Un enseignant universitaire recrutait pour Al Keida en Algérie

Les salafistes se sont habitués “rapidement et d’une façon surprenante” à se rencontrer dans ce cybercafé comme si le site servait d’un espace de rendez-vous plus que d’un local à vocation commerciale.
Selon nos mêmes sources, parmi les membres du réseau, on compte un libraire dont le local est situé non loin d’une résidence d’État donc attirant peu de soupçons. Âgé de 24 ans et habitant le village de Lizerg, à 10 kilomètres à l’est d’El-Oued, le libraire a reconnu, toujours selon nos sources, avoir recruté plusieurs jeunes pour les envoyer aux différents maquis de l’internationale terroriste.

Les six autres personnes impliquées dans le réseau ont le profil de chômeur ou d’étudiant.
La collaboration active des parents des jeunes recrutés la semaine dernière par al-Qaïda a permis aux services de sécurité d’identifier et de démanteler ce réseau.

À partir des informations données par les parents, qui en veulent à ceux qui envoient leurs progénitures mourir pour le compte de sectes, les investigateurs ont localisé le cybercafé et la librairie.
Pour les besoins de l’enquête, lesdits locaux ont été fermés et scellés. Des supports audio et vidéo, des lettres électroniques, des adresses sur la toile sont en cours d’analyse.

Khaldi B. »
Ainsi, en plus d’un enseignant universitaire, nous avons un libraire, des étudiants et des chômeurs… Pour nos « sociologues » en herbe ils ne leur reste plus évidemment qu’à se rabattre sur le profil des chômeurs pour expliquer par la misère « sociale » la « déviance » de leur comportement, déviance, c’est ainsi que qualifient les Saoudiens leurs islamistes, écartant évidemment d’un revers de main, leur propre enseignement de l’Islam ; idem pour l’Algérie qui ne met pas du tout en cause la façon dont l’ensemble de l’univers mental algérien baigne dans un national-radicalisme arabo-musulman exacerbé ; deux poids deux mesures donc : tout sur la misère sociale, rien ou à peine sur la façon dont la société algérienne est structurée autour de la haine et de l’exclusion de ce qui n’est pas spirituellement estampillé Etat Algérien…dont l’islam est au coeur de la loi fondamentale, faut-il le rappeler ?…

Lionel Castériou 29/4/2007

Discuss this articleDiscuss this article

Imprimer ce texte Imprimer ce texte

1 328 vues

Tous les articles de Lionel Castériou

Share/Save/Bookmark

Trackback

Posted in: Non classé

 

Comments are closed. Please check back later.