Une dernière chance de liberté

Dieu merci, il se trouve encore des honnêtes gens, au sens noble du XVIIème siècle, pour décrypter avec intelligence les temps tumultueux que nous traversons parfois à notre corps défendant mais dont, démocrates dans l’âme, nous acceptons courageusement toutes les rigueurs.
 
    Mais point trop n’en faut et le moment est venu, en tout cas tout sembler l’indiquer, de prendre à bras-le-corps le destin de la nation compromis par une action politique irraisonnable qui n’a eu de cesse, livrée à des mains durablement insincères, d’abaisser gravement la France.
 
    “Bastiat, en 1845, décrit parfaitement tout ce dont la France crève aujourd’hui. Une théocratie a pris le pouvoir, s’appuyant sur une religion laïque, le socialisme, dont les troupes ont colonisé l’Etat et exercent le pouvoir à leur profit exclusif. Cette théocratie s’appuie et donc est soutenue par des monopoles centrés sur de soi-disant services publics (SNCF, EDF, Sécu, Education nationale) qui ont réussi à faire croire au peuple qu’il était gagnant dans l’opération. Du coup, la France s’appauvrit comme en 1789 quand le Tiers-état portait sur son dos la noblesse et le clergé.
 
    “Remplacez la noblesse par la classe politique et le clergé par la classe administrative et nous y sommes à nouveau. Nous entrons dans les temps révolutionnaires. L’alternative est donc entre le retour à la liberté ou l’esclavage mâtiné de guerre civile”.
 
    Voici donc ce qu’écrivait l’économiste Charles Gave en date du 1er juin 2014 (déjà !) que l’on retrouvera, une véritable mine d’or, avec bien d’autres billets d’humeur dans son dernier ouvrage intitulé “Sire, surtout ne faites rien” (Jean-Cyrille Godegroy, octobre 2016).
 
    Les évènements semblent aujourd’hui se précipiter dans notre malheureuse France livrée à elle-même après des décennies d’errements politiciens aboutissant, sans coup férir hélas, à une situation devenue vraiment révolutionnaire avec son cortège d’affrontements à venir.
 
    Or toutes les conditions sont réunies à l’intérieur comme à l’extérieur du territoire de la République pour que survienne, tant se donnent désormais libre cours des forces dangereusement déstabilisatrices, une nouvelle étrange défaite qui, cette fois-ci, présente le risque de se révéler sans appel !
 
    Car à y bien regarder, la présomption fatale qui sous-tend l’idéologie socialiste se révèle aussi redoutable dans sa folie égalitariste que ce que l’islam conquérant, en progression exponentielle par toute la planète, promet à la personne humaine en matière d’aliénation mentale.
                     
    Il devrait donc sauter aux yeux du plus grand nombre que l’élection de 2017 revêt une importance si vitale qu’elle doit se traduire, pour peu que nous acceptions enfin de reprendre nos esprits, par un abandon franc et massif du socialisme pour recouvrer notre liberté.

Librement !
Philippe S. Robert
http://sully1.typepad.com
FRANCE

Philippe Robert 22/10/2016

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

935 vues

Tous les articles de Philippe Robert

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Fresh Air-LIDAC, Libertés-LIDAC, Liens d'actualité

 

Comments are closed. Please check back later.