Jane Fonda réitère dans les bêtises sans nom

Ainsi non seulement Jane fonda ne voit pas que l’on ne combat pas les bombardements au naplam en se rendant aux arguments fallacieux des tyrans soviétiques et maoïstes, mais, en plus, elle s’aveugle, ainsi que ses partisans, à laisser croire qu’ils peuvent revivre la même situation, avec un hypothétique  » Irak du Nord » censé « libérer » tout l’Irak. Nous ne sommes pas du tout dans la même situation, et pourtant Jane Fonda croit le contraire, aussi va-t-elle sans doute en guise de chevaucher un canon nord-vietnamien, s’embourber dans une burka ou dans un keffi palestinien pour prouver qu’elle préfère s’entêter dans l’erreur plutôt que de se tenir réellement du côté du peuple irakien en allant manifester plutôt devant les ambassades de Syrie et d’Iran qui envoient leurs tueurs armer les nervis baathistes et islamistes de tout acabit.

Parce que là est l’enjeu. Fonda préfère l’idéologie du mensonge qui fait croire depuis quatre ans que la présence de la Coalition n’a fait qu’enveminer les choses alors qu’au contraire elle a permis à des millions d’Irakiens au Nord comme au Sud de ne plus vivre sous le joug des nervis saddamistes et leurs centaines de milliers de morts.

Où était Jane Fonda à ce moment là ? S’est-elle enchaînée, Barbarella, aux grilles de l’ambassade d’Irak en hurlant  » non au gazage de milliers d’innocents » ? Elle n’a rien fait de tel mais s’est plutôt mariée au patron de CNN dont les écrans s’emplissent des exactions islamo-baathistes qu’elle défend dorénavant puisqu’en manifestant (avec Sean Penn) contre le renforcement de la présence américaine, demandée par le gouvernement irakien (et bien plus légitime que le feu gouvernement sudvietnamien), elle soutient leur effort visant à détruire tout ce qui ne tombe pas sous leur férule.

Et il ne sert à rien de laisser croire comme ils le prétendent tous que les USA ont  » quelque part » tort s’il existe tant de haine contre eux alors qu’ils sont eux-mêmes, l’Hollywood de gauche, la cible de tous ceux qui tuent en Irak et ailleurs et qui le font parce qu’ils ne veulent pas de la culture que produisent et Sean Penn et Jane Fonda, ils n’en veulent pas, ils refusent toute modernité et a fortiori ses fantasmes, son désespoir et sa lie ; ce que ne comprennent pas Pen et Fonda qui ont sans doute comme vision de l’Orient islamisé et nationaliste celle des Almanach de Grand Papa Lawrence d’Arabie.

Décidément, cette génération n’a rien compris, et même, à force de reniement, a réussi à faire pénéter le loup dans la bergerie en pensant qu’à force de rogner sur les droits démocratiques pour faire place à l’intolérance de la société islamo-tribalisée on arriverait enfin à cet amour universel qui existe en happy end dans les mauvais films hollywoodiens dont ils sont hélas toujours les producteurs invétérés…

Shirley Loral 28/1/2007

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

1 108 vues

Tous les articles de Shirley Loral

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Non classé

 

Comments are closed. Please check back later.