Le courage politique, c’est quoi ?

Tel est le cas de Philippe Marini, sénateur de l’Oise et rapporteur général de la Commission des Finances du Sénat. Je viens de lire son livre : « Veillée d’armes, propos pour la rupture«  (Ed. Lignes & Repères, nov. 2006), préfacé par Nicolas Sarkozy, mais qui néanmoins me laisse un goût amer dans la bouche.

En effet, voilà un homme d’honneur, reconnu par tous pour la rigueur de sa pensée et l’étendue de sa culture politique, en particulier sur la question ultra-sensible des finances de l’Etat, mais dont je suis bien obligé de constater qu’il ne semble pas concevoir la rupture qu’il appelle de ses voeux autrement que dans la continuité.

Dans sa préface fort bien venue et pétrie de bonne volonté, Nicolas Sarkozy écrit : « Le courage politique, c’est d’abord de porter un regard lucide et sans concession sur la situation de notre pays. Ce livre y parvient tout à fait. (…) Après tout, le courage en politique, c’est peut-être cela la vraie rupture ».

Philippe Marini fait donc preuve de courage politique quand hier, au Sénat, il déclare que « la France connaît désormais près de deux délocalisations fiscales par jour », faisant alors hurler le Snui* à la mort. Mais il ne fait que courir sur son erre en ne plaidant plus que pour « une adaptation de l’ISF aux contraintes économiques »

Pourquoi, d’une part, le candidat à l’Elysée donne-t-il désormais le sentiment de refuser l’obstacle d’une vraie rupture qui, naturellement, ne saurait se concevoir sans véritable courage politique, et, d’autre part, pourquoi Philippe Marini, basculant dans l’irrationnel sur Europe 1 (14/02/07), clame-t-il alors que l’ISF serait chose sacrée ?!

Moi, j’y vois l’éclatante confirmation que la France, pressée par le monde extérieur d’entrer de plain-pied dans la ronde des nations qui gagnent, a bien besoin qu’une nouvelle génération politique, surtout libérale, vienne la délivrer de la folle emprise idéologique qui, cyniquement, lui ôte toutes ses chances de réussite !


* Snui : Syndicat national unifié des impôts qui, à l’instar de tous ses congénères en France, se mêle activement de faire de la politique, c’est-à-dire de ce qui ne le regarde absolument pas !!

Librement !

15/2/2007

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

782 vues

Tous les articles de

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Non classé

 

Comments are closed. Please check back later.