Featured

Chronique de l’effondrement (2)

Nationalisons l'Allemagne ! À défaut de lui faire la guerre puisque, la méchante, réussit effrontément à cause, uniquement, de ses bas coûts paraît-il…Même le NYT s'en est ému, faisant son édito dessus ! Ce n'est pas bien sûr à cause de ses produits (Deutsche Qualität) comme le dit la pub, mais uniquement et surtout sans doute parce que ces vilains "exploitent" font suer le burnous des slaves (traduction on le sait de esclave), Jacques Sapir est intarissable là-dessus (lui qui a le privilège d'être cité à la fois par le FN et le FDG à propos de la sortie de l'Euro, ce qui ne l'empêche pas de se tromper, lourdement, sur la privatisation, réussie, en fait, du rail anglais) sauf que ce parti pris anti-allemand est vraiment l'arbre qui cache la forêt ou encore ce regard qui observe le doigt désigner la lune plutôt que repérer ce qui se passe vraiment sur celle-ci. Bouc émissaire donc et d'autant plus aisé que cette situation permet de conforter l'explication marxiste des bénéfices à savoir l'extorsion.

Que la France ait depuis 40 ans raté tous les coches (sauf la carte à puces) jusqu'à avoir à enterrer un Concorde, fleuron anglo-français qui serait bien utile aujourd'hui, en dit long sur son impossibilité d'avoir une politique réellement indépendante au-delà des rodomontades hypocrites du néo-colbertisme désormais "indigné" de devenir une nation de troisième rang (le second étant de plus en plus occupé par les puissances émergentes). Peut-être d'ailleurs serait-il temps que la France quitte définitivement l'OTAN qui est devenue le moyen par excellence d'empêcher l'Europe de se faire, du moins une vraie Europe, qui permettrait que l'Allemagne se décide enfin d'en jouer vraiment la carte au lieu de faire cavalier seul, faute de mieux. Car comment la blâmer, alors que plus personne pilote non seulement l'Europe mais même la France laissée à vau-l'eau.

Il faut bien s'en rendre compte. Le modèle centraliste étatiste productiviste européen sert en réalité les monopoles globalisés dont l'État allemand a réussi à se faire des alliés sans dette excessive à la différence du cas américain envieux puisque incapable malgré les centaines de milliards injectés de faire redémarrer une économie essoufflée. La France est dans la même situation en pis puisque le chômage endémique atteint le triple qu'outre-atlantique. Mais au lieu de s'en prendre à eux-mêmes les USA d'Obama préfèrent diaboliser l'Allemagne après avoir fait de même avec les Tea Party. Pourtant, l'État dans son excès interventionniste d'assistanat invétéré fabrique la pauvreté tout en prétendant la combattre. Ce n'est pas l'État qui a permis à Harlem et au Bronx de redémarrer mais la société civile dans un long et lent retricotage des mécanismes sociaux, le nouveau prétendant démocrate, Bill de Blasio, à la mairie de New York devrait s'en rappeler lui qui promet de remplacer cette solidarité par la fausse justice de l'égalitarisme en guise de morale publique.

Idem en France. La fausse justice de l'impôt punitif vient s'immiscer dans l'économie politique alors que celle-ci ne marche pas comme ça, ce n'est pas la ponction mais l'incitation qui permet de la dynamiser. Il faudrait donc tout remettre à plat pour aller dans ce sens. Ce qui manque c'est bel et bien une révolution pour la liberté et la solidarité, ces deux pôles indispensables.

Lucien SA Oulahbib 2/11/2013

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

1 614 vues

Tous les articles de Lucien SA Oulahbib

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Editorial de Resiliencetv-ARTV, Headline-RTV, Libertés-RTV

 

Comments are closed. Please check back later.