L’élection de François Hollande…

Comme il était prévu – voir mon article du 4 mai (1) – M. François Hollande a gagné l’élection présidentielle de 2012, il est le 7-e Président de la 5-e République. J’ai été un opposant actif et résolu à son élection ; mais, en tant que citoyen attaché au bien-être de mon pays, je voudrais lui souhaiter une bonne réussite dans le sens de la sauvegarde des intérêts majeurs de la France.
D’abord un commentaire sur le vote. Nicolas Sarkozy a perdu avec un score tout a fait honorable, bien plus fort que les prévisions des organismes de sondage. Et ceci malgré une hystérique campagne antisarkoziste de la part de la majorité des médias,  la plus outrancière et la plus ignominieuse  depuis l’avènement de la 5-e République.
Je n’en citerais que deux :
-    l’organe fascisant Médiapart, digne épigone de « Je suis partout », « Gringoire » et autres  feuilles de même acabit, et
      « l’Humanité », organe d’un Parti dont les dirigeants ont été les complices des plus grands et affreux massacres qui ont couté la vie des dizaines de millions de personnes, partout dans le monde, des dirigeants à la solde des intérêts étrangers à notre pays.
Un deuxième aspect, valable pour d’autres votations nationales ; une bonne partie de l’électorat français vit avec la tête dans le sable, préoccupée uniquement par les problèmes internes, comme si ce qui se passe à l’extérieur de l’Hexagone n’avait aucune influence sur la situation de notre pays, comme si l’interdépendance économique, financière et même politique n’était pas un facteur primordial pour tout pays qu’il soit.
Maintenant, c’est l’heure de la vérité ! Que peut-on prévoir sur l’évolution à court et moyen terme de la politique du nouveau Président et de ses répercutions sur le sort de nos concitoyens.
Je pense que M. Hollande est un homme intelligent, il ne refera pas les mêmes erreurs que François Mitterrand au début de son septennat, c'est-à-dire de gaspiller l’argent public dans des prébendes de toute sorte. Même s’il souhaitait, il lui sera impossible, les caisses sont vides et les  agences de notation à l’affut. En conséquence toute une partie de ses engagements ne sera pas appliquée.
Je prévois :
-         d’une part des fortes manifestations et mouvements sociaux encouragés par des partisans du démagogue stalinien Mélenchon.
-        et d’autre part, comme réaction de peur et de précaution, des fuites des capitaux à l’étranger (commencées déjà depuis quelque temps) et une accélération des délocalisations industrielles.
De plus, M. Hollande sera acculé à mettre en place des mesures d’une certaine rigueur, absolument indispensables, tout ceci  conduisant à une récession économique, tout le contraire à  la croissance prônée par le candidat.
Je prévois aussi un abaissement de la note de la majorité des agences de notation financière, avec des crédits plus onéreux et une charge de la dette encore plus lourde, charges supportées évidemment, par les couches moyennes.
Du coté du fonctionnement de la société française, il y aura, a moins dans un premier temps, des fortes poussées immigrationistes, majoritairement en provenance du Maghreb et de l’Afrique sub-saharienne, qui ne feront qu’accentuer le communautarisme, phénomène contraire aux fondamentaux de la République et renfoncer par manque d’intégration le sentiment anti-français de certaines couches de la population.
 En ce qui concerne l’aspect politique ; une implosion de l’UMP me parait inévitable, le seul socle de ce parti comprenant des sensibilités très diverses étant la forte personnalité de N. Sarkozy. En son absence, après une défaite prévisible aux législatives, l’UMP se divisera en trois mouvements : une partie  joindra le rassemblement Bleue Marine, une autre se regroupera dans un genre de mouvement néogaulliste et une troisième s’orientera vers les centristes. Centristes qui ne seront en aucun cas dirigés par F. Bayrou, destiné à remâcher ses échecs successifs dans son réduit béarnais et finir dans les poubelles de l’histoire, sans avoir rien compris. Je lui ai prédit ce sort dès 2007 (2) maintenant c’est chose faite.
Marine le Pen a fait le choix de l’intérêt à court terme de son parti (recueillir des adhérents sortis de l’UMP et grappiller quelques chaises à l’Assemblée Nationale) contre les intérêts supérieurs de la nation. Car, après 5 ans, elle avait des chances d’arriver au pouvoir suprême dans les deux cas de figure ; mais le choix d’abstention au deuxième tour, donc le boulevard libre à M. Hollande, c’est le choix d’amoindrir encore plus les chances de redressement du pays.
Enfin, deux choses ont retenu mon attention :
1 Plusieurs proches collaborateurs de M. Hollande proclament d’ores et déjà l’arrivée d’une période très difficile, des épreuves dures à traverser, etc., en raison de la grave crise internationale qui secoue l’Europe. Comment, il y avait-il une crise ? J’avais compris que tout était le résultat de la mauvaise gestion de M. Sarkozy !
2 Je regardais la foule, majoritairement des jeunes, enthousiastes, joyeux et plein d’élan applaudissant place de la Bastille, à l’annonce de la victoire de F. Hollande, leur victoire….
1981, bis répétita, et comme en 1981, le réveil sera très douloureux, la déception encore plus amère. La seule différence, il ne faudra pas deux ans, même pas un seul, pour arriver à cette constatation. Quel gâchis !

 




Sorel Zissu 8/5/2012

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

1 674 vues

Tous les articles de Sorel Zissu

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Libertés-LIDAC, Liens d'actualité

 

Comments are closed. Please check back later.