Tombent les masques…

La motivation première de ces nationalistes « français » reste leur antisémitisme pathologique. Plutôt voir nos alliés historiques américains et israéliens- nos frères d’armes – crever que de mener le combat à leurs côtés. Ainsi ces patriotes ont vocation à devenir les pieds-noirs de Le Pen. Aveugles jusqu’au bout…Ils iront à Canossa avec le père Ubu Bayrou. C’était prévu : tout sauf Sarkozy. Socialistes munichois ,communistes repentants, trotskistes haineux, alter-mondialistes islamisés ,écologistes impuissants, centristes collabos et nationalistes suicidaires ; voilà la France Royale. On comprend que Nicolas Sarkozy se réclame de la grande révolution de 1789 .Il y a encore des bastilles à prendre.

Il existe des français qui veulent vivre et qui, sans donner un blanc-seing à Sarkozy, sont au moins,galvanisés par ces paroles: «Pourquoi tant de haine ? Parce que je dis que dans l’identité française il y a des valeurs qui ne sont pas négociables ? Parce que je dis que l’égalité de la femme et de l’homme ce n’est pas négociable ? Parce que je dis que la laïcité ce n’est pas négociable ? Parce que je dis que la liberté de conscience ce n’est pas négociable ? Parce que je dis que le refus de la polygamie, de l’excision, du mariage forcé ce n’est pas négociable Pourquoi tant de haine ? Parce que je dis cette vérité d’évidence que pour un Français haïr la France c’est se haïr lui-même ? Parce que je dis que ce que nous avons à offrir à ceux qui veulent devenir Français c’est la fierté d’être Français et de prendre en partage l’identité française ? C’est Jaurès qui disait que la nation était le seul bien des pauvres… ».

Il existe encore des français qui savent de quel côté de la barricade ils se trouvent. Nous sommes en guerre que cela plaise ou non et il est bien naturel que la fracture s’accentue entre les socialo-pétainistes et les héritiers de la France Libre.

Le philosophe Martin Heidegger nous a enseigné : « marcher vers une étoile et rien d’autre. »
Le commencement se tient devant nous. Nous allons résolument vers ce qu’il y a de plus risqué dans la modernité. Nous savons que le monde s’écoule par ruptures successives . Nous sommes humains, « trop humains », nous connaissons, nous aussi, la peur de l’inconnu mais nous avons comme boussole la destinée de notre peuple dans la fidélité à ses alliances.Nous nous trouverons tous dans un monde de fraternité et de spiritualité partout, y compris, certainement, en terre Sainte, si et seulement si, d’ici là, le peuple français s’est obligé à suivre sa tâche, celle de phare des droits de l’homme.

Méditons Hölderlin : « Bien étroitement limité est le temps de notre vie
« Nous voyons et comptons le nombre de nos ans
« Mais les années des peuples,
« Oeils mortels les vit-il jamais ? »

Que ceux qui ont des oreilles entendent.

26/4/2007

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

1 134 vues

Tous les articles de

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Non classé

 

Comments are closed. Please check back later.