Comme syrien n’était !

Comme syrien n’était ! (*)

 

par Charles Etienne Nephtali

 


Je me trouve actuellement hors de France, non pas comme M. Depardieu qui semble défrayer la chronique en ce moment alors que pour «d’autres», on en parle moins… ou pas. Suivez mon regard !

Je suis actuellement hors de France mais subodore qu’il doit y avoir tous les jours et, en particulier, les fins de semaines, des manifestations monstres et des défilés aussi monstres à travers toute la France pour protester contre les massacres perpétrés en Syrie. Plus de 43 000 morts et je ne sais combien de centaines de milliers de personnes déplacées, depuis mars 2011, ce n’est pas rien !

A Paris, en particulier, ce doit être le cas entre République et Bastille ou vice-versa, et entre Nation et Bastille et vice-versa.

Défilés avec, en tête, les représentants des associations de soutien aux « palestiniens », des associations « bien-pensantes », des Verts, des Rouges et je ne sais quelles couleurs encore, sans oublier quelques personnalités juives de service et pourquoi pas un ou deux philosophes et chanteurs juifs… de service également.

D’autant plus que j’apprends que le camp de « réfugiés palestiniens » de Yarmouk a été ces jours-ci bombardé, en particulier une mosquée, oui, une mosquée, où se trouvaient environ 600 personnes. Il y aurait au moins 25 morts et plusieurs dizaines de blessés.

J'ai téléphoné hier à un ami pour lui faire part de mes supputations, ou de mon appréciation de la situation en France, il s’esclaffa en me disant « Mais tu n’y penses pas, Charles Etienne, tu rêves ou quoi, toi qui es insomniaque ! Comme il n’y a ni Israéliens ni Juifs impliqués dans ces massacres, ça n’intéresse personne ! ».

Suis-je bête à ce point ? Figurez-vous que je n’y avais même pas pensé. Ciel, ce doit être la sénilité qui me guette !

Enfin, si je comprends bien, tout se passe comme syrien n’était !

 

Boston, le 18 décembre 2012

(*) Non, non, non, ce n’est ni une faute d’orthographe ni une faute de syntaxe. Il n’est même pas de moi, ce jeu de mots, mais du regretté Serge Benattar qui, il y a presque 13 ans jour pour jour, le 23 décembre 1999, intitulait ainsi son édito du n°637 d'Actualité Juive, édito qui traitait d’éventuelles négociations avec la Syrie pour savoir « comment rendre le Golan ».

———-

Iris Canderson 18/12/2012

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

1 809 vues

Tous les articles de Iris Canderson

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Alliance des civilisations-A-LI-DAC, Libertés-LIDAC, Liens d'actualité

 

Comments are closed. Please check back later.