorian Gray.

Une réflexion sur « Macron est-il pétainiste? »

  1. 🇨🇵 «PAYS RÉEL», «NATION ORGANIQUE», «GRAND SOLDAT» : MACRON EST-IL PÉTAINISTE ?
    – 8 ans de clins d’œil et de soutien à l’extrême droite française –
    «Il y a 80 ans, les collaborationnistes du régime de Vichy ont organisé la rafle du Vel d’Hiv. Ne pas oublier ces crimes, aujourd’hui plus que jamais, avec un président de la République qui rend honneur à Pétain et 89 députés RN». Voilà le message publié par la députée Insoumise Mathilde Panot le jour de la commémoration de la rafle antisémite du Vel d’Hiv, organisée par la police française en 1942. Ces deux phrases, factuelles, ont provoqué une polémique délirante de la part des membres du gouvernement. La députée a été insultée, accusée de «révisionnisme» et même appelée à démissionner. Alors, Macron est-il pétainiste ? Le président tente-t-il de réhabiliter une forme de néo-pétainisme en France ? Éléments de réponse :
    ➡️ 2015, Emmanuel Macron vient d’être nommé ministre de l’économie. Le 8 mai, il se rend à Orléans pour célébrer Jeanne d’Arc, symbole traditionnel de l’extrême droite. Il estime devant les médias qu’il «nous manque un Roi».
    ➡️ 2017, le candidat financé par les lobbys et soutenu par les médias lance son mouvement : «En Marche». Ce nom interpelle. Le Régime de Vichy avait nommé ses reportages de propagande «La France en Marche». Durant toute la campagne, Macron utilise régulièrement la formule «ni droite ni gauche», qui a été pendant plusieurs décennies un slogan phare du Front National.
    ➡️ Septembre 2018 : à peine arrivé au pouvoir, Macron fait voter la «loi asile immigration» avec le soutien de l’extrême droite. «Jamais un gouvernement n’était allé aussi loin» écrit alors le journal Le Monde.
    ➡️ Janvier 2018 : «France is back», «la France est de retour» répète Emmanuel Macron au forum de Davos, clin d’œil appuyé à l’extrême droite américaine.
    ➡️ Novembre 2018 : Emmanuel Macron déclare, pour les 100 ans de la fin de la Première Guerre Mondiale, que «Pétain était un grand soldat». Pour rappel, Philippe Pétain a d’abord été antidreyfusard à la fin du 19ème siècle, il a fait fusiller des soldats pour l’exemple pendant la guerre, puis bombardé la population marocaine au gaz moutarde dans les années 1920, avec un autre militaire et futur dictateur : le Général Franco. Pétain a ensuite instauré une dictature nationaliste en France, collaboré avec Hitler et les nazis, et appliqué une politique antisémite qui a conduit des dizaines de milliers de juifs et juives à la mort. Pétain et sa police ont aussi le sang de milliers de résistant-es sur les mains. Pétain est le seul chef d’État français à avoir été frappé d’indignité nationale. Avec cette déclaration, Macron reprend à son compte tout l’imaginaire et la propagande néofasciste qui insiste sur les «qualités» militaire de Pétain pour mieux le réhabiliter.
    ➡️ 21 août 2019 : à deux reprises Macron affirme que «l’État profond» l’empêcherait de se rapprocher de Poutine. Le président reprend littéralement le concept brandi par Donald Trump au même moment.
    ➡️ Octobre 2019 : Macron invite dans son avion privé le magazine d’extrême droite Valeurs Actuelles et lui offre une interview exclusive, en tenant des propos réactionnaires.
    ➡️ Décembre 2019 : Elie Hatem, figure du militantisme royaliste et notoirement antisémite, fait des selfie avec le couple Macron, tout sourire, à l’Élysée.
    ➡️ Février 2020 : lors d’une rencontre à l’Élysée, Macron évoque le «pays légal» et le «pays réel». Il s’agit d’un concept du dirigeant de l’Action Française, Charles Maurras. Un idéologue violemment antisémite, royaliste et pétainiste.
    ➡️ Mai 2020 : Macron appelle le polémiste pétainiste Zemmour pendant 45 minutes pour lui témoigner son «soutien», après que quelqu’un lui ait crié dessus dans la rue. Il commande alors à celui qui sera candidat de l’extrême droite radicale une note sur l’immigration.
    ➡️ Mai 2020 : Emmanuel Macron surprend en utilisant l’expression «enfourcher le tigre». Il s’agit d’un clin d’œil au fasciste italien Julius Evola, auteur du livre «Chevaucher le tigre». Cet ouvrage est une référence connue pour l’extrême droite mystique.
    ➡️ Février 2021 : le ministre de Macron Gérald Darmanin trouve Marine Le Pen «trop molle» lors d’un débat télé.
    ➡️ Juillet 2021 : Emmanuel Macron, prétendu garant de la «laïcité», se rend dans un sanctuaire catholique de Lourdes, célèbre pour un «miracle» religieux : la vierge Marie serait apparue à une jeune croyante. Aucun chef d’État français n’était allé dans ce lieu religieux depuis le Maréchal Pétain : le Régime de Vichy exaltait alors une France chrétienne et réactionnaire.
    ➡️ Août 2021 : Macron impose la «loi séparatisme», une batterie de mesures violemment islamophobes, autoritaires et répressives, saluées par l’extrême droite. Peu après, cette loi est utilisée pour dissoudre des associations musulmanes et militantes de gauche.
    ➡️ Avril 2022 : Joseph Estoup, ancien putschiste d’extrême droite durant la guerre d’Algérie, est fait commandeur de Légion d’Honneur, avec l’approbation du gouvernement Macron.
    ➡️ Aucun symbole n’est anodin : Macron a célébré sa victoire de 2017 au Louvre, fêté son anniversaire au château de Chambord, et reçu plusieurs fois des patrons et des présidents à Versailles. Des choix de lieux monarchiques.
    ➡️ Juin 2022 : le groupe LREM au Parlement élit deux vice-présidents d’extrême droite. Pour la première fois de la 5eme république, l’extrême droite va présider les débats.
    ➡️ Juin 2022 : la première séance du mandat a eu lieu à l’Assemblée, et c’est un député du Rassemblement National qui fait le discours d’inauguration, en rendant hommage à l’Algérie française. Les députés macronistes applaudissent sans vergogne.
    ➡️ 14 juillet 2022 : Macron décrit la France en utilisant le concept de «nation organique». C’est littéralement un concept fasciste, une idée forte qu’on retrouve notamment chez Mussolini et Hitler.
    ➡️ 16 juillet 2022 : des députés du RN, parti fondé par des collaborationnistes et des néo-nazis, sont invités par l’Élysée à commémorer la Rafle du Vel d’Hiv.
    Macron est-il pétainiste ? Son parcours, ses choix et ses déclarations semblent le démontrer. Est-il sincèrement convaincu des vertus du régime de Vichy ? Est-ce purement stratégique ? Difficile à dire. Une chose est sûre : Macron est un bourgeois radicalisé qui installe un régime hybride basé sur une une coalition avec l’extrême droite. Il organise depuis des années une confusion brutale visant à réhabiliter une forme renouvelée du fascisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


%d blogueurs aiment cette page :